fbpx

Recettes pour rire quand même

Gros oignon, pour les pleureurs

Enfin, il est terminé de temps des ridicules petits oignons de printemps, chétives créatures qui disparaissent à la cuisson… Place ! Place au gros oignon, le vrai, celui dont on prépare les soupes et qui fait tant pleurer…

DÉFAUTS DE FABRIQUEAVANTAGES AVANTAGEUX
Fait atrocement pleurerPas cher
Pas commode à éplucherExcellent si on sait s’y prendre
Nécessite cuisson ou macération pour être consommableAssez facile à préparer
Assez fort : attention pour adultes uniquementPas de ratages mythiques à prévoir

Choix/Retour de courses

Pressez les oignons dans vos menottes : ils ne doivent jamais, au grand jamais paraître mous, un tant soit peu. Leurs pellicules, bien sèches ne s’enlèvent pas si facilement. Selon les cas, vous hésiterez entre les gros oignons jaunes, blancs, rouges…

La santé, c’est le silence des organes

Pour profiter de tous les bienfaits et avantages des gros oignons, c’est simple : il faut les peler puis les croquer comme des pommes… Evidement, on vous reprochera une haleine fleurie. Mais si vous cuisez les oignons sans déluge de beurre, d’huile ou de crème, des bénéfices sont quand même à espérer.

Un peu de culture sur la culture

Nous avions déjà parlé de l’oignon dans une précédente fiche mais le sujet est inépuisable et la littérature aussi prolixe que savoureuse. Maguelone Toussaint-Samat est formelle : c’est d’oignons que le pharaon Kheops payait les ouvriers, ceux qui avaient la chance de l’être du moins. Mais aussi d’ail et de persil « pour faire l’appoint »…

On voit aussitôt la valeur de ce bulbe dont le rôle hésite toujours entre le légume et le condiment. Il semble aussi avoir des vertus météorologiques. Ne disait-on pas autrefois « Quand l’oignon a trois pelures, hiver aura grande froidure ». À voir. Les anciens marins phéniciens, grecs, l’emportaient toujours avec eux. Plus tard, il fera partie des vivres essentiels emportés sur les galions : on s’était rendu compte que ceux qui en consommaient évitaient le terrible scorbut. Ah, l’oignon… Indispensable et incontournable !

Les conseils synoptiques et avisés

CuissonsDécoupesAffinitésCoup de pouce
En cocotteEn tranches, dés ou quartiersLe thym, la cannelle, le vinaigre de vin, le chouchen, les vins doux, la bière, le sucre roux Il faut faire dorer les oignons avant d’y ajouter les autres ingrédients
Au fourEn moitiés évidées ou non, en gros dés et quartiersLe bouillon, le romarin, le laurier, l’origan, le paprika, le curry, le mélange 5 parfums, le nuoc-mâm …Huilez à peine et assaisonnez avant d’enfourner, pas trop épais à 180/200°C

!! Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie !!

« Le gros oignon vieilli est un des grands ennemis du genre humain ». Oui, c’est certain car il devient alors extraordinairement indigeste, fort et agressif. Le gourmet civilisé, toujours, le tient à distance respectueuse.

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle