Tout pour ma poule

Poulehouse, la maison de retraite des cocottes

Trois amoureux des gallinacées veulent vendre des œufs sans jamais tuer de poules. On vous explique leur plan ?

Soyons clairs, le sort des poules pondeuses françaises est peu enviable. Notre pays est le premier producteur d’œufs en Europe, mais aussi celui qui enferme le plus ses poulettes. Plus de 68% d’entre elles vivent en cages – souvent à peine plus grandes qu’une feuille A4 et placées sous une lumière artificielle – contre 56% dans le reste de l’Europe.

Sauve qui poule !

Heureusement, les choses bougent depuis quelques mois. De plus en plus de consommateurs choisissent les œufs qui respectent le plus le bien-être animal (voir ici comment choisir le code de son œuf) et certaines enseignes de distribution françaises renoncent même à vendre les œufs venus de poules enfermées. Et pendant que le gros des troupes rattrape doucement le retard français, quelques pionniers travaillent pour aller encore plus loin. Car même les poules les plus chanceuses – qui vivent dans des parcours extérieurs, qui sont nourries avec des produits biologiques et dont le bec n’est pas coupé – n’ont une espérance de vie que de 18 mois. À cet âge, en effet, on mène partout en France les poules à l’abattoir, avant que leur production ne commence à décroître.

Plus de 68% des poules pondeuses en France vivent en cages.

C’est pour changer la donne qu’est né le projet Poulehouse, qui vise à vendre des œufs « qui ne tuent pas les poules ». Le but : produire non seulement des œufs dans les meilleures conditions d’élevages possibles mais en plus accueillir les poules après leur réforme plutôt que de les zigouiller.

Concrètement, les trois fondateurs de Poulehouse vont vendre des œufs produits par des éleveurs bios partenaires et surtout créer un refuge où les poulettes passeront leurs retraites, soit entre 6 et 8 années en moyenne. Le prix de ce confort de vie ? 1 euro l’œuf, au moins deux fois plus cher que les œufs bio donc. Le bien-être animal est à ce tarif.

Poules tondeuses

Le lieu du futur refuge, n’a pas encore été trouvé mais Fabien Sauleman, l’un des cofondateurs, nous en a dressé le portrait robot : « La poule est un animal passionnant et méconnu, on souhaiterait donc faire de notre refuge un lieu pédagogique, pour permettre au public de mieux le découvrir. On aimerait aussi intégrer la poule à nouveau dans un système pastoral. On pense à les intégrer dans un verger pour qu’elles consomment certains insectes, ou près de ruches où elles pourraient manger les frelons asiatiques ».

Les œufs de Poule'House seront vendus via internet, dans des enseignes bio et en circuit court.

Quelques premiers œufs « qui ne tuent pas les poules » ont déjà été vendus et les cocottes qui les ont pondu seront hébergées dès février prochain dans leur arche de Noé. D’ici-là, une opération de crowfunding a été lancée pour financer les investissements et le démarrage du projet. Au terme de la campagne, les œufs de Poule’House seront vendus via internet, dans des enseignes bio et en circuit court.

Rapidement, Poulehouse devrait innover encore, en évitant l’abattage des poussins mâles. En effet, ces poussins sont actuellement triés à leur naissance et systématiquement éliminés. Fabien Sauleman mise sur l’avancée de la recherche pour éviter cette étape macabre : « Pour la question des poussins mâles, nous comptons sur une méthode appelée le sexage OVO, dont les premières expérimentations vont avoir lieu en 2017. Cette technique devrait permettre de reconnaître les poussins femelles dès l’œuf et donc de ne couver que ceux-ci. On espère une mise en place à l’échelle industrielle dès 2018 ».

___________________

30 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’ai la chance d’avoir deux poules qui vivent en liberté dans mon grand jardin. Leurs fientes sont un merveilleux engrais et en plus se sont de merveilleuses compagnes pour mon chat. Elles m’accueillent chaque jour en fanfare. Elles sont restées quatre mois sans pondre et j’ai continué à les chouchouter, depuis elles ont repris du service et j’ai mes 9 oeufs chaque semaine. Ma grosse rousse en fait 6 et ma petite marans 3, mais cela nous suffit amplement. J’espère les voir vivre encore longtemps. Merci à vous de prendre soin de ces animaux, trop souvent, considérés comme de la viande sur pattes, alors que ce sont de merveilles amies.

  2. bonjour, donc j’imagine que dans ce projet on garde les males et femelles? ce qui n’est pas le cas dans les elevages où l’on détruit les males…

  3. super, c’est déjà ce qu je fais avec mon petit élevage jamais je ne pourrais tuer mon JACK, ma DUDU, ma GINGER ou bien ma GIGI (mes poullettes)!!

    1. Nous avons que des poules en liberté les oeufs sont bien meilleurs et ne sentent rien. Chez nous en Suisse cela fait des années qu’il n’a plus de poules en batterie…. heureusement.

  4. Super! Et nous sommes aussi partants pour participer à une initiative concernant l’élevage laitier – cf. en Angleterre AHIMSA : à quand du lait qui ne tue pas les vaches et les veaux?
    A faire en France!

  5. Belles initiative à encourager. D’accord avec le commentaire précédent quant au prix des oeufs qui risquent de freiner les ventes. Mais je suppose qu’il y a deux écoles à savoir augmenter les prix pour couvrir les frais ou baisser les prix pour vendre plus et donc couvrir les frais. J’avoue ne pas savoir qu’elle est la meilleure.

  6. Je ne peux que partager , c est vraiment dingue les batteries de poules enfermees.bonne idee…j aimerai savoir s il y en aura dans le 77….ou j habite

  7. Bonjour , Il y a maintenant bien longtemps que notre maison est un havre de paix pour les animaux ( nous sommes végétariens par respect de la vie ) : J’ai 3 chiens , tous récupérés .
    Mes poules ont été sauvées de l’abattoir . le chat s’est réfugiée chez nous ( et stérilisée) ..mon canard est mort l’année dernière attaquée par un chien ou renard : elle vivait sa vie , allait ou elle voulait : elle avait 21 ans !
    Les animaux que la plupart d’entre nous se contentent de considérer comme du comestible sont notre aussi nos égaux .
    Quel droit avons nous de les considérer comme quantité négligeable?
    Nous avons détruit tant de choses sur cette planète : eux rien du tout !

    alors , se nourrir : oui mais dans le respect de la vie.
    la fête oui mais les animaux ne doivent pas faire les frais de la fête !
    C’est si beau un animal qui joue , sans peur !

  8. Bravo pour votre refuge à poules….mais j’ai l’intention de créer un refuge à frelons asiatiques qui sont victimes des poules, …c’est un scandale
    J.C

  9. J’en rêvais… et vous en avez fait les premiers pas vers cette possibilité de pouvoir acheter de œufs tout en étant rassuré qu’aucun décès ni maltraitance animale n’aura été intégré à cette démarche. Merci, merci, merci !

  10. Quelle bonne idée! Et si on veux avoir ces p’tites poules chez nous pour leur assurer une bonne retraite, comment doit-on faire? Encore bravo.

  11. Voilà une initiative totalement antispeciste!!!!
    Bravo à vous. L’idée devrait s’élargir à d’autres espèces! Cela permet de mettre de l »ordre et placer les animaux au même niveau que nous, sans enjeux de rentabilité!!!!
    Le seul écueil est le prix car pour une famille de 4 ou pour préparer des pâtisseries le budget monte vite et risque de freiner du monde.
    Je vous encourage tout de même et transmet l’information!
    MERCI

  12. super idée mais je le fais déjà chez moi, des poules de réforme ou que l’on me donne et la famille ne les mangera JAMAIS; elles font parties de la maison!! en échange elles pondent ce qu’elles peuvent et ont droit au jardin!

  13. Bonsoir,

    Je suis de plus en plus pour manger sainement et pas forcément issu d’animaux qui sont enfermés. Donc 100% d’accord pour ce procédé d’élever les poules au grand air et bio !
    Merci à tout ce que vous faites pour notre bien et celui de ces pauvres animaux qui souvent ont un sort peu enviable.

  14. Très instructif, les poules qui se miel de ce qui ne les regardent pas et sauvent les ruches, ça donne envie d’ouvrir d’autres poule house loin des piscines…

  15. pendant des années j’ai eu des poules et je n’ai jamais tuer mes poules toutes elles sont morte de vieillesse ou manger par le renard (faut penser à les enfermer )
    elles ont toujours pondu même après 18 mois été comme hivers .
    en rentrant du bureau j’allais leur ramaser de l’herbe dans les champs derrière la maison lorsqu’elles avaient mangé toute les herbes de leur enclos .Fallait vérifier aussi le grillage qui les séparait du potager là c’était les salades ,les fraises….

  16. Bonjour . Je viens de lire votre article et je voulais vous remercier de protéger ces petites poules. Merci aussi pour les poussins mâles qui ne seront plus broyés vivants ! Espérons que cette bonne idée fasse des petits (poussins !!) .

    Karine, Maïa et leur poule de pirate « charbon »

  17. Excellente idée. Mais j’attends que l’on épargne totalement les poussins mâles pour adhérer et, peut-être, recommencer à consommer des oeufs.

  18. BRAVO, BRAVO, BRAVO !!!
    Quelle belle initiative !
    Végétarienne, je ne mange que des oeufs (pas de produits laitiers) provenant d’élevages de poules en plein air bien sûr , et le fait, pour raisons d’équilibre nutritionnel, avec la mort dans l’âme.
    J’habite dans le 06 et attend avec impatience de pouvoir acheter les oeufs de Poulehouse. Je l’espère vivement.

  19. Très bonne initiative, même si le prix de l’œuf est très cher…! Personnellement, j’ai plus d’une vingtaine de poules vivant au grand air de la montagne, je vend leurs œufs a des connaissances (ce qui me permet de leur acheter leur blé). Et il est bien entendu hors de question que je les tue une fois qu’elle sont trop vieilles pour pondre… tuer un animal parce qu’il n’est plus rentable… quelle horreur!! Et surtout quel manque de reconnaissance pour tous ces bons œufs qu’elles nous ont fournis pendant des années…!

  20. J’ai vu votre reportage à la Télé, et je suis pour laisser vivre ces gallinacés, ne pouvant en avoir dans mon jardin, pour tant ce n’est pas l’envie qui m’en manque.
    Mais 1 € l’œuf, pour moi c’est un peu cher, j’irai jusqu’à 0.60 ou 0.80, je suppose que d’autres personne ferai ce geste mais faute de moyen financier elle ne pourront pas le faire. Bon courage à vous. Bonne chance aux petites poules.

  21. Bonjour
    Notre radio web parole d’animaux est fortement intéressée par votre projet Poulehouse et nous vous proposons de publier votre article afin de soutenir votre projet. Avons nous votre accord?
    Bonne journée à vous et bon courage pour ce bel investissement.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle