Les Savonnés, bulles de sérénité

C’est l’histoire d’une reconversion douce comme une bulle de savon au-dessus d’un étang de truites arc-en-ciel. Bienvenue dans le havre de sérénité des Savonnés.

Textes et photos : Julie Subiry

Chemin de l’eau claire, le lieu est aussi magique que le laisse présager l’adresse. Ce n’est qu’ici, où le réel prime sur la réalité, qu’Eva Albert, après des années à bourlinguer, pouvait inscrire son projet. C’est venu comme une évidence, liée à une succession de voyages, de rencontres, d’errances, de paysages, de senteurs...

On les mangerait, les savons d’Eva… Petite, déjà, elle passait son temps à préparer des mixtures. Aujourd’hui, elle ne se lasse pas de faire sa tambouille.

Autant que possible, elle travaille en circuits courts, avec des producteurs qu’elle connaît bien. Elle achète son beurre de karité à Karim, qui le fait venir de Haute-Guinée, du village de son père. Son huile d’olive, riche en carotène, provient d’une petite production du sud de l’Espagne. Le miel, lui,  vient des ruches du coin.

La saponification à froid se fait (comme son nom l’indique !) à basse température (40 °C). Cette méthode permet de préserver les propriétés des huiles. C’est la réaction chimique entre un corps gras et la soude qui produit la glycérine, on dit alors que les savons sont surgras. Ils sont nourrissants et font la peau douce…

Tous les ingrédients sont bio. Certains sont issus de sa propre production : fleurs de calendula, feuilles de sauge ou de menthe. Dans ses savons, Eva ajoute parfois l’eau de la source qui coule derrière chez elle et les infusions de plantes cueillies dans le jardin (ortie, menthe, romarin, pensée sauvage…).

Au pied des pommiers, pousse le calendula, communément appelé souci des jardins. Ses fleurs très utilisées en cosmétique ont des propriétés cicatrisantes, adoucissantes, hydratantes. Eva en fait des macérats qu’elle ajoute à ses préparations.

La savonnerie est un bâtiment de forme octogonale, presque rond.

Elle est organisée en fonction des étapes de fabrication : il faut stocker les ingrédients, les peser, fondre, mixer, couler, démouler, découper les savons, puis les faire sécher pendant un mois dans une pièce dédiée : la cure, exempte d’humidité.

Eva et Thierry ont travaillé à cette écoconstruction pendant trois ans.

Les premiers savons fabriqués dans la cuisine étaient encore rustiques. Depuis, les recettes se sont affinées et les décors aussi. La roulette à pâte à modeler… c’est la petite touche perso d’Eva !

Faire des savons, c’est comme entrer en méditation… Le téléphone est débranché. Dehors, on n’entend que le chant des oiseaux et le croassement d’un crapaud. À l’intérieur, juste un filet de musique classique, peut-être Gershwin qu’Eva aime tant.

L’histoire des Savonnés, c’est aussi un nom, trouvé par Adrien, son frère, et un design, créé par Claire, sa belle-sœur : ce sont des moments partagés en famille, avec les amis, des rencontres, une aventure à taille humaine…

Eva vend ses savons au marché une fois par semaine. Mais ce sont surtout les épiceries de producteurs qui lui permettent d’écouler sa production, et un peu internet aussi. Elle ne souhaite pas passer à une vitesse supérieure, elle a trouvé son point d’équilibre : elle vend autant qu’elle produit, se réalise dans son travail, a du temps libre et une rentrée d’argent suffisante pour des besoins qu’elle veut décroissants.

Avec tout ça, il lui reste de l’énergie pour aider Thierry son compagnon, qui s’occupe d’une pisciculture, la plus petite de la Drôme ! Small is so beautiful.

Non classé

3 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. BRAVO vous avez créé votre bonheur et par celui-ci ( la fabrication et le résultat ) vous le distribuez autour de vous.

  2. J’adhère à 2000%, je viens de vous passer une commande, des cadeaux doux, bio et responsables en perspective, merci la RUCHE de nous faire faire de belles rencontres via le web !

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle