Recettes douces

Butternut, mi-beurre, mi-noisettes

Miraculeux butternut, nommé aussi avec génie courge « doubeurre »…Comment un végétal peut-il avoir cette saveur clair-obscur ? Mystère…

DÉFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Forme irrégulière et improbableSaveur incroyable
Beaucoup de pépins, quand même…Texture époustouflante
Pas si commode que ça à trouverCouleur bluffante
Une peau dure comme du boisFait toujours un succès
Et c’est toutBeau cru, beau cuit…

Choix/Retour de courses

Tant qu’elle n’est pas coupée, tronçonnée, découpée, martyrisée, en un mot, tant que sa peau n’est pas percée, le butternut se conserve assez, au frais si possible. Mais à la moindre incision, aieee caramba !

La santé, c’est le silence des organes

Le butternut n’est pas l’ennemi de l’homme, loin s’en faut : fibres, vitamines antioxydantes : que demande le peuple ? Evidemment, si vous le noyez sous des torrents de crème et de fromage râpé, là, nous ne répondons plus de rien…

Un peu de culture sur la culture

Les sources sont à peu près unanimes pour établir le potimarron « originel » comme une cucurbitacée endémique d’Amérique centrale, ramenée en Europe au cours du XVIe siècle où elle a végété puis a été réexportée… au Japon ou ses cultivars ont été développés sous le nom de « Potimarron d’Hokkaido » ! Elle nous est revenue ainsi améliorée, plus sucrée, plus savoureuse. Merci aux conquistadores et aux samouraïs.

Mais la courge butternut, elle, nous vient probablement du Pérou, Mexique,  et du sud des États-Unis. Son arrivée en Europe et en France est plus tardive et date plus ou moins de la seconde moitié du XIXe siècle. Joseph Favre en donne une assez jolie gravure dans son dictionnaire universel. Mais est-ce bien sûr ? D’ailleurs, il la nomme « courge cou tors du Canada » en raison de sa forme un peu tourmentée. Sa culture n’est pas aisée car elle est très sensible aux maladies.

Les conseils synoptiques et avisés

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
En soupeCubes, dés, …La crème (pas trop), les huiles de noix et noisettes, muscade, la purée d’amandes, le curryPas besoin : c’est bon tout seul
PuréeIdemIdem, avec les fruits secs grillés, les lardons grillés, la pancetta, le tofu fumé…Ajoutez une ou deux pommes de terre pour donner un peu de corps.
Au fourTranches, dés, coupé en moitié et évidéLes étuvées de légumes, la mozzarella, les sauces à base de lait d’amandes, de riz, …Ajutez bien les temps de cuisson. Four chaud pour les cubes et dés, four plus doux pour les moitiés.
EtuvéeIdemLe curry, les oignons, les laits de riz, les pâtes pressées.Attention aux temps de cuisson bien plus brefs qu’on imagine.

Les préceptes définitifs et incontournables

« Le butternut, plusieurs fois dans la saison, tu consommeras ». On espère bien ! La saveur extraordinaire de cette courge remporte tous les suffrage. L’essayer, c’est l’adopter.

___________________

Photos et stylisme © E. Fénot / D. Brunet – 180°C

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle