Recettes qui jettent

Asperge, tige rare et mystérieuse

Comme chacun sait, le poireau est l’asperge du pauvre… C’est donc que l’asperge est le poireau du riche ! Chanceux nantis qui peuvent donc la déguster sans compter, par brassées entières. Hélas, la saison est courte et l’argent ne peut rien y faire …

DEFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Son apparition trop fugace, sur les étalsIndécemment délicieuse
Hors saison, on l’importe de l’hémisphère SudAssez vite préparée et cuite
Accentue la fracture socialeTrès, très versatile
Légume addictif entraînant un sevrage douloureux la saison passéeEn jette vraiment, sur la table !
Très sensible au vieillissement après récoltePlaît aussi aux petits

Choix/Retour de courses

Blanche quand elle demeure enfouie, violette dès qu’elle émerge, elle devient verte une fois hardiment dressée hors du sol. Certaines poussent la vanité à arborer labels et distinctions : la succulente asperge des sables des Landes, par exemple. Conservation limitée au frais emmaillotée d’un linge humide.

La santé, c’est le silence des organes

L’asperge est un légume brillant par sa légèreté tant qu’elle n’est pas submergée de sauce mousseline ou vinaigrettes mal intentionnées. Composés phénoliques antioxydants, fibres, la belle ne se contente pas d’être délicieuse, elle vous veut du bien ! Evitez les trop longues cuissons qui atténuent ses bienfaits.

Un peu de culture sur la culture

Qui croira que Caton l’ancien, près de 200 ans avant notre ère, décrivait déjà l’asperge avec force détails, et les trucs de sa culture « en sillon »… Tout est écrit noir sur blanc dans son traité agricole, De agri cultura (De l’agriculture). Qui croira que les Égyptiens la connaissaient aussi 3 000 ans plus tôt… Ah, vaste océan du temps qui nous éloigne de la superbe tige… Il semble que son nom soit d’origine grecque Asparagos, asparagus en latin puis esperge, esparge et asperge. Plus tard, Juvénal en parle à son tour puis une éclipse se produit au Moyen Âge. Alors, se seront les Maures qui reprendront le flambeau et sa culture : Abu Muhammad Ibn al-Baitar, médecin et botaniste né à Malaga vers 1190, la relate sous le  nom de Helyoun. Ensuite, les asperges décrites par Dalechamps sont petites et parfois amères. Ce n’est qu’au XVIIIe et surtout au XIXe siècles que sa culture prend l’envergure qu’on connait. Elle jouxte ou se mêle aux vignobles d’Argenteuil, de Bezons et d’Epinay près de Paris où la bonne société en raffole. Peut-être se rappelait-t-elle de Pantagruel qui les aimait tant ! Ou peut-être avait-elle lu les pages affectionnées qu’Alexandre Dumas lui avait consacrées.

Les  conseils synoptiques et avisés

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
VapeurEpluchées entièresToutes les vinaigrettes de votre choix, l’anchoïade, la cibouletteSalez légèrement en cours de cuisson, garder à peine ferme.
Ebullition eau saléeEpluchées entièresSauce mousseline, huile d’olive, flocons de selAttention, ne pas trop cuire !
EtuvéeEpluchées en tronçonsLe beurre, l’estragon, le bouillon, les herbes fraîches, la moutarde ancienne, le safran…Placez dans la casserole avec ou sans aromates, un peu de bouillon et d’eau, cuisson avec couvercle.
Au four Epluchées entièresLes beurres parfumés, le romarin, les pâtes de curry, le bouillon, l’anisCuisson au four après une très courte ébullition.

!! Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie !!

« Asperges desséchées, dégustation constipée ». Et oui, rien n’est pire qu’une botte aux tiges flétries et rabougries. On consomme les turions mais c’est au fût lisse et turgescent qu’on reconnait la fraîcheur.

_____

Stylisme et photos © E. Fénot / D. Brunet – 180°C

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle