Chasse aux restes

Gâchis parmentier : vos astuces pour ne plus jeter

Pain perdu à la cannelle, poules-poubelles, gratin aux restes… Vous êtes les reines et rois de la chasse au gaspillage alimentaire alors on vous a demandé vos astuces, vos bons plans, vos recettes. Des blogueurs et blogueuses s’y sont mis aussi. Florilège des bonnes idées pour ne plus jeter.

 

Thomas– Quand j’ai un doute sur la fraicheur des œufs : je prends un verre d’eau,  j’y mets du sel. Si l’œuf coule, il est bon. S’il remonte à la surface,  il est mauvais.

_______________

Catherine – J’ai une technique infaillible pour ne pas jeter. Faire les courses une fois par semaine et se dire qu’on peut vivre la semaine sur le butin. Le samedi, c’est byzance, à partir du mercredi ça se gâte. On ressort les restes, on ajoute des pâtes, on fouille au fond des placards. Le vendredi soir ? On s’invite chez les voisins.

 _______________

Alice – Mon gâchis parmentier c’est du pain perdu façon crêpes bretonne ! Des œufs et du lait trop peu pour moi… Des œufs et du lait, oui, mais aussi un peu de farine et de sucre (selon les envies des uns ou des autres !). Le pain trempe délicatement dans le tout, le temps de ramollir. Puis, dans une poêle un peu beurrée parce que c’est quand même meilleur, on fait dorer les morceaux de pains ramollis. À déguster avec une confiture maison, du caramel au beurre salé ou ce que vous voulez ! Ah oui les quantités (par personne) : 1 œuf, 100g de farine (ou un peu moins), 1 cuillère à soupe de sucre, assez de lait pour rendre la préparation onctueuse.

_______________

La Super Supérette – Plusieurs préposés à la poubelle feront une soupe délicieuse, accompagnés d’une patate, d’un oignon et d’herbes fraîches. C’est le cas des fanes de radis, des fanes de navets mais aussi des cosses de petits pois.

Il y a aussi le vieux pain sec et dur, trempé dans un mélange de lait et d’œufs que vous mangerez salé. À saupoudrer de fromage râpé et d’herbes fraîches en fin de cuisson, et à manger avec des petits légumes grillés : un très bon dîner.. Enfin, mangez des yaourts périmés : on le fait souvent pour ne pas jeter. Regardez-nous, on est en pleine forme !

_______________

Eugénie – Mon gâchis parmentier c’est un masque pour les cheveux avec les vieux œufs douteux et un peu d’huile d’olive.

_______________

Odile – Adopte un ado !  Mieux qu’une poule, mieux qu’un composteur, ma solution antigaspi, c’est mon ado !  Dans notre famille, on cuisine un peu large, c’est-à-dire qu’il y a toujours une part en plus, pour ne pas se retrouver avec une petite faim non rassasiée. Puis on passe à table, et toute la petite famille mange selon ses besoins. Ensuite, on réunit les fins de plats : le rab. C’est à ce moment là qu’intervient « l’ado ». Toujours affamé, jamais calé, il se frotte les mains et s’en remet une dernière ration, satisfait. Du recyclage instantané !

_______________

Alfrun – Faire tremper le vieux concombre ou la vieille courgette qu’on n’ose plus manger parce que ça va être trop amer dans du lait de quelques heures à une nuit complète. Cuisiner comme tel en utilisant le lait comme sauce ou en égouttant. Toute l’amertume sera partie.

_______________

Cathy – Mon gâchis parmentier c’est une tourte à la viande avec les restes de la semaine mais aussi râper du pain dur pour en faire de la chapelure et paner de la viande, du poisson, des légumes. Les restes de pâtes en gratin, toutes les épluchures en bouillon si on n’a pas de composteur. Pour le reste, un tupperware et on en remange le lendemain.

_______________

Cécile – J’adore le bouillon de légumes alors j’ai trouvé une astuce : j’utilise toutes les épluchures des légumes que j’ai utilisées par ailleurs pour cuisiner. Si la cuisson longue qui donne le goût au bouillon ne conserve  pas les vitamines, elle garde en revanche tous les oligo-éléments  et les sels minéraux souvent stockés sous la peau des légumes. Mes épluchures préférées ? Celles de carottes ou de navets, le vert de poireaux trop dur pour être consommé, les premières côtes de fenouil, les pieds des brocolis, les grosses feuilles extérieures des choux, des salades, les fanes en tous genres.

_______________

Anne – Trois carottes fatiguées, cinq pommes de terre qui s’expriment à leur manière, un poireau qui fait le gros dos et une courgette rescapée de l’été : dans le bac à légumes, pas de quoi fouetter un chat mais une bonne purée ! On cuit le tout à la vapeur, on passe le tout au presse purée, on ajoute un peu d’eau de cuisson et une noisette de beurre, du sel et du poivre, et voici la meilleure purée du monde, celle qu’adorent les enfants. Ajouter un steak minute ou une tranche de jambon ou un œuf dur et le tour est joué : bac à légumes enfin vidé et estomacs rassasiés.

_______________

Flo – Mon gâchis parmentier c’est des chaussons avec tous les vieux restes de fromage + 1 œuf et plein d’herbes style persil ciboulette, un oignon… On met cette farce dans de la pâte brisée maison, ou dans des feuilles de bricks ou de filo huilées, et hop 15 min au four. C’est un pur délice et tous les restes de fromages moches et un peu secs que plus personne ne veut finir disparaissent. Servir avec une salade verte et des graines de courge grillées.

_______________

Anaïs – Mon gâchis parmentier, c’est le gâteau au yaourt : yaourts aux fruits / aromatisés ou nature ne sont jamais gaspillés ! Parce qu’en plus on peut faire tellement de variantes : avec des fruits, des fruits secs (noix, poudre d’amande, coco…), de la confiture, des pépites de chocolat… Je suis aussi adepte de la tarte aux fromages : je fais fondre ensemble tous les restes de fromages et avec ça je fais une délicieuse tarte aux fromages un peu genre quiche (avec une pâte brisée maison, c’est bien meilleur). Et pour tout le reste il y a ma chienne.

_______________

Pascale (Weeks) – J’emprunte les secrets aux grands chefs. Voici celle de chef Christophe. « Quand je cuisine du chou-fleur, je ne gâche pas. Je retire les petites feuilles vertes qui entourent le chou-fleur, je retire les côtes et je fais sauter les feuilles comme des épinards. Pour les plus grosses feuilles, je retire les côtes, puis je les fais blanchir avant de les faire sauter à la poêle pour les utiliser ensuite dans un velouté, des petits chaussons ou une quiche. Je ne jette pas les côtes. Je les émince finement avant de les faire cuire et je les rajoute dans un velouté de légumes. Avec le trognon du chou-fleur, après l’avoir pelé sur 3 mm, je le fais cuire comme une pomme de terre. Dans les restaurants, on appelle cela de la moelle végétale. C’est chic, non ? » Les autres astuces de chefs sont .

_______________

Adeline – Une recette ultra simple que j’adore et que je partage volontiers : le pesto aux fanes de radis. Il vous faut : les fanes d’une botte de radis, 1 gousse d’ail, 1 grosse cuillère de poudre de pignons de pin ou de noisettes, 1 grosse cuillère de parmesan râpé, 3 cuillères d’huile d’olive, du sel du poivre. Hacher, mélanger, déguster avec des pâtes, en toast ou dans un sandwich.

_______________

Un dernier conseil d’Ariane (Grumbach), diététicienne-nutritionniste pour finir. Si on a des restes en quantité importante, penser tout de suite à les congeler plutôt que les manger sans plaisir les jours suivants (le congélateur, même seulement un compartiment est d’un grand secours pour ne pas gaspiller). Par ailleurs, il faut aussi se libérer des classiques « il faut finir », « on ne va quand même pas laisser ça »… : ne pas gaspiller, d’accord, mais ce n’est pas une raison pour trop manger. On peut laisser même une petite part et cela pourra agrémenter une assiette composée.

Enfin, avec les restes, ce qui est un peu triste c’est de remanger la même chose. Alors j’ai inventé la cuisine domino : on en fait autre chose : un reste de pâtes > un gratin ; un reste de légumes > une soupe ou une quiche ; un reste de viande > une farce, des boulettes etc. Les détails sont .

 

 

 

25 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je mange souvent des sardines en boite. je garde précieusement au frigo l’huile aromatisée à la sardine pour parfumer vinaigrettres et crudités.

  2. Plein de belles idées pour d’ES économies mais pensez que tous ces bons produits ne font que remplir le ventre mais n’apportent plus grand chose à vos cellules car ils ont perdu vitamines, enzymes… tout ce qui est vivant. Alors il serait préférable d’apprendre à préparer moins mais De bonne qualité pour avoir le moins de restes possibles. Moi, je mange des produits bio ou raisonnes et c’est mon compost qui se charge du reste pour nourrir les futurs Legumes. Belle idée le congélateur pour éviter que les Legumes et les fruits perdent trop vite le vivant et pensez à manger cru ou cuisson basse température sinon autant manger du bois 😉

  3. Bonjour, et bien moi j’ai une solution non évoquée : quand j’ai un reste qui ne pourra pas rassasier (même si je le mets au congélateur), j’en fais une tartinade ou un pâté végétal.
    On fait des tranches dans le pain rassis, on les toaste pour qu’elle retrouve un peu de fraîcheur et on tartine. C’est simple et divin.

  4. c’est délicieux les soupes , veloutés etc , aux fanes de radis , navets … à condition qu’elles soient de culture bio , sinon c’est un concentré de produits toxiques de toutes sortes !!!
    Bon appétit !

  5. Bravo pour toutes ces bonnes idées…..Géniale l’idée d’Odile « d’adopter un ADO »…Bon, .moi j’en ai 2 à la maison, mais, ATTENTION, pas question de leur servir le plat 3 fois de suite. Alors on improvise, on change la forme, on met tout dans une poêle, 3 patates, 1 ou 2 oeufs et hop, c’est parti….le pire c’est qu’ils se régalent et en redemandent les bougres (le pater familias aussi d’ailleurs).

  6. mon gachis a moi c est …une omelette « ardenaise » …d abords recuperer tous les legumes qui trainent dans le frigo . les bocaux de legumes non finis …et 1 oignon ….faire cuire le tout dans une grande peole ….jeter un coup d oeil au congele des fois qu il resterait un peu de poivrons congelé quelque part …les ajouter ….quand c est bien cuit …ajouter les oeufs battus en omelette et cuire avec le couvercle (comme ca l omelette gonfle et enrobe tous les légumes) …miam …miam

  7. moi je fais avec des restes de viande que je congèle dés que j’en ai , un pain de viande avec pain rassis une salade et houle repas est fait !!!! pareil avec les légumes que j’ai en trop , pareil je congèle et dés que j’en ai assez un bonne petite soupe 🙂

  8. Oeufs
    Les œufs se conservent TRÈS longtemps (autrefois, à la campagne on les gardait plusieurs mois. Les seuls risques sont les œufs pourris et les contamination bactérienne.
    Pour le premier cas, casse chaque œuf un par un dans une coupelle avant de l’utiliser. Les œufs pourris sont très rares (et pourtant j’ai toujours gardé mes œufs TRÈS longtemps, plus d’un mois en tout cas…) et sont très aisément détectables : ils puent « l’œuf pourri » (Sic !) et on ne peut pas s’y tromper même si on n’a jamais senti cette odeur.
    Pour le deuxième cas, qui concerne essentiellement les œufs dont la coquille est fêlée, il suffit de bien cuire les œufs. Pas de mayonnaise ou œuf coque avec de vieux œufs.

    Yaourt
    Par expérience (ma grand mère tenait une épicerie et nous donnait les aliments dont la DLU était dépassée) je confirme que les yaourts (et tous les fromages en général) se conservent extrêmement longtemps sans aucun problème. Le seul risque est une altération du goût, mais au bout de près de 6 mois.

    Fromages
    Dans certaines régions, on met tous les restes de fromage et les croûtes à « fondre » dans de l’eau de vie. Le résultat est un peu fort mais peut être mélangé à du chèvre frais ou du yaourt justement et ça se fait facilement en bocaux.

    1. Oui, c’est vrai pour les fromages. Ma grand mère faisait fondre les restes tout doucement dans un peu de crème pour adoucir le goût. Et pourquoi pas une larme de Marc de Bourgogne 🙂

  9. Quand j’achète une boule de céleri, j’en utilise la moitié en crudité, rapé avec du citron mais j’en ai vite assez. Alors je cuis l’autre moitié à l’eau, je mixe les morceaux comme une purée et je congèle le tout dans des moules à muffin (ou autre) pour en faire des portions mini . Une fois bien congelés, je les réunis dans un sac congélation. Ca me permet d’avoir toujours un « galet » de céleri à disposition quand je fais une soupe, une mousse de légumes ou une purée. Comme ça j’en mets ni trop, ni trop peu et ainsi pas de gâchis ! Idem avec des carottes un peu fatiguées.

    1. Merci beaucoup pour la bonne idée Sylvia, je vais mieux m’organiser ainsi.
      Amina

    2. Bonjour,
      pour ma part, j’ai 2 boites au congélateur, une dans laquelle je met les petits reste de légumes ( vous savez la cuillère qu’il reste;) ) et dans l’autre ceux de viande. Quand les boites sont pleines, c’est soit potage ou purée « mélange » , et pour la viande c’est hachis parmentier. Et vu les mélanges, tout le monde adore.

  10. Nous mangeons de la soupe quasi tous les jours (sauf canicule) : nous y ajoutons les parties moins « nobles » des légumes cuisinés récemment (feuilles de chou-fleur, tiges un peu dures, vert des poireaux, fanes…), les eaux de cuisson des légumes secs, les légumes un peu avachis et les petits restes qu’on a trop vus.
    Pour le pain sec, nous le coupons (avant qu’il ne soit trop dur) en rondelles prêtes à être utilisées en croûtons ou en pain perdu. Nous faisons de temps en temps un pudding et la chapelure remplace une partie de la farine de certaines recettes.

  11. Chez nous il y a bien sûr le compost, les chiens, les purées, les soupes mais aussi les « pizzas frigo », le « riz poubelle » ou encore la « tout-ce-qui-reste ‘iflette » (= tartiflette revisitée avec le reste de légumes. Attention toutefois, les tomates et la crème fraiche ne font pas bon ménage!)

    Après lecture des diverses astuces, je pense pouvoir encore faire mieux en matière « anti-gaspi ». Merci pour mon frigo et mon porte-monnaie! ^^

  12. Chez moi jamais de gachis et pourtant je sert la table d’hôtes trois fois par semaine : en fait j’achète la quantité exacte de chaque aliment périssable en fonction du nombre de convives et du type d’appétit. Il suffit d’avoir en tête les mesures par aliment : 150g pour un filet de poisson, 120g pour un steak… Moins facile pour les légumes mais on finit par prendre l’habitude. Les restes éventuels sont grignotés au déjeuner ou le dimanche soir. Et les épluchures… aux poules !

  13. Chez nous rien d’extraordinaire : les vieux légumes en soupe/purée, les vieux fruits en compote et le tout au congélateur si besoin. Les épluchures aux rats et/ou dans le lombricomposteur (notre amie la rate est gourmette et n’accepte pas tout, les lombrics sont moins difficiles) sauf les épluchures de patates (au four pour des chips légères) et d’agrumes (séchées sur les radiateurs pour un pot-pourri ou des décos de Noël). Mais la meilleure solution anti-gaspi que j’ai, c’est de faire bien attention aux conditions de conservation des aliments : les œufs, les fromages et la plupart des fruits et légumes n’aiment pas le frigo, ça garde trop d’humidité et fait pourrir plus vite que prévu!

  14. Bonjour ! En terme de chasse au gaspi, je crois pouvoir dire modestement que nous sommes les meilleurs ! Un chien berger belge, deux chats, 10 poules et des vers par centaines dans un compost : tout ce qu’on ne peut plus manger ni mettre dans les recettes récup’ de cet article, zou, aux animaux- Les arêtes de poisson, les os, les gras de jambon, du papier, du carton et comme si ça suffisait pas, les restes de tout notre quartier- Car oui mesdames et messieurs, nous sommes en lotissement et ne sommes pas une ferme- C’est là, la prouesse 🙂 Et on vide les poubelles des voisins….par contre, les carcasses des volailles bio de la ruche de codognan , on se les garde précieusement ! On fait bouillir dans une grande marmite avec plein de sel, d’herbes aromatiques, pendant des heures- On obtient un fameux bouillon de volaille plein de minéraux à congeler en cubes pour s’en servir toute l’année en soupe !

  15. Je suis bien content de voir se multiplier les initiatives telles que la vitres, ou « Quoi mq gueule » pour enfin voir adresser (par la société civile…..) le problème de la sécurité alimentaire et des déchets alimentaires.
    J’ai pu également achéter récemment des sacs permettant d’optimiser de façon tout à fait naturelle et certifié par un laboratoire de renom la conservation de ruits et légumes pendant une période allant jusque 14 jours.
    Depuis, et bien plus de sacs en plastique dans le réfrigérateur et je peux faire mes course de fruits et légumes une fois par semaine en gardant mes produits frais et croquants sans rien jeter. Ils sont d’ailleurs labelisé par la banque alimentaire et actifs dan sla lutte contre les déchets alimentaire.
    Alors je me demandais naturellement si des organisations comme la votre connaissait Sacasalades et Quoi ma Gueule et dans quelle mesure vous assuriez votre promotion mutuelle auprès de vos adhérents respectifs, ca nos permettait a tous de nous développer plus vite et rendre nos contemporains plus conscients si nous avions une masse critique plus importante.

    Merci et Bravo à vous!!!!

    PG

    1. Pas de besoin de sacasalade ou autre. Il suffit d’envelopper la salade ou les légumes dans un torchon de mettre le tout dans un de ces sacs en plastiques jetables qu’on a tous sous la main, de fermer le tout et le résultat est le même pour pas un sou…..et on recycle aussi longtemps que le sacs résiste….

  16. Vous aimez vos poules et volailles anti-gaspi, elles vous aiment aussi et hélas goupil le joli renard adore collectionner leurs têtes avant de les manger en famille , bref pour éviter un carnage au poulailler vous doublerez la hauteur du grillage jusqu’à 2m75 ou 3m si nécessaire simplement en fixant la même hauteur sur celle déjà présente grâce à de petits liens métalliques solide et à des poteaux de 3m en bois ( 3.45€ chez Hubo) traité à poser dans des pointes métalliques dans le sol , vous éviterez toutes les échelles à goupil tout autour et vous placerez de lourdes dalles de sol autour de la base du grillage extérieur ou bien mieux vous ajouterez 45cm de grillage en profondeur dans le sol, pas besoin d’avoir un poulailler de 500m2 par contre un bon abris nettoyé et désinfecté et de l’eau propre souvent c’est capital …

  17. il est vrai qu’un yaourt, un fromage blanc ou autre ont en commun la meme recette: du lait caillé à la présure ou au ferment lactique Le fromage se moque des dates de péremption alors les laitages aussi Nous pouvons manger les laitages avec une date limite de 1 mois voir + je n’ai jamais été malade .Si le laitage pique il n’est plus bon au gout mais ne le jetons pas encore à la poubelle, jetons le plutôt dans nos toilettes, il sera très bon pour notre fosse sceptique eh oui ce sont des ferments qui alimenteront les bactéries de notre fosse

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle