fbpx

De la forêt à l'assiette

Le soja se digère mieux en BD qu’en poulet

Nos volailles européennes élevées industriellement sont très, très friandes de soja. Qu’importe qu’il vienne de l’autre côté de l’océan et participe à la déforestation brésilienne. À partir de l’une de ses études parues en juin 2019, Greenpeace France illustre le problème en bande-dessinée.

Couleurs chatoyantes, lignes rondes, humour gentiment cynique, jeux de mots à tire-larigot… Les planches de bande-dessinée signées Capucine Dupuy et Terreur Graphique font rire, mais jaune, car en fond la toile s’avère bien noire. Déracine et des ailes. Soja, comment les forêts brésiliennes se font plumer par nos poulets, publiée en février 2020 par Greenpeace, dévoile la face méconnue de l’élevage industriel à travers le cas du soja latino-américain.

Déforestation, expropriation des populations autochtones, OGM, recours massif aux pesticides, épuisement des sols, disparition de la biodiversité : tout y passe, jusqu’aux doux effluents bovins ! La surface de la culture de l’oléagineux, à 90 % américaine, s’étendait en 2014 à un million de kilomètres carrés. Elle ne cesse de s’épandre et explose même au Brésil, premier exportateur depuis 2005, en passe de devenir premier producteur mondial. Qu’importe si les forêts doivent être sacrifiées, il faut gaver les bêtes pour nourrir les humains qui en ingèrent chaque année 61 kilos via leur consommation de viande. La France est le huitième importateur mondial de soja brésilien. Désormais, 87 % des imports en Europe débarquent dans les mangeoires des bêtes (élevées pour leur viande ou leur lait), dont 50 % sont ingurgités par la volaille. Un soja arrosé de pesticides.

Les données sont en grande partie issues du rapport Mordue de viande, lʼEurope alimente la crise climatique par son addiction au soja, publié en juin 2019 par Greenpeace, peu avant que les médias internationaux ne braquent leurs projecteurs sur la forêt amazonienne. Le document parachève d’autres études, comme celle du WWF qui en 2014 criait déjà folie ! face à la déforestation massive. Pas besoin de pencher dans le tragique, les infos le sont d’elles-mêmes. Le message passe mieux avec un peu d’ironie et d’humour, confie la scénariste Capucine Dupuy.

Lʼhéritage empoisonné de lʼaprès-guerre

Le tourteau de soja s’est imposé au cours de la seconde moitié du XXᵉ siècle comme la première source d’alimentation animale au monde et comme symbole de l’élevage intensif. Les graines de soja sont broyées puis chauffées afin de produire une sorte de farine. Il faut dire que cette légumineuse cumule les avantages. Riche en protéine, elle est de surcroît très rentable. La courbe de sa production est parallèle à la consommation de viande depuis des décennies.

Si ce commerce apparaît aujourd’hui de plus en plus comme néfaste, il n’en était pas de même après-guerre lorsque naissent deux structures : le GATT, ancêtre de l’OMC, et le Marché commun européen, aïeul de l’Union européenne. C’est dans le cadre du GATT qu’est établi le partage de la production des protéines végétales (soja, colza), côté américain, et celle de l’amidon (blé, céréales) côté Europe. États-Unis et UE se sont entendus pour ne pas ou peu taxer les oléagineux et notamment les tourteaux de soja dont ont besoin les élevages européens, développe Hervé Guyomard, chercheur à l’Inra, spécialiste des grandes cultures.

La première solution, à échelle individuelle : consommer moins de viande.

L’accord en question s’applique pour tous les pays tiers : Brésil et Argentine ont donc profité de l’opportunité au fur et à mesure que leur secteur agricole croissait, avec en outre de faibles coûts de production, poursuit le scientifique. Lors de la décennie 1990, en Europe, les farines végétales remplacent les farines animales, proscrites pour leur rôle dans la maladie de la vache folle (ESB). Le soja étant la plus protéique de toutes les plantes, la ruée vers le nouvel or vert est amorcée.

S’approprier l’absurdité du système

Des solutions existent, encouragent les auteurs. La première, à échelle individuelle : consommer moins de viande. Réduisons de moitié, dégustons-en 300 grammes par semaine, conclut la BD. Non seulement la rouge, mais aussi la blanche — surtout industrielle, insiste la scénariste, elle-même consommatrice occasionnelle. Quitte à manger de la viande, autant que celle-ci soit de qualité et la plus locale possible. Tous coupables, les viandards européens ? Il ne s’agit pas de culpabiliser les consommateurs, il faut que le lecteur s’approprie l’absurdité du système, que le chemin se fasse naturellement dans sa tête.

Une autre perspective de lʼInstitut national de la recherche agronomique et environnementale (Inrae, ex-Inra) bat en brèche lʼidée que lʼEurope nʼa pas la place de cultiver son propre soja. Les chercheurs ont tenté de projeter quelle pourrait être la place des agricultures européennes dans le monde en 2050. Lʼétude, qui a été rendue publique, se range déjà parmi les projections de référence. Le soja pourrait d’ici 2050 se tailler une belle place en Europe centrale et de lʼest : jusqu’à 17 millions dʼhectares. Dans nos scénarios, certains États membres de lʼUE auraient moins besoin de terres cultivées qu’aujourd’hui du fait d’une faible démographie. D’autant plus si les régimes deviennent sains, avec moins de produits carnés, et que les rendements augmentent, explique Hervé Guyomard, qui a supervisé lʼétude. Sur les terres ainsi « libérées », il serait possible techniquement de cultiver des oléoprotéagineux (au-delà du soja, colza et pois également), et de réduire les importations européennes d’oléagineux, notamment de soja argentin et brésilien.

Cette prospective ne prend pas en compte différents facteurs, comme les politiques agricoles des États, mais elle montre lʼimportance de rééquilibrer les régimes alimentaires, concluait Philippe Mauguin, directeur de lʼInrae. Cela passe par la lutte contre les pertes de rendements au Sud, celle contre le gaspillage au Nord. Et la réduction pour cet hémisphère de lʼimportation de protéines végétales dʼArgentine et du Brésil.

Greenpeace ponctue la parution de la bande-dessinée par un appel à s’engager contre la culture intensive du soja pour se passer d’un arrière-goût de déforestation dans nos assiettes.

Pour approfondir

Références

Le soja est-il bon pour notre santé ? Julie Lotz a réalisé des tests en laboratoire, épluché les rapports, les réglementations, interrogé des éleveurs, des producteurs, des médecins. Le soja contient des molécules appelées phytoestrogènes, qui peuvent avoir des conséquences sur la fertilité et favoriser l’apparition de cancers.

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle