Bons plans marrants

Au secours des mains pas vertes du tout

Avoir la main verte c’est un peu comme la bosse des maths, on l’a ou on l’a pas. Les zéros de la racine carrée doivent-ils pour autant se résigner à n’avoir chez eux que des faux cactus en PVC ? Rassurez-vous, nous sommes en 2016 : le service et la technologie viennent au secours de tous ceux qui n’ont jamais su faire pousser autre chose que mémé dans les orties.

Cas numéro 1 : vous êtes nul incurable 

C’est bien simple, même quand on vous offre une fleur en papier, vous réussissez à la faire faner. Et puis en plus, vous avez un chat qui broute tout, des enfants qui font pareil et un appartement qui ne prend jamais le soleil.

Une seule solution : vous en remettre à la Grande Serre. Maud et Perrine, l’une petite et blonde, l’autre grande et brune, ont inventé les plantes par abonnement, un service pour le moment testé sur les Parisiens. Vous leur donnez 29,90 euros par mois (soit 2 kebabs et 4 binouses) pendant la durée que vous souhaitez et elles s’occupent de tout. D’abord de vous trouver les perles rares, celles qui vont se plaire chez vous et vous plaire tout court. Il vous faudra pour cela décrire votre intérieur, envoyer quelques photos de votre sweet home, expliquer ce que vous aimez chez les plantes, si vous préférez les charnues, les grandes tiges, les grasses ou les très feuillues. A vous, ensuite, d’opter pour 4 petites plantes, 3 moyennes, 2 grandes ou une très grande…

Quelques jours plus tard, les deux jeunes passionnées débarquent chez vous les bras chargés de plantes rares qu’elles sont allées glaner chez des petits pépiniéristes indépendants, des collectionneurs qui font pousser des végétaux magnifiques à partir de semis, boutures, greffes ou divisions. Rien à voir avec les plantes que l’on trouve souvent dans les jardineries, boostées aux engrais, nourries à la lumière artificielle. Dans leur brouette, les deux jardinières apportent aussi des pots en terre cuite fabriqués par un artisan du pays basque, plein de sortes de terres, du compost et des fibres pour fabriquer un nid douillet à vos nouvelles protégées. Si vous êtes maniaque, pas de panique, elles ne laissent jamais de trace de leur passage.

En revanche, tous les mois, elles se rappellent à votre bon souvenir par un gentil SMS pour caler une prochaine visite. Equipées de bottes en caoutchouc, d’un tuyau d’arrosage, d’engrais organique, elles examinent les végétaux, les taillent, les rempotent les dépoussièrent, les arrosent … Si vous n’aimez plus une plante (c’est comme ça l’amour végétal, ça va ça vient), elles vous en proposent une autre et ce, pendant douze mois consécutifs, après quoi on vous proposera plusieurs offres d’achat. «La terre est un peu trop humide, la prochaine fois je viendrai avec de l’alcool et du tabac pour assainir tout ça», prévient Perrine lors de sa dernière visite. On attend avec impatience la visite de mai pour admirer le clivia crapoter !

Cas numéro 2 : vous êtes nul consciencieux

C’est pas de chance, dans l’idée vous adorez jardiner mais sous vos doigts tout ce qui est vert trépasse. Pourtant, vous vous êtes abonné à Mon jardin & ma maison et regardez en replay toutes les émissions de Stéphane Marie.

La fine équipe de Groww.

Pour vous, la solution idoine tient en 5 lettres, groww, une application d’aide au jardinage à télécharger sur votre smartphone. A l’origine du projet, Benoit Gryspeerdt, un Parisien incapable de faire pousser un ficus. « Il y a 5 ans, avec mon amoureuse Mai, on a quitté Paris pour emménager dans une maison avec une cour à Lille. On a acheté tout plein de plantes mais rapidement, tout a crevé parce qu’on est nuls en jardinage. » C’est donc en grand débutant que Benoit a conçu son appli en s’entourant de spécialistes et notamment de Thibaut, paysagiste qui a essuyé les bancs de l’école du Breuil puis de l’incontournable École nationale du paysage de Versailles. Un vrai pro, lui !

Pour arriver à la cheville de Thibaut, l’aventure jardinesque commence en entrant dans l’appli les plantes que l’on a chez soi, sur son balcon, dans sa cour. Soit on connaît leur nom, soit on les retrouve dans la base de données de plus de 300 plantes, soit 5000 variétés. Ensuite, chacun décide de la fréquence à laquelle il souhaite recevoir des notifications : jamais, normal, toujours. Après, il ne reste plus qu’à se laisser guider. Régulièrement, votre téléphone vous rappelle des tâches à accomplir. Aujourd’hui, il faut arroser, après-demain tailler…  Ce qui est bien, c’est qu’il vous donne plein de détails pour ne pas vous tromper. Par exemple, quand on vous dit d’arroser vos géraniums vivaces, on vous précise qu’il faut toujours arroser à satiété les plantes adultes, ce qui signifie qu’il faut verser de l’eau à bloc jusqu’à ce qu’une petite flaque se forme dans la coupelle.

Pour l’heure, l’application n’est pas géolocalisée. Du coup, les conseils d’arrosage ne prennent pas en compte les trombes d’eau tombées pendant la semaine. Mais ce n’est pas parce qu’on n’a pas la main verte qu’on sait reconnaître un ciel gris, non ?

Cas numéro 3 : vous êtes nul aventurier 

En fait, c’est pas vraiment juste de dire que vous êtes nul en jardinage parce qu’en vrai, vous n’avez jamais essayé. A part les lentilles que vous avez fait germer sur du coton lorsque vous étiez en grande section de maternelle, le vivant vous est un peu passé à côté.

Il est temps de vous rattraper et d’intégrer la grande communauté des semeurs volontaires.  Pour vous aider dans votre nouvelle passion et parce que vous n’avez aucune idée de où aller pour acheter quelles graines, pas plus que comment les semer, abonnez-vous à La Box à Planter. « Chaque saison, recevez chez vous tout le nécessaire pour cultiver vos légumes sans vous prendre le chou ! Graines bio, guide complet, surprise… » promet le site. « Il ne reste plus qu’à ouvrir la box pour vous mettre au vert. » Pour 15,90 euros par saison, vous recevez 5 sachets de graines biologiques produites de façon artisanale en France. Pas de variétés F1 qui deviennent stériles après une saison, mais des graines rustiques, bien triées et germant facilement. Toutes viennent de petits semenciers adhérents du réseau Semences paysannes et sont présentées dans un joli petit coffret très soigné.

Cerise sur le potager, chaque saison, les 5 plantes sont sélectionnées pour s’entraider. Cet automne, par exemple, il y avait de la laitue à planter près des radis pour faire fuir les altises, ces sales petites puces de terre qui adorent trouer les feuilles (les altises prennent les jambes à leur cou quand elles aperçoivent une laitue).

Pour vous accompagner dans votre mission semencière, La Box prévoit aussi un joli manuel du jardinier en herbe qui vous donne plein de conseils pour réussir votre entreprise. Et puis, chaque saison apporte son petit cadeau. Mais on ne vous en dit pas plus, parce que sinon c’est plus une surprise !

2 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle