fbpx

Halte champêtre pour les gardiens de la bonne table

En bordure de la départementale D671, à quelques kilomètres de la frontière qui sépare l’Aube du Châtillonnais, on trouve cet ancien dépôt de trains. Laissé à l’abandon par la SNCF, il abrite aujourd’hui un restaurant locavore de haute voltige alimenté par un hectare de potager.

Semencier : chercher la petite graine

Après la fabrication du terreau, on vous emmène à la découverte d’un autre incontournable du potager : la production de semences. La ferme de Sainte Marthe, dans le Maine-et-Loire, en est une spécialiste. Suivez le guide !

Cantine participative, cuisine collective

Les Lyonnais ont leur cantine de quartier, alimentée grâce aux tours de main des convives du jour. Voisins ou gourmands de passage se retrouvent pour préparer le repas ou juste pour glisser les pieds sous la table. À une enjambée de chez soi et à un pas de l’autre, chacun y met du sien pour…

Des vaches nippones pour entretenir le marais ligérien

Historiquement utilisé dans les rizières au Japon, le bœuf Wagyu s’est facilement implanté dans le marais de Mazerolles, en Loire-Atlantique. C’est Emmanuel Rialland, l’éleveur, qui a développé le troupeau pour entretenir le milieu tout en trouvant un équilibre économique et écologique durable pour la zone humide.

L’apiculture tisse des liens

Piquée d’apiculture depuis l’adolescence, Jamie Lozoff, Américaine installée à Marseille, prêche partout la bonne parole du miel. Elle partage son quotidien entre son rucher installé dans la garrigue aixoise et celui niché à l’est de la cité phocéenne où elle anime régulièrement des ateliers pour les jeunes du quartier.

Les plants du Pays basque pour réinvestir sa terre

Quatre fermes du Pays basque se sont associées au sein d’un collectif pour mutualiser et relocaliser à leur échelle la production de plants dans la région. Aubergines, épinards, laitues : les légumes ont désormais leurs racines en terres locales !

Dieulefit sur les pas de Saillans

La démocratie participative au service de la transition écologique s’exercera dans la petite ville drômoise de Dieulefit. Cette dernière revendique son héritage de Saillans, le premier village à avoir tenté de mener la politique autrement.

L’île de Batz, potager sur mer

La moitié de sa superficie est cultivable. La magie de son microclimat permet la culture d’une grande variété de légumes. La pomme de terre primeur notamment, qui s’y plante dès janvier, quand le continent doit attendre mi-mars, la fin des gelées. Quant à sa terre, elle est nourrie aux algues depuis des lunes. Bienvenue sur…

Une forêt comestible au pied des immeubles

Les jardins-forêts, maintenant, vous connaissez. Il s’agit de reproduire dans son potager les cycles de la forêt pour le rendre fructueux et pérenne. Près de Dijon, l’association Pirouette Cacahuète s’est lancée avec succès et délivre ses conseils pour la suivre sur ces sentiers forestiers fertiles.

Nadia Sammut, au four et au moulin sans-gluten

La cheffe Nadia Sammut, cœliaque, a créé Kom & Sal, une meunerie durable. Les matières premières sans gluten sont achetées au prix juste à des producteurs de la région et terminent leur chemin vertueux en pains et biscuits.

Autonomie alimentaire : pour un « droit de jardiner »

Au Pays basque, des associations et citoyens se sont rassemblés au sein du collectif pour l’autonomie alimentaire pour inviter les élus à favoriser l’agriculture citoyenne dans les villes et accorder à tous un droit de jardiner.

L’oignon rosé de Roscoff, des Johnnies à l’AOP

Depuis l’obtention de son AOC il y a onze ans, le légume-condiment qui se raréfiait a retrouvé sa tunique cuivrée et ses belles tresses. François Seité et tous les Johnnies, ces maraîchers aventuriers du siècle dernier, peuvent être fiers de leur legs.

Mozza des Corbières, boule au lait d’or

Pas si fous, ces Romains ! La mozzarella de bufflonne au lait cru de la famille Antonini, qui a posé ses casseroles dans le sud de la France, fait un malheur sur les marchés. Si la saison court de l’automne à la fin de l’hiver, quand le lait est le plus abondant et délicieux, on…

La ferme Tournesol, bourgeon d’autonomie

Au pied du Vercors, l’ex-professeur Jean-Philippe Valla a fait de sa ferme Tournesol un terrain d’expérimentation. Pari gagné, il ne se nourrit aujourd’hui que de ce qu’il produit, sans autre énergie que celle du soleil et de l’eau. À table ! Les pieds dans la terre et la tête en ébullition…

En ville, l’école de la vie paysanne

À Marseille, se cache la ferme du Roy d’Espagne, un terrain de deux hectares partagés entre production maraîchère et visites pédagogiques à destination des scolaires. Les apprentissages distillés ici sont fondamentaux pour les adultes de demain.

Des invendus de pain en bières engagées

Les bières Cocomiette sont fabriquées avec du malt, de l’eau, du houblon, de la levure et… du pain. L’invendu, le rassis, le moche. Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, il rejoint les cuves de brassage. Résultat ? Savoureux et vertueux.

Vaches dans les prés, glaces en cornets

Manger une glace à base de lait de vache issu de la traite du matin même. C’est possible en se rendant dans le Béarn, à Castéide-Candau, à une trentaine de kilomètres de Pau.

Après l’étoile, le trèfle : Frédéric Molina, chef écoresponsable

Au Moulin de Léré, en Haute-Savoie, il n’y aura pas de vanille au dessert. Le gastronome baroudeur élabore une cuisine libre et osée car composée de produits exclusivement locaux. Une témérité récompensée d’un trèfle vert au Michelin qui a distingué cinquante chefs en 2020.

La clairette pétille encore

Durement touchée par la crise du Covid-19 et par la concurrence avec le prosecco italien, la clairette de Die peine à maintenir sa tête hors de l’eau, laissée-pour-compte dans ses cuves. Frédéric Raspail, producteur bio installé à Saillans dans la Drôme, parvient encore à ne pas trop perdre de plumes (ou de bulles).

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle