fbpx

L'idée trop coule

Raclette à la bougie pour festin nomade

Vous aimez la raclette ? Vous allez adorer sa cousine à la bougie. Romantique, nomade, écologique, elle s’emporte partout. Même sur la plage, les toits de Paname ou dans son lit.

Qu’on se mette d’accord tout de suite, si on aime la saveur du fromage frémissant qui s’épand gentiment sur les pommes de terre encore fumantes, que dire de la raclonette (magnifique nom donné à l’appareil à raclette domestique, véritable sacrilège pour les puristes suisses !) si ce n’est que son fil électrique est toujours trop court, que la rallonge demeure introuvable au moment de l’arrivée des invités, que ce chauffage d’appoint qui trône en centre de table nous donne immanquablement un air de peau-rouge, que Gérard n’en a jamais assez tandis que Chantal se sent repue après seulement deux bouchées.

Les Français n’ont jamais autant mangé de raclette, environ 1 kilo par foyer chaque année.

Aussi, ai-je eu envie de tester un appareil qui révolutionne le genre et ce, dans des conditions extrêmes (quel sens du sacrifice me direz-vous), avec la raclette à la bougie. Je vous fais les présentations ?

Pour notre raclette dite à la bougie, nul besoin de superflu. Des caquelons pour le fromage, des socles en bois, des cadres pour protéger les flammes, des spatules en bois et des bougies chauffe-plat suffisent. ©Olivier Cochard

Star depuis peu d’Instagram, on la dit aussi pratique qu’écologique et, en prime, esthétique. Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Voici donc un résumé en images d’un test « grandeur nature » pour que vos soirées raclette atteignent des sommets cet hiver.

Une bonne tranche d’extase

Bien décidée à en découdre avec l’objet, me voilà partie pour une raclette en solitaire ! Loin de la civilisation, je déballe mon panier. Me voici fin prête à goûter à la raclette sans électricité.

Pour le reste, entendons-nous bien, il y a raclette et Raclette ! Exit le fromage pasteurisé, sans aspérité et mis sous vide… La saison des raclettes est bien trop courte pour se contenter d’ingrédients médiocres. Vous aurez donc pris le soin de vous rendre chez votre fromager ou, pour les chanceux qui vivent en altitude, dans la fruitière du coin pour vous procurer un fromage digne de ce nom. Pour les pommes de terre, vous aurez appliqué la même règle, en optant évidemment pour une variété qui se tient : amandine, annabelle, charlotte, chérie ou franceline (on se croirait presque chez Madame Claude !).

Charcuterie ou pas charcuterie, à chacun d’en décider. Quant aux cornichons, nombre d’amateurs clament que le vinaigre, non content de contrebalancer le gras du fromage, apporte croquant, acidité et fraîcheur à chaque bouchée.

On ne le dira jamais assez si la raclette sauvage a son charme, prenez garde aux herbes hautes, pignes de pin ou autres branchages afin que la raclette party ne tourne pas à l’incendie. ©Olivier Cochard

La suite est facile : j’insère les bougies chauffe-plat dans le socle de bois prévu à cet effet, je craque une allumette, dispose le cercle perforé, le caquelon et enfin la tranche de fromage.

1, 2, 3, prêts ? Mangez ! ©Olivier Cochard

À mon grand étonnement et n’en déplaise aux racletto-septiques, le fromage fond en à peine trois minutes, soit aussi vite qu’avec la traditionnelle version électrique. Après vérification du niveau de fonte avec ma spatule, je fais glisser mon précieux sur ma pomme de terre en robe des champs. Il ne reste plus qu’à savourer la vue et le fromage fondu. Bref, à me la couler douce.

J’imagine que vous salivez ? Pour atteindre la félicité et rendre la méditation plus fluide, je me permets de vous suggérer d’accompagner votre menu de quelques gorgées de vin blanc, aux notes éventuellement iodées.

Autres suggestions pour bousculer la routine

• La raclette en ascenseur ou au sommet de l’Everest (histoire de prendre un peu de hauteur)

• La raclette bivouac au coin du feu (en prenant toutefois garde à ne pas déclencher un feu de forêt !)

• La raclette en camping 1, 2, 3 et même 4 étoiles !

• La raclette en duo sur les toits de Paris (à condition d’en trouver l’accès)

• La raclette « au lit » (dans ce cas, prenez soin de bâcher les draps)

• La raclette plateau-tv (rien de tel que du fromage fondu devant le foot)

• La raclette sur les remontées mécaniques ou la
« Quand te reverrai-je ? »

• La raclette aux flambeaux ou la « sortie en raclette »

• La raclette au bureau (n’en déplaise à Carole, la DRH et à Sylvie de la compta. Effluves obligent, conviez l’ensemble du personnel à participer si l’envie vous en prenait)

• La raclette sur la muraille de Chine, la spatule en bois n’étant pas considérée comme une arme blanche, vous n’aurez aucun mal à passer les portiques de l’aéroport avec votre kit

11 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pour l’acheter : par exemple chez DATRY :
    mots clés : raclette bougie
    et ça s’appelle en bon français bien sûr : Cookut set
    Mais j’imagine que tous les vendeurs de mêmes produits que darty en ont
    Ainsi que chez votre marchand du coin qui vend de la vaisselle et des casseroles…
    Mimi

  2. Bien sympa tout ça ! Mais en plein air, faites VRAIMENT attention au feu. En d’autres termes, en été, pas de flamme, quelle qu’elles soient en prairie ou en forêt.

    1. Des détails s’il vous plaît pour les ignares comme moi qui, vivant côté plage et sans montagne ne connaissent que l’appareil à raclette électrique familial….
      Vous posez la tranche du morceau de fromage sur une pierre elle même posée sur le feu ?
      Vous récupérez le fromage fondu directement sur la pierre ???

  3. Bonjour. Je n’ai pas bien compris où se procurer le socle de bois prévu pour les bougies chauffe-plat et le cercle perforé ? Merci d’avance pour l’explication

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle