C'est pas un oxymore ça ?

Emballages zéro déchet

Vous avez réattaqué le boulot, plein de bonnes résolutions, parmi lesquelles manger sain, local et zéro déchet ? Bravo, sauf que côté emballages, vous ne savez pas par où commencer. Qu’à cela ne tienne, on vous donne trois super astuces pour manger au bureau ou dans le parc d’à côté, sans laisser de trace ! 

©Olivier Cochard

À la japonaise, le torchon-pochon

On se laisse mettre en boîte et on se prête au jeu du furoshiki  ! Furoshiquoi ? Furoshiki ! L’art d’emballer son repas avec un morceau de tissu recyclé : foulard, torchon, grande serviette… astucieusement noué.

Avec un peu de dextérité et d’entraînement, on va jusqu’à élaborer une anse, bien pratique pour transporter son déjeuner (version chic, sur son avant-bras ; version 100 % écolo, sur le guidon du vélo…). On se sert dudit tissu d’emballage comme d’une petite nappe de fortune, histoire d’en mettre plein la vue des collègues. Enfin, on n’oublie pas les couverts à salade, de rigueur, et son gobelet à eau, réutilisable à souhait.

©Olivier Cochard

À la canadienne, le fameux beeswax wrap

On se plie en quatre pour transporter les goûters des enfants ou les encas pour les petites fringales des plus grands. Ah, le bees wax wrap (comprendre emballage en coton enduit de cire d’abeille)… Imaginé par une société canadienne, il fait désormais des émules aux quatre coins du globe, et pour cause. On peut le fabriquer soi-même, pour deux francs six sous (enfin deux euros soixante) et surtout, on le réutilise à l’infini (un simple lavage à l’eau froide savonneuse suffit). Sans compter qu’en posant vos mains sur votre coton enduit, vous lui ferez prendre la forme de l’aliment à emballer. Parfait pour les biscuits maison, la poignée d’oléagineux (noix, noisettes, amandes…), le morceau de fromage ou le demi-fruit.

©Olivier Cochard

Pour réaliser vos wraps, il vous faut  :

Un tissu en coton pas trop épais (si possible certifié œkotex)

Des mini pastilles de cire d’abeille (disponibles en magasin bio, rayon ménager)

Du papier sulfurisé 

Un plaque de four (lèche-frite) ou un fer à repasser

Une fois le nécessaire rassemblé, coupez votre tissu au format souhaité (éventuellement avec des ciseaux crantés). Posez-le sur un morceau de papier sulfurisé (celui-ci doit être plus grand que le morceau de tissu). Déposez l’ensemble sur la plaque de cuisson. Recouvrez uniformément de pépites de cire d’abeille, en imaginant que la cire va fondre et s’étaler un peu. N’hésitez pas à en remettre par endroit une fois l’ensemble fondu si vous constatez que certaines parties n’ont pas été cirées. Enfournez et laissez une dizaine de minutes à 150 °C. Sortez votre coton enduit et secouez-le légèrement afin que celui-ci sèche tout à fait.

Vous pouvez aussi réaliser votre beeswrap avec un fer à repasser. Dans ce cas, réalisez un trois-feuilles : papier sulfurisé, tissu avec billes de cire, papier sulfurisé. Repassez le papier sulfurisé à température minimale et sans la vapeur jusqu’à ce que les billes soient bien fondues. Décollez, c’est prêt ! Exit le papier alu et le cellophane, votre beeswax est prêt à être utilisé.

©Olivier Cochard

À l’américaine, bocaux et bouts de ficelle

On se laisse emballer par les astuces outre-Atlantique avec une petite salade en bocal Jars ou Le parfait. Rien de tel que la transparence pour avoir l’eau à la bouche. On n’omet pas la fourchette durable (en bois ou en métal siou-plaît), ni la bonne vieille serviette en tissu lavable, qui a fait ses preuves depuis le temps qu’on la connaît. Le tout joyeusement accompagné d’un savoureux sandwich à étages “emballé c’est pesé”, réalisé à partir d’un simple sachet kraft et d’un morceau de ficelle en jute recyclés. On transporte évidemment le tout dans un sac en tissu estampillé “zéro déchet” du plus bel effet…

©Olivier Cochard

Petit conseil d’ami

N’essayez de convaincre personne au bureau. Laissez vos collègues observer la praticité et la beauté de vos repas à l’heure du déjeuner… Au détour d’une conversation, faites leur simplement remarquer que la vie est quand même nettement plus sympa quand on n’a plus la poubelle à vider. Dans quelques semaines, ils seront nombreux à vous imiter !

4 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’espérais un article sur comment limiter ses déchets à l’achat. C’est raté !
    J’attends avec impatience que la grande distribution s’y mette, car quoi que l’on dise, même en mangeant local, bio et de saison, difficile de ne pas passer par la case supermarché.
    Je rêve de pouvoir acheter mon dentifrice sans emballage carton, comme cela se fait déjà depuis au moins 20 ans en Suisse… et de manière générale de limiter les emballages dans mon cadie.

    A la place de ça, si j’achète des biscuits, il est de plus en plus difficile de trouver des paquets sans emballage individuel, et même dans les magasins bio.
    Je n’ai malheureusement pas le temps de les confectionner systématiquement moi-même, c’est pourtant là la seule solution que je vois aujourd’hui.

  2. Merci pour la recette du coton ciré. Merci pour toutes vos belles idées. Cela me fait du bien rien qu’à les lire.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle