fbpx

L’Irouleguy sans sulfites est sur la bonne pente

Montagnard, vivant, inattendu, basque : itinéraire d’un vin nature, des coteaux au chai.

Textes : Aurélien Culat
Photos : Thomas Louapre

Les vendanges s’achèvent au domaine Ilarria. Une dernière benne descend des coteaux escarpés vers le village.

L’AOC Irouleguy, la seule du pays basque, est l’une des plus petites de France. Le climat est idéal mais le terrain difficile.

Il a fallu des années de travaux pour arracher à la colline des terrasses cultivables et planter ces vignes, les plus récentes du domaine, il y a une trentaine d’années.

Le cabernet-sauvignon cueilli aujourd’hui est immédiatement versé dans l’errafleuse mécanique pour en extraire les grains.

Le domaine Ilarria, qui emploie 4 personnes toute l’année, est la plus ancienne cave particulière d’Irouleguy.

C’est Peio Espil, enfant du pays et fils d’un des fondateurs de la cave coopérative, qui a décidé de se lancer seul en 1987. Son pari : cesser de travailler le sol et laisser un équilibre biologique se mettre en place dans ses vignes.

Les rafles des grappes de raisin sont, avec les résidus de taille, les seuls apports faits au sol des vignes. En apportant de la fumure on dérange la vie microbienne, assure Peio. Pour faire du vin nature, il faut travailler naturellement.

C’est l’autre excentricité de Peio : une cuvée nature, vignifiée sans sulfites, élevée deux ans dans ces barriques, enfouies dans les profondeurs de la cave.

Le comité d’attribution de l’AOC, peu habitué au vin nature, a grincé des dents. Mais il a fini par céder et reconnaître à ce vin la typicité du terroir basque.

Non classé

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle