fbpx

Solidarité des champs

Solaal, l’association qui sème le don agricole

Les chiffres et les tonnes qui défilent dans l’actualité alimentaire et agricole sont trop rarement de bonnes nouvelles. Il y a les centaines de milliers de tonnes d’aliments gâchés chaque année dans les cantines françaises. Il y a aussi les dizaines de milliers de tonnes de nourriture déversée dans les rues et les champs en signe de protestation par les agriculteurs. Voilà maintenant enfin un chiffre qui donne le sourire et qu’on a envie de voir gonfler : celui du don agricole.

Depuis trois ans, une association nationale née à l’initiative de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) et de son ancien président, Jean-Michel Lemétayer, aide les agriculteurs à faire don de leurs invendus. Solaal (SOLidarité des producteurs Agricoles et des filières ALimentaires) fait le lien entre d’un côté les agriculteurs qui ont un stock de nourriture dont ils doivent d’urgence trouver une utilité et de l’autre la myriade d’associations d’aide aux plus démunis réparties sur tout le territoire. Pour la deuxième année consécutive, l’association organisait le 13 septembre une journée nationale du don agricole.

17 millions de repas ont été distribués grâce à Solaal depuis trois ans par 170 agriculteurs et coopératives.

L’occasion de mettre à l’honneur les opérations en cours : 3 tonnes de melons venant de Sérigny (Vienne) transportés dans le nord de la France avec l’aide de la Fondation Carrefour, don de pommes d’une coopérative de Montauban dans toute la France, don de tomates de Seine-et-Marne aux Restos du cœur, glanages solidaires par des volontaires autour de Rennes pour des associations d’aide alimentaire… En tout, pas moins de 17 millions de repas ont été distribués grâce à Solaal depuis trois ans par 170 agriculteurs et coopératives, le tout principalement en produits frais, notamment des fruits et légumes mais aussi de la viande, des céréales ou du miel.

Donner plutôt que jeter

Angélique Delahaye, présidente de l’association Solaal, nous a expliqué la démarche de son association. « Notre but est double. D’abord nous voulons lutter contre le gaspillage. Ensuite nous voulons permettre à des personnes qui ne sont pas en capacité de subvenir à leurs besoins alimentaires d’accéder à une alimentation saine et équilibrée. Pour ce faire, l’association joue un rôle d’intermédiaire, de facilitateur du don, poursuit Angélique Delahaye. Quand un agriculteur se retrouve avec des produits invendus ou avec des produits tout à fait consommables qui ne conviennent plus au cahier des charges de la distribution, il est dans une situation compliquée, il manque de temps et il subit une perte économique. Il ne peut pas se compliquer la vie encore plus. Par contre, la générosité est dans l’ADN de la plupart des agriculteurs, ils préfèrent donner que broyer les invendus. Nous sommes là pour leur faciliter la vie. Ils nous passent un seul coup de fil et nous nous occupons du reste ».

Ainsi, il a fallu quelques heures seulement pour mettre en relation un maraîcher tourangeau avec la banque alimentaire du coin. Six bénévoles sont intervenus pour ramasser des salades non récoltées car tâchées ou plus petites que les calibres de supermarché. Les salades ont été distribuées le jour même et le lendemain aux bénéficiaires. Mais les choses ne sont pas toujours aussi simples, explique Angélique Delahaye.

« Le plus dur, c’est de bien qualifier le produit, pour savoir comment le transporter et comment bien assurer le don. Par exemple, pour les pommes, il faut bien mentionner la variété. On sait, par exemple, que les granny sont beaucoup moins appréciées que les golden et donc que les associations vont nous prendre de plus petits volumes. » Pour assurer au mieux une gestion millimétrée, 14 agriculteurs et membres de chambres d’agriculture bénévoles répartis dans toutes la France jouent le rôle d’organisateurs locaux. Solaal cherche plus de relais et plus de donateurs. À vous de jouer ?

3 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci Cécile.
    Et vous avez raison, les termes « se nourrir » sont plus appropriés « à manger » pour une meilleure prise de conscience des bénéfices/risques des actes de consommation et implicitement de ceux des actes de production.

  2. Bonjour Zaza, votre réflexion m’apparaît juste au sujet de l’espace donné à la variable alimentation dans les budgets. Dans bien des cas nous pouvons nous poser la question de quelles sont nos priorités, nos intentions, quel monde nous avons l’envie de favoriser. Le terme consommacteur m’apparaît comme primordial, porteur du pouvoir que nous avons d’engendrer le monde que nous voulons.
    Personnellement j’utilise le verbe « se nourrir » plutôt que « manger », cela me paraît plus cohérent avec l’idée de répondre à un besoin vital plutôt que de combler un manque. Et cela ouvre le regard sur la qualité de ce que l’on va faire entrer dans son corps.
    Les opérations de communication utilisant la solidarité, la citoyenneté comme faire-valoir, je s me dégoûtent, je me sens plus admirative d’un commerçant qui ose communiquer sur le fait de présenter moins de produits pour provoquer moins de gaspillage et qui accepte donc que le client aille aussi dans un commerce voisin en complément des courses qu’il a fait chez lui, je pense que la diversité peut engendrer une activité et un gagne pain pour plus de monde. J’ai envie que l’on reprenne les problèmes à leur base plutôt que nous leurrer derrière des images d’Épinal.

  3. Y a un truc que je ne comprends pas !

    Dans son budget, le consommateur opte, dans la majorité des cas, de mettre la fraction consacrée à l’alimentation comme variable d’ajustement quand il n’arrive pas à joindre les deux bouts financièrement. Or, manger est l’acte, indispensable à sa survie, en premier chef parmi le reste de son budget!

    Comme gestionnaire d’entreprise agricole, j’essaie sans cesse d’adapter les quantités produites aux quantités vendues par mes débouchés (circuits courts ou longs). Et vice versa, tout en gardant un temps de travail annualisé proche des 35 h. (Y a pas que le boulot dans la vie !) Bien sûr, je connais mes coûts de production en incluant mon temps de travail payé au SMIC et ose abandonner certains débouchés.

    Et ben non ! Je n’encourage pas ce genre d’initiative mentionné dans cet article ! Car cela empêche (ou retarde) l’avènement des révolutions nécessaires (Quoi, vous ne trouvez pas que le loyer de votre logement est proportionnellement trop élevé dans votre budget?), monétise les solidarités, …

    Bien sûr, ça m’arrive parfois d’avoir des surplus de production. Mais, je préfère en faire bénéficier mes clients fidèles par des prix avantageux. Le reste, j’en fais don aux vers et microorganismes de mon tas de compost. En retour le compost alimentera les sols qui ont permis à mes fruits et légumes de pousser. C’est ça, que je trouve juste ! Pas d’incitation à la surproduction, pas d’incitation à la course au moins cher alimentaire, …

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle