Recettes anti soif

Concombre, que d’eau, que d’eau !

Consommer un concombre revient à vider une bouteille d’eau. En fait, le concombre en contient tellement que, même sec, il est mouillé ! Redécouverte d’un prodige de la nature.

DEFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Peut se révéler indigesteTellement rafraîchissant
Saveur soit forte, soit discrètePas si difficile à faire pousser
Incroyablement riche en pépinsPeut se cuisiner malgré les apparences
Pas très nourrissant, tout de mêmeVraiment facile à accommoder
Vraiment délicieux que consommé dès la récoltePlusieurs variétés sont à découvrir

Choix/Retour de courses

À côté du concombre « classique » bien connu, de nombreuses variétés plus trapues, enroulées, presque rondes ou miniatures existent aussi. Cherchez bien. Le concombre ou ses saveurs, plus exactement, n’aiment pas le froid. Consommez-le de suite.

La santé, c’est le silence des organes

Le problème avec le concombre c’est qu’il contient tellement d’eau que tous les bienfaits qu’il contient sont très dilués, ce qui est fort logique. Donc, pour en profiter, c’est par brouettes qu’il faut le consommer. Ça tombe bien, il est très léger. À noter que ses bienfaits se concentrent surtout dans la peau…

Un peu de culture sur la culture

Contrairement aux apparences, le concombre est un légume délicat, timide et influençable. Savez-vous qu’à l’époque, on interdisait l’accès des champs où il était cultivé aux personnes soupçonnées « d’avoir une mauvaise influence » ? Laquelle ? On se demande. Par ailleurs, on organisait des concerts et on recrutait même des musiciens qui devaient jouer près des plantations : les concombres étaient ainsi sensés grossir plus et plus vite ! Et l’oreille musicale, avec ça !

Les origines du concombre semblent être restées mystérieuses même pour les plus grands auteurs. Alphonse de Candolle et Georges Gibault le soupçonnent de venir d’Inde car il s’y trouverait encore ses formes sauvages. Nos concombres modernes sont, eux aussi, le fruit d’une longue et patiente sélection qui a atténué les caractères piquants de sa peau et l’amertume de ses chairs. Pourtant, en Asie, on se délecte du « Ku-gua », littéralement concombre amer, recherché pour ses vertus désaltérantes et dépuratives.

Les conseils synoptiques et avisés

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
Au beurre En dés, tranches ou morceaux surtout pas trop finsBeurre, beurres parfumés, safran, olives, curry, paprika, menthe, …À épépiner avant de cuire. La cuisson sera d’ailleurs très rapide, soyez vigilant
À l’eauEn dés, morceaux, sections pas trop fines sinon le légume est « lessivé » et n’a plus de goûtCitron, orange, vinaigre de riz, huile d’olive et de noix, le piment, la ciboulette, l’anethÀ épépiner avant de cuire. La cuisson sera d’ailleurs très rapide, soyez vigilant. Bien saler l’eau de cuisson
VapeurIdem. Pensez à ne pas superposer les sections de concombre dans le cuit vapeurLe yaourt, l’aneth, le cumin, l’oseille, le basilic, les flocons de sel (après cuisson), l’huile de courge, les fruits secs, …À épépiner avant de cuire. La cuisson sera d’ailleurs très rapide, soyez vigilant

Les préceptes définitifs et incontournables

« Le concombre est tellement aqueux qu’il rend jaloux la compagnie des eaux » Oui, c’est ainsi. Certains verront ce fait comme un avantage, d’autres comme un défaut. Il faut en prendre son parti et faire avec. Beaucoup d’eau = saveur discrète ; l’assaisonnement doit donc être bien pensé.

__________

 

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle