céleri-rave, racine magique

Comment une racine aussi grossière peut-elle être si subtile ? Voilà un vrai mystère… Elle est comme les meilleurs d’entre nous : insignifiants à l’extérieur et généreux de l’intérieur…

Lentilles vertes, juste essentielles

Dans leur sachet de 250 g, les lentilles sont si nombreuses qu’on attrape la migraine dès qu’on veut les compter. Mais qu’importe leur nombre tant qu’il est suffisant. D’ailleurs, autant les manger : c’est plus utile et reposant.

Champignons de Paris, mais pas toujours

Comme chacun sait, les Champs-Elysées sont recouverts de champignons de Paris, donc, tout comme l’avenue Montaigne et la place Vendôme. Ou serait-ce un abus de langage ?

Pois cassés, casseurs de baraque

Pas cher, nourrissant, superbe, versatile, délicieux, les épithètes du pois cassé paraissent presque plats au regard des mérites ébouriffants de pisum sativum, alias petits pois, alias lui-même séché et cassé, …

Pomme de terre, vaste sujet

Évoquer la patate dans une fiche aussi courte c’est un peu comme vouloir faire un résumé de l’encyclopédie sur un timbre-poste. Mais à cœur vaillant, rien d’impossible ou presque…

Courge spaghetti, toute en fils

Pas besoin d’aller chez l’italien pour acheter des spaghettis, on en trouve de meilleurs dans les légumes, dans certaines courges plus précisément. Mais pour le Parmesan, il faut encore se rendre chez le fromager.

Échalote, amie de l’homme ?

Bien plus petite que l’oignon mais aussi plus méritante, l’échalote rappelle à l’homme que la taille n’est rien comparée à la valeur et que même, parfois, less is more. Small is beautiful !

Potiron, merci Walt Disney ?

Ah, le potiron… Même les plus blasés, même les cœurs froids ne peuvent s’empêcher d’y voir un carrosse d’où descendrait, certes un peu tassée, une sculpturale Cendrillon. C’est bien là tout le mérite de l’imagination.

Salade frisée, avec ou sans permanente ?

C’est fou comme la salade frisée ressemble aux coiffures qu’on voit fleurir le samedi soir, peroxydation et mèches blondes en moins. Mais c’est encore dans l’assiette qu’elle est la plus remarquable : amère et croquante…

Mâche, mâchement bonne

Vite nettoyée, vite assaisonnée, vite mangée, vite digérée et vite rendue à dame nature, la mâche est une sorte de Speedy Gonzalez végétal dont la célérité laisse les observateurs abasourdis, langue pendante. Saurez-vous suivre son rythme endiablé ?

Quinoa, star du moment

Impossible d’échapper à l’hégémonie de Chenopodium quinoa, et hors de question de ne pas l’aimer sauf à passer pour un cuistre réactionnaire. C’est ainsi : les modes vont et viennent, inutile de lutter.  Aujourd’hui, le vent du succès souffle dans les voiles de cette petite herbacée.

Crosnes, à quoi ça sert ?

Parmi les légumes à énigmes, le crosne se pose là… Une forme indécise, une couleur passe-partout, un nom ridicule,  une taille misérable… La nature n’a pas été tendre avec ce légume oublié désoublié.

Rutabaga, y a rien d’autre ?

Légume de guerre et des temps difficiles, le rutabaga partage avec le topinambour les tristes stigmates de la privation et de l’indigence. Une renaissance est-elle possible ?

Panais, pas niais

Dans la famille pas toujours riante des racines, je voudrais le roi… C’est-à-dire sa majesté le panais, superbe, délicieux, original, versatile, classique, exotique.

Chou-rave party

Le chou-rave… Légume guerrier honni pas nos aïeux et revenant en sainteté grâce au bourgeois-bohème ! Comme quoi, rien n’est écrit dans le marbre et le destin est une inépuisable réserve de surprises…

Butternut, mi-beurre, mi-noisettes

Miraculeux butternut, nommé aussi avec génie courge « doubeurre »…Comment un végétal peut-il avoir cette saveur clair-obscur ? Mystère…

Chou de Bruxelles, souvenir, souvenir…

Ah, l’affreuse purée de choux de Bruxelles des cantines de nos enfances… Il suffit d’y penser pour se noyer dans la nostalgie de nos jeunes années. Mais stop aux lamentations et redécouvrons ce chou plein de ressources.

Châtaigne, douce et câline

Pourquoi avoir nommé « châtaigne » un produit aussi amical et bienveillant ? Mystère… Toujours est-il qu’il faudra éviter de consommer la bogue de ce monosperme indéhiscent, piquante comme un oursin et se concentrer sur l’akène, bien plus savoureux.

Topinambour, ami de l’homme ?

Le topinambour est-il un ange ou est-il un monstre ? La question n’est pas tranchée, ses effets variant beaucoup sur chacun de nous. Les uns restent heureux, alors que les autres deviennent montgolfière. Et vous ?

Betterave, les pieds dans la terre

Les élégantes betteraves multicolores qui ravissent vos prunelles et accessoirement vos papilles passent le plus clair de leur temps dans la gadoue, sous la pluie froide ou le soleil méchant. Comment font-elles pour être si bonnes ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle