Recettes bombées

Fenouil, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire avec ça ?

Le fenouil ne ressemble à rien d’autre que lui-même, mystérieux mille-feuilles mi-endive, mi-oignon, mi-autre chose. C’est ainsi… Et tout le travail du cordon bleu est de lui trouver un exutoire culinaire raisonnable.

DÉFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Tellement étrange.Tellement étrange.
Pas mal de pertes. Il faut un composteur.On ne sait jamais trop quoi en faire…
Saveur assez ténue, finalement.Délicieux cru, délicieux cuit.
Vite fade s’il est trop cuit.Super léger.
Supporte mal la conservation.Saveur ténue mais si subtile…

Choix/Retour de courses

La recherche du fenouil frais s’apparente à la quête du Graal… Le mieux, c’est encore de les cultiver… Sinon, choisissez les sujets encore vivants, avec des écailles bien brillantes et l’œil bombé. Evitez le réfrigérateur qui lamine ses arômes comme la chaleur qui les travestit. Bref, mangez-les de suite.

La santé, c’est le silence des organes

Pour des raisons connues de lui seul, le fenouil concentre dans ses chairs délicates vitamines et minéraux avec une volonté admirable. C’est donc un aliment de choix, surtout consommé cru. Une fois cuit, il réserve encore ses fibres que les colons des gourmands acclameront et accueilleront avec force vivas, banderoles et cotillons.

Un peu de culture sur la culture

Nommé autrefois fenouil « doux » avec une certaine inspiration, on le retrouve maintenant sous le vocable fort triste et réducteur « fenouil commun ». Quel dommage car ce légume n’a rien de commun. Médicament, puis aliment, ses vertus officinales ont longtemps fait de l’ombre à ses extraordinaires qualités culinaires, qu’elles viennent du bulbe, des tiges ou même des graines !  On a obtenu notre « fenouil commun » par sélection et aussi par culture en buttage qui favorise la croissance du bulbe, partie tendre, sucrée et aromatisée la plus recherchée.

Il semble avoir été cultivé dans l’Italie du XIIIe siècle et même avoir pris le nom de « Fenouil de Florence » ou « Fenouil romain ». Il fut ensuite introduit en France puis cultivé dans le jardin royal, s’il vous plaît. Il semble avoir été classé parmi les légumes d’hiver, chose étrange puisqu’il se récolte pendant la belle saison. Sa culture est assez aisée. Attention, ce légume « du soleil » aime l’eau.

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
EauPas en trop petits morceaux qui seraient lessivés par l’eau de cuisson.L’huile d’olive, le gros sel, l’aneth, les anchois à l’huile, les baies roses…Égouttez le fenouil dès sa cuisson sinon il perd ses arômes dans l’eau.
VapeurEntier ou coupé en deux.La sauce soja, le tamari, les moutardes fines et anciennes, les chutneys.
SautéEn tranches et morceaux, pas trop fins.Rien ! Oui : sautés natures, c’est ainsi que les fenouils sont délicieux…À feu vif au début puis moins fort après pour une cuisson « al dente ».
Au fourEntier, coupé en deux ou en tranches épaisses.Les chaleurs assez vives, les vins, rosés notamment, les herbes de Provence.Évitez que les morceaux de fenouil ne se chevauchent pendant la cuisson, étalez-les bien.

Les préceptes définitifs et incontournables

« Le fenouil est une créature délicate et sa saveur l’est tout autant. Pas de zèle sur l’assaisonnement ». Oui, pour autant qu’on souhaite avoir un fenouil avec goût de fenouil, décision grave s’il en est.

Un commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle