fbpx

Recettes trop la fête

Chou-rave party

Le chou-rave… Légume guerrier honni pas nos aïeux et revenant en sainteté grâce au bourgeois-bohème ! Comme quoi, rien n’est écrit dans le marbre et le destin est une inépuisable réserve de surprises…

DÉFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Légume… de guerreEncore assez exotique
Si étrange qu’on ne sait quoi en faireExiste en plusieurs couleurs
Ne supporte pas le vieillissementJoli à regarder
Gentrifié, il se met à coûter cherBon cru et cuit
On ne le trouve pas partoutAssez fin, finalement…

Choix/Retour de courses

Vous trouverez des choux-raves blancs, verts et même violets. Certains ont plus de tiges que d’autres. En dépit de ces différences notables, ils sont assez proches en taille et saveur. Peut-être le chou-rave violet est-il à peine plus fort… À consommer de suite ou garder au froid, peu de temps.

La santé, c’est le silence des organes

Oui, alors autant le faire durer aussi longtemps que possible. Le chou-rave fait partie, comme son nom l’indique si bien aux non-comprenants, de la famille des brassicacées, des choux, en clair, dont on sait déjà toutes les vertus.

Un peu de culture sur la culture

Le chou-rave doit beaucoup à Edouard Nignon… Oui, dans son « Dictionnaire universel de cuisine pratique », il lui consacre tout de même une belle illustration et quelques lignes, purement descriptives, du reste. Il le nomme « chou de Siam »… Mais il semble se tromper puisque, pour le coup, « chou de Siam » est, en principe, l’autre nom du « rutabaga » ou navet fourrager… Dans la seconde édition de cet ouvrage magistral, Nignon, rajoute quelques lignes en précisant que « les choux-raves se préparent comme les navets. Leurs propriétés alimentaires sont celles de navets », fermez le ban ! On l’a connu plus inspiré…  Mais ces propos, même lapidaires, ont le mérite d’exister : Ni Favre, ni Dumas, ni même Gibault ne lui consacrent un seul mot ! Gloire donc aux chefs des années 80/90 qui ont ressuscité ce légume savoureux que l’occupant, en en autorisant la culture à l’époque, avait entaché d’infamie et préparé en quelque sorte la future détestation !

Les conseils synoptiques et avisés

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
VapeurEn tranches ou entierLes cristaux de sel, l’huile de noix et noisette, la pointe de vinaigre…Attention, ça cuit très très vite !
À la poêleEn tranches, tronçons et désLa ciboule, le cumin, (à peine), le persil, le rhum (pas trop)…À faire sauter doucement et pas trop longtemps
En cocotteEntiers ou en quartiersLe bouillon (volaille, légumes), les vins blancs doux, les vins de muscat.À faire mijoter dans un bouillon parfumé.

Les préceptes définitifs et incontournables

« Le vieux chou-rave anémié est, pour le rucher, une pitié. » Eh oui, c’est sûr. C’est même une calamité ! Seuls les choux-raves de première jeunesse pourront arriver aux palais exigeants des abeilles connaisseuses.

_______________

Photos : Guillaume Czerw, stylisme Sophie Dupuis, 180°C

4 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chez moi c’est tout simplement cru en tranches pour en faire des canapés à l’apéro. dessus nous tartinons des rillettes, des oeufs de poisson, des rillettes de thon, des tomates séchées…

  2. Moi, le chou rave, c’est cru que je le préfère ! Quand il est tout frais, il est comme un navet nouveau, tendre, juteux, et sucré, en plus, c’est trop bon ! Même comme ça, tout seul, en tranches fines, coupées au couteau, grignotées pendant qu’on épluche d’autres légumes en papotant. Et je trouve qu’il se marie à merveille avec la pomme acidulée, genre Chanteclerc ou Grany Smith.
    Aller, je vous donne une bonne recette, pour laquelle tout le monde craque à chaque fois :
    On râpe du chou rave cru, on râpe la même quantité de pommes vertes bien croquantes, on les mélange avec de l’huile d’olive (ou de sésame) et du jus de citron, on ajoute des graines de sésame noir pour faire beau (et bon), un peu de sel et c’est tout. C’est la recette la plus simple du monde et vraiment c’est délicieux.
    Quand je veux le rendre un peu plus « gourmet » j’ajoute des petits morceaux de saumon fumé et des pignons (pas obligatoire) c’est autre chose, super bon aussi, avec plus de saveurs qui se marient toutes très bien.
    Bon appétit 😉

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle