fbpx

Mieux que Pokemon go ?

Farming Simulator, la simulation agricole qui séduit… les amoureux de tracteurs

C’est l’un des jeux vidéos les plus vendus en France. Farming simulator invite à jouer à l’agriculteur. Thibaut plus doué avec un clavier qu’une moissonneuse batteuse a essayé la version 2015. Récit.

Le menu de ma partie.

J’ai testé le jeu de simulation agricole qui cartonne en France. Qui est plutôt fait pour les amoureux de grosses machines armés d’une bonne dose de patience.

Ça fait une heure que je joue et j’ai l’impression épuisante que ce jeu est infini. J’ai pourtant choisi une carte pour débutant et un niveau facile. Mais, vraiment, dans Farming Simulator 2015, tout me semble absurdement long.

Tout a commencé devant un champ de blé prêt à être récolté. Il m’a fallu trouver une moissonneuse batteuse, atteler sa barre de coupe, l’activer puis déployer la moissonneuse. À chacun de ces gestes précis correspond une touche du clavier. On peut aussi changer la vue de la machine, allumer les phares… Bref, mon clavier s’est transformé en tableau de commande de moissonneuse.

Impossible de récolter tout ce maïs, je n'y arriverai jamais.

Le non labour, c’est pour les chiens ?

Ensuite, on peut enfin moissonner. Le champs est très droit, pas de souci pour se diriger. C’est plus compliqué de faire demi-tour proprement. Là encore, il faut être minutieux : désactiver la moissonneuse, tourner, retourner, redéployer la moissonneuse… Et quand celle-ci est pleine, il faut trouver une remorque, positionner les deux machines côte-à-côte, déplier la buse… Puis livrer la récolte dans un silo.

Vous l’avez compris, le réalisme et la précision du jeu sont extrêmes sur le fonctionnement des machines. On ne peut pas en dire autant pour le reste du métier : les céréales poussent toute l’année et en quelques heures, on ne peut semer sans labourer (et le non labour, c’est pour les chiens ?). En fait, il est impossible de sortir des sentiers battus de l’agriculture industrielle. Si vous ne pulvérisez rien, vos récoltes seront médiocres. La nature et les récoltes ne sont qu’un moyen d’utiliser et d’acheter de grosses machines.

Je m’attendais à me mettre dans la peau d’agriculteurs exploitant une grosse ferme, je suis en fait tombé dans une lente simulation de conduite de tracteurs.

La première communauté de joueurs est issue du monde agricole.

Agriculteur, joueur et Youtubeur

Moi qui me passionne pour les micro-fermes à la fois ultramodernes et sans tracteurs, comme celle de Jean-Martin Fortier au Québec, je ne suis clairement pas la cible de ce jeu. Au fait, qui joue à ce jeu et pourquoi ? Contre toute attente à l’époque, ce jeu a fait un carton à son arrivée en France en 2011. Il est même devenu l’un des jeux les plus vendus en France en 2015. Et la première communauté de joueurs est issue du monde agricole, comme l’expliquait Le Monde en 2014 :

« Ils sont étudiants dans des lycées agricoles, agriculteurs ou fils d’agriculteurs »

Adrien, jeune belge de 21 ans, surnommé ADR360, est l’un deux. Il vit et travaille dans la ferme familiale depuis son enfance. Et pourtant, à 21 ans, il a plus d’un millier d’heures de jeu à son actif, nous a-t-il expliqué :

« On m’avait parlé de ce jeu il y a cinq ans. Je me disais, à quoi ça peut me servir ? Je ne pensais pas que ça refléterait mon univers. En 2013, je m’ennuyais un peu en juillet donc j’ai essayé. J’y ai pris goût très rapidement. Je découvre des machines dont je ne connaissais même pas l’existence et que je ne conduirai sûrement jamais en vrai dans ma vie. Ce n’est pas parce que j’ai passé une journée de travail à la ferme que je ne vais pas avoir envie de passer trois ou quatre heures sur le jeu. »

Il explique s’intéresser aussi aux « à-côtés » du jeu, très collaboratifs. Les forums, mais aussi les « mods » qui permettent aux joueurs d’améliorer, transformer ou modifier le jeu de base :

« Si quelqu’un code un nouveau véhicule, on peut tous l’implémenter dans le jeu, ça multiplie les possibilités. C’est surtout ça qui est intéressant pour moi. Sur l’univers agricole, je n’apprends rien, c’est même un peu facile, on vend le grain à 700 euros la tonne, dans la réalité c’est 5 ou 6 fois moins ». 

Aaah, accident de tracteur.

Il alimente aussi sa chaîne Youtube qui a plus de 11 000 abonnés, ce qui en fait l’une des principales pour ce jeu dans le monde francophone. Il y filme ses parties et réalise des montages très poussés pour bâtir un « roleplay » : construire un univers, raconter des histoires et se mettre dans la peau d’un personnage. On le voit par exemple mettre en scène un appel téléphonique d’un de ses voisins imaginaires qui a besoin d’aide pour réparer un tracteur.

Pour ma part, j’ai persévéré un peu, sans succès. Mon tracteur s’est d’abord renversé après une manœuvre très mal maîtrisée. Après avoir semé du maïs dans mon champ, j’ai découvert, trop tard, que ma moissonneuse n’avait pas la bonne barre de coupe pour le récolter. Et que l’outil en question coûte une vraie fortune. J’avais le choix entre perdre ma récolte ou vendre mes tracteurs pour acheter une nouvelle barre de coupe. J’ai préféré quitter le jeu.

Aucun commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle