fbpx

Cuisine dans le vent

Le batch cooking, cuisiner pour toute la semaine en deux heures chrono

Passer deux heures en cuisine le week-end pour anticiper les repas de la semaine et n’avoir ensuite qu’à les assembler, tel est le concept du batch cooking. À la clé ? Un gain de temps, des économies, moins de gaspillage et des dîners variés.

Velouté de lentilles. ©Silvia Santucci

19 h 30. L’heure de préparer le repas du soir. Ici, on est plutôt du genre à improviser, à ouvrir le frigo, sortir quelques légumes et concocter un plat (pas toujours réussi, soyons honnêtes), en se rappelant vaguement d’une recette qu’on a lue sur un blog, dans un magazine de cuisine ou sur Oui !. Cette cuisine du quotidien s’invite comme une pause, un temps de détente. Mais bien sûr, il n’en est pas ainsi pour la plupart d’entre nous : ce moment est souvent plutôt vécu comme une corvée. Pour ceux que la cuisine oppresse, le batch cooking peut être libérateur.

Le soir, beaucoup n’ont pas l’énergie mentale pour réfléchir au repas et vont au plus rapide, des pâtes ou un passage chez le traiteur, surtout en région parisienne, tout en se disant qu’ils aimeraient varier davantage, résume Ariane Grumbach, diététicienne – gourmande et déculpabilisante !, qui a préfacé le livre Batch cooking, je cuisine une fois pour toute la semaine de Pascale Weeks, la plume du blog C’est moi qui l’ai fait. Car le batch cooking (ou meal prep), ce n’est pas cuisiner un gros plat type bourguignon, potée, soupe… et le resservir toute la semaine !

Bol riz dahl. ©Silvia Santucci

C’est préparer, le plus souvent le week-end en revenant des courses, différentes bases qui seront ensuite assemblées chaque soir pour le dîner, détaille Pascale Weeks, qui propose, dans son livre, quatre menus (basique, veggie, du placard et comfort food) pour les quatre saisons (et pour quatre personnes). Elle dresse la liste des courses, puis détaille précisément les préparations – faisables en deux heures chrono, on a testé ! – et indique ensuite, pour chaque soir de la semaine, les dernières finitions, assemblages et cuissons qu’il faudra entreprendre, pour une durée d’environ 10/15 minutes. Ainsi, des lentilles corail seront utilisées en dhal le mercredi puis glisseront en velouté un autre soir. Une ratatouille accompagnera du boulgour le lundi puis se faufilera dans une frittata le mardi.

Coleslow galettes boulgour. ©Silvia Santucci

Bien manger, varier, se faire plaisir

Cette méthode s’adresse aux personnes qui ont envie de bien manger, de se faire plaisir, de varier, mais qui ne parviennent pas forcément à s’organiser seules. Je pense par exemple à ceux qui vont faire leurs courses de manière automatique, en achetant souvent les mêmes choses, sans réfléchir en amont aux repas qu’ils pourraient concocter avec, poursuit Pascale Weeks, soulignant que cela permet aussi de mieux contrôler son budget et de faire des économies d’échelle, puisque l’on va par exemple utiliser son four plusieurs fois, en enchaînant les cuissons.

Savoir ce que l’on va manger à l’avance peut rebuter et pour certains cette méthode sera trop rigide. Il suffit alors de l’adapter, en anticipant juste quelques préparations, comme la cuisson des céréales (sauf les pâtes, ndlr) et ensuite chacun trouvera son équilibre en fonction de son temps disponible, souligne la diététicienne.

Si le batch cooking s’adapte à tous les régimes alimentaires, il est bien sûr préférable de manger la viande et le poisson en début de semaine. Dans En 2 h, je cuisine light pour toute la semaine, Caroline Plessin donne quelques indications pour les temps de conservation : deux jours pour les viandes marinées ou cuites, trois à quatre pour les céréales et légumes cuits, les veloutés et gratins sans viande ou encore une semaine pour la salade et les herbes aromatiques lavées.  

Pâtes aux noix. ©Silvia Santucci

Un lave-vaisselle vide !

Mais qu’en est-il des bienfaits des légumes si on les prépare à l’avance ? Pascale Weeks suggère, pour garder un maximum de vitamines, de s’occuper des légumes crus en dernière minute. Mélanie Mardelay, cheffe derrière le blog Cul de poule (une mine d’or pour des batch cooking vegan même quand on est omnivore), conserve quant à elle bâtonnets de carotte ou blancs de poireau dans des bocaux remplis d’eau. Ils restent croquants, ne sèchent pas et l’eau peut servir en cuisson, dit-elle sur son compte Instagram. Les vitamines sont fragiles à l’air et à la lumière essentiellement.

À ce propos, Ariane Grumbach précise que pour bénéficier au maximum des bienfaits des légumes, quand on peut, le mieux est d’acheter local et en circuit court. Dans tous les cas, il vaut mieux couper un légume en avance pour le lendemain plutôt que de le laisser patienter au fin fond du frigo pendant plusieurs jours car là, c’est certain, ses qualités nutritionnelles seront amoindries ! La méthode permet donc aussi de ne plus (ou de moins !) gaspiller en cuisinant vos légumes rapidement.

Un des secrets, c’est aussi d’avoir un lave-vaisselle vide quand vous commencez votre session de deux heures, sourit Pascale Weeks. N’hésitez pas non plus à prévoir de nombreuses boîtes, contenants ou pots à confiture pour stocker toutes les préparations.   

Salade quinoa brocolis. ©Silvia Santucci

Vous êtes adeptes du batch cooking ? Vous avez essayé mais n’êtes pas convaincu ? Dites-nous tout en commentaires !

Pour approfondir

Références

Pascale Weeks, rédactrice en chef du site 750g, auteure du blog C’est moi qui l’ai fait et titulaire du CAP cuisine, vous propose ici sa méthode pour préparer 80 recettes déclinées en 16 menus. Un moyen de vous guider toute une année, saison après saison, en réalisant 5 plats différents par semaine en toute sérénité.

Auteure >Pascale Weeks, Photographe >Silvia Santucci

27 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    J adore cuisiner et vous m avez convaincu par vos commentaires d essayer le Batch cooking !!!
    Elisabeth

  2. BJR
    Alors là je cuisine depuis des lustres comme indiqué ! (j’ai 72 ans) trop bien
    En revanche, légumes préparés ds bocaux remplis d’eau, je m’étonne… j’ai tjrs entendu dire que les légumes ne devaient pas tremper ds l’eau + de 10/15 mn sous peine d’une trop grde perte de vitamines et sel minéraux ! mais bon cela a dû changer ? 🙂

  3. Moi je suis une nouvelle adepte , de ce week-end et bien franchement j’y ai pris plaisir, découvert d’autres goûts et saveurs comme une nouvelle sensation de déguster les légumes ou un poisson. Pas de vaisselle hier soir et je vais continuer . Je consulte souvent les sites Dee batch cooking afin d’avoir des idées et astuces. 👍

  4. C’est en effet une très bonne idée, encore faut-il vouloir passer 2h en cuisine le we alors que la semaine est bien chargée et qu’on a qu’une hâte : sortir, prendre l’air, flâner… Pour ma part, j’ai (beaucoup) résolu le pb du gaspillage en prévoyant mes menus à l’avance et en faisant ma liste de courses en fonction. Aussi, pas de prise de tête à 19h30, on sait ce que l’on mange. Mais malgré tout, ce concept me plait bien et je fais quand même m’y intéresser de plus près. Merci

  5. « Je vous parle d’un temps
    que les moins de vingt ans
    ne peuvent pas connaître… » (chanson de Charles Aznavour)
    J’ai 67 ans, j’ai eu 4 enfants, tout en travaillant… alors, je me rends compte que je faisais du « bath cooking » sans le savoir… pour me simplifier la vie, tout simplement. Et c’est vrai que ça simplifie considérablement le casse-tête des diners !

  6. Tout à fait adepte …dans le même esprit, de la même auteure « cuisine pour les végétariens » …Très bien! Tous les dimanches matins, en écoutant « On va déguster «  de 11h à 12 h sur France Inter…très inspirant!😋
    Bon appétit !

  7. Je l’ai pratiqué sans le savoir, honnêtement les 2h qu’on y consacre le WE le valent largement par rapport au temps gagné la semaine (on ne sort qu’une fois le matériel de découpe, la casserole de cuisson des céréales on la passe sous l’eau entre 2, on ne perd pas 1/4 d’h devant le placard à se demander à 19h ce qu’on va bien pouvoir cuisiner, si on veut cuire les légumes on peut les empiler dans un cuit vapeur), je trouve qu’au final le plus laborieux (c’est ce qui fait que je ne le fais que par période même si par habitude on garde qques automatismes) c’est de se poser et réfléchir aux menus en pensant à ce qu’on va ré utiliser (je prépare aussi les repas du midi). Pour la conservation j’utilise des boîtes sous vide dans lesquelles je mets les légumes coupés crus non assaisonnés, côté budget c’est très intéressant car on n’achète que ce dont on a besoin

  8. Je le faisais bien avant que cela ne devienne un concept marketing. Mon avis sur le batch cooking c’est que c’est pas mal comme concept mais ça dépend aussi de ce qu’on prépare comme plat . Tous les plats ne sont pas fait pour étre préparé en avance .

  9. Bonjour,
    De bonnes idées, mais tout cela ce n’est pas pour moi, je déteste faire la cuisine et y passez du temps. Et vu que je n’aime que certaines saveurs pas toujours simple à préparer, je suis plutôt adepte des plats cuisinés. Je me contente aussi de salades simples et de fruits. En fait je n’aime pas manger, ce n’est pas un plaisir mais plutôt une obligation ! J’admire et j’envie ceux qui s’adonnent à la préparation et la dégustation de bons plats.

    1. Bonjour, contrairement à une idée reçue et très répandue, si on ne met le lave-vaisselle en route que lorsqu’il est plein, il utilise moins d’eau que la vaisselle à la main.

  10. Depuis 20 ans je pratique le batch coocking sans le savoir… Waouh! Je suis trop forte. C’est mon sauveur chaque soir de la semaine et celui de mon mari pendant mes déplacements. Le samedi, après le marché et notre café sur le zinc, nous passons ma famille et moi un moment joyeux à organiser notre semaine de repas.

  11. Bonjour,
    MERCI pour vos idées, très souvent pertinentes. par contre, votre conseil de garder une salade pendant une semaine au frigo est au vu d’une possibilité de conservation juste, mais vous ne mangerez plus que des fibres. la salade une fois récoltée perd lors de son stockage tous les jours environ la moitié de ses vitamines…

  12. Une de mes voisines fait cela depuis des années.
    Perso, je trouve déjà les week-end trop courts alors devoir consacrer du temps pour tous les repas de la semaine ça me décourage avant même d’avoir commencé !
    Et je vois qu’à chaque fois que j’essaye une nouvelle recette même quand il est mentionné 20′ j’ai tendance à y passer 60 à 80′ j’ai du mal à croire qu’en 2h je serais capable de préparer 5 à 9 repas (il n’est pas précisé).
    Bref je crois que c’est vraiment un truc pour les gens hyper organisés.

    1. J’ai pratiqué la méthode durant 1 mois (quasiment à la lettre). On cuisinait à deux (mon compagnon et moi même). On a toujours mis entre 3 et 4h pour préparer les repas !! Mais c’est vrai qu’ensuite on dégage du temps (precieux) la semaine. Par contre selon le livre, les recettes étaient faites pour 2 adultes + 2 ado. Dans notre cas on obtenait des repas pour 3 personnes.

  13. Merci de m’avoir fait découvrir cette façon de faire. Je vais m’y intéresser de plus près, l’idée est top!

  14. Bonjour,
    Une famille de 5, un job hyper prenant, cela fait des années que je l’organise e WE pour toute la semaine… je fais mes menus, mes courses en fonction puis mes préparations : une grand soupe pour 2 jours, des papillotes de poisson ou de poulet que je congèle, des légumes que j’epouche puis mets dans des petits sacs au congélateur, …selon les semaines cela peut aussi être une quiche ou une pizza maison qui se conserve 2 à 3 jours ! Et toujours des œufs pour les fins de semaine. Chaque soir de la semaine le dîner est équilibré, économique et reste un plaisir !

  15. J’ai acheté le livre de Pascale Weeks et j’ai fait ma 1e séance de préparation : 2h exact.
    Nous avons fini le 2e repas hier soir, c’est vraiment très bon et le fait de juste assembler, ça c’est carrément TOP !

  16. Je pratique le batchcooking depuis plusieurs semaines. Ça dégage énormément de temps durant la semaine et ça c’est top. Mais encore faut-il avoir le courage de cuisiner 2 heures consécutives en faisant beaucoup de tâches différentes, beaucoup de découpes, beaucoup de cuisson. Personnellement, après je suis épuisée.
    Par contre, je ne suis pas vraiment d’accord au sujet de la variété des repas, car l’objectif du batchcooking est aussi d’optimiser les courses et le budget. De fait, on mange quand même souvent le même légume tous les jours de la semaine. Certes, sous différentes formes et agrémenté différemment mais c’est quand même toujours le même légume.

  17. Super article, je pratique cette manière de cuisiner depuis longtemps, avant quand je travaillais à plein temps, maintenant encore… par paresse!!
    J’ai appliqué la même méthode pour les enfants petits lorsqu’ils allaient chez la nounou (c’est mieux que les packs mauvaise mousse au chocolat ou autre hérésie rentables des nounous…) Ma propre grand mère s’organisait déjà cette façon lorsqu’elle même travaillait. Je suis donc moderne… Waouh

    1. Pareil que ChriS, je ne vois pas ce que les nounous viennent faire d’un coup dans votre commentaire! L’etant moi même, je cuisine maison, avec des produits frais, bio, et locaux… Et je pense que certains enfants que je garde mangent mieux chez moi que chez leurs parents , qui n’ont paS forcément le temps de cuisiner le soir. Vous avez peut être eu une mauvaise expérience, mais prenez du recul et n’en faites pas une généralité en caricaturant une profession…

    2. Alors je suis nounou et je trouve votre commentaire blessant. Les nounou sont comme les autres personnes… Certaines font le marché et cuisinent tout elles même en bio et d autres utilisent les plats préparés…. Faire des généralités n’est bon pour personne! En ce qui me concerne souvent ce sont les parents qui me fournissent les repas, certains par économie ( j accueille une fillette qui mange des restes.. Je raviolis et cassoulet en boîte) d autres pour le plaisir de cuisiner pour leur enfant, d autres fournissent des petits pots et autres aliments industriels. Chez moi on mange bio et beaucoup de légumes etc car je suis végétarienne… Mes 4 ados râlent de devoir aller à la cantine.

  18. Cela fait vraiment envie de se dire : Ok je fais le max le week-end pour libérer la semaine.
    Mais parfois le week-end on se dit : pas grave, je profite du beau week-end et je ferai en semaine…Pas toujours évident mais programme intéressant, je vais essayer sans trop m’imposer d’obligations, je crois que c’est ce qui est important en fait.
    Merci en tout cas pour tous vos super articles

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle