fbpx

Grotte des merveilles

De la tisane dans le Beaujo’

Il y a ceux qui font chabrot et coupent leur soupe avec du vin et Romain des Grottes qui, dans le Beaujolais, dorlote sa vigne à grandes lampées de tisane. On goûte ?

Romain des Grottes. ©Marc Klein

Ce jour-là, lorsqu’on aperçoit la première parcelle du Domaine des Grottes, il est à peine l’heure du pousse-café. 

Une fois n’est pas coutume, on vient parler tisane, avec un (chic) type connu pour ses jolis vins légers… et pour avoir arraché un rang de vigne sur deux : Romain des Grottes.

Encore un allumé ? Pas franchement. On est à Saint-Étienne-des-Oullières, en plein Beaujolais, vignoble à la réputation salie par les jus acides qui envahissent chaque année les rayons de grandes surfaces et autres soirées à thème, laissant derrière eux un sacré mal de bû (expression du terroir lyonnais qui laisse ici songeur) et de petites notes violettes aux commissures des lèvres.  

Notes de vin. ©Marc Klein

Une forêt comestible sinon rien

Romain ne boit pas de ce vin-là. Le sien, il le bichonne, il le soigne aussi naturellement que possible. Installé avec sa compagne depuis 2002 après une première vie en région parisienne, il s’emploie à redonner vie à un sol bloqué par des années de traitements chimiques. Le secret ? Laisser à la nature reprendre la place qu’elle mérite. Et il suffit de regarder ses vignes pour le comprendre : entre chaque rang, arbres fruitiers, herbes et fleurs s’en donnent à cœur joie. Un sol désert, ça n’existe pas dans la nature, à part peut-être à la plage !

Si Romain n’est pas tendre avec les interventionnistes de tout crin, il l’est encore moins avec lui-même : Souvent, en croyant bien faire, j’abîme ce que la nature a fait. Coluche disait que le mois où les politiciens font le moins de conneries, c’est février. Y’a moins de jours. Ici, c’est pareil : moins j’en fais, mieux c’est !

Ici, on est en bio, en biodynamie et labellisés Nature et Progrès. La totale ! © Marc Klein

Soigner la vigne au pisse-mémé

Avec un rendement annuel moyen de 20 hectolitres pour 7 hectares de surface, on est loin des performances industrielles. Ce qui permet à Romain d’être très réactif : à la moindre menace d’insecte ou de maladie, toutes ses parcelles peuvent être traitées manu-naturellement en deux jours chrono. Il s’agit moins ici de donner à ses vignes une vilaine correction — comme si la nature n’était pas déjà parfaite – que d’actionner délicatement ses mécanismes de défense… à l’aide d’une bonne tisane !

Thym, romarin, sarriette, à chaque plante sa fonction : si ortie et pissenlit excitent la croissance, saule et reine des prés accélèrent la réponse aux agressions. Et rien de tel qu’une infusion de lavande mélangée à de l’huile essentielle de gaulthéries pour mettre un joyeux bordel parmi les insectes fauteurs de troubles.

Joyeuses vendanges. © Marc Klein

La technique, éprouvée en biodynamie, en fait ricaner plus d’un. Pourtant, elle demande un grand savoir-faire et de solides connaissances en phytothérapie. Il y a un truc qui me chiffonne dans l’idée de me lever le matin pour aller faire la guerre à la nature. L’idée, c’est d’appliquer la phytothérapie à la vigne comme on l’appliquerait à l’humain.

Romain va même plus loin. Pour concocter l’une de ses dernières créations, malicieusement baptisée l’Antidote — succulent mélange de jus de raisin et de plantes infusées, recommandé pour lendemains difficiles — il n’hésite pas à touiller une tisane de plus 1000 litres ! L’année dernière, il s’est écoulé plus de bouteilles de ce curieux breuvage sans alcool que de quilles de rouge. C’est dire. Et quand on monte en degrés, ça donne quoi ? Des jus frais, légers, à 10 ou 11 % et aux noms qui font sourire : brut de cuve, cuve de brut, l’épaisseur du moment présent… Aucun jargon qui tienne. Au Domaine des Grottes, on produit en biodynamie du glouglou à boire entre copains, qui donne envie de courir nu dans les champs sur un air de piano. À ce stade, ce n’est plus du vin nature, c’est du naturisme.

Un commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle