fbpx

Rien ne se perd...

Quand les invendus arrivent à bons porcs

A la Ferme des 4 étoiles dans les Yvelines, les porcs de Jean-Baptiste Galloo sont nourris aux invendus du supermarché voisin. Donner de la confiture à des cochons n’a jamais été aussi écologiquement bon.

 

DSC_0078

 

Il y a des jours où l’on se verrait bien dans le rôle de Miss Piggy à la ferme. En ce début d’été par exemple, à la Ferme des 4 étoiles qui n’a jamais aussi bien porté son nom.  Il est midi, Jean-Baptiste, gentleman-éleveur  arrive les bras chargés de victuailles devant la maison de ses petits cochons faite d’un lit de paille et d’une vue sur le reste de la ferme. Ca sent bon la menthe, les fruits rouges, dans les caisses, il y a aussi des mangues, des bananes, des éclairs au chocolat.

 

Plateau dessert pour cochons gâtés.
Plateau dessert pour cochons gâtés.

Jean-Baptiste enlève les emballages, c’est fou tout ces blisters  et ces portions individuelles, défait les élastiques, ouvre les couvercles et jette à la volée les marchandises. Ambiance food fight des grands soirs. Les cochons accourent, se prennent une feuille de salade sur la tête, épluchent les bananes avec les pieds, font des grouiks et des grounfs. Je commence par le salé parce qu’ils sont très gourmands, vous allez voir quand on va passer au chocolat… Effectivement, quand l’éleveur se saisit d’une crème dessert ou d’un financier, les règles de la bienséance ne sont plus de ce monde. Si Spider cochon avait été là, il aurait tout raflé.

Il y a toujours beaucoup d’herbes fraîches, nos cochons sont déjà pré-persillés, s’amuse Jean-Baptiste

DSC_0103

 

Ce menu d’exception vient du Leclerc de Rambouillet, à quelques sauts de biches de là.  Il y a quelques mois, son gestionnaire Laurent Gherardi  et Jean-Baptiste Galloo passent un marché gagnant-gagnant. Nous avons reçu la certification Afnor pour la qualité de nos services, explique Laurent. Outre un accueil irréprochable, cette certification exige que les produits frais soient sortis des rayons trois jours avant leur date limite de péremption.

Le ministère en charge de l’écologie estime à 7,1 millions de tonnes par an le nombre de vivres gaspillées chaque année dont 11% imputables au commerce et à la distribution.

Le gestionnaire aurait pu se contenter de jeter les invendus à la poubelle comme le font la plupart de ses homologues mais ce n’est pas vraiment le style de la maison.  Depuis 3 ans, nous trions tous nos déchets. 80% partent au recyclage. Les produits secs sont donnés aux associations caritatives qui n’ont pas de frigo. Et depuis quelques mois, fruits, légumes, crèmerie, pain et pâtisserie sont offerts aux cochons de la Ferme des 4 étoiles.

 

Leclerc a acheté deux camionnettes comme celle-ci pour récupérer chaque jour les invendus.
Leclerc a acheté deux camionnettes comme celle-ci pour récupérer chaque jour les invendus.

L’Assemblée nationale a voté jeudi 21 mai 2015 à l’unanimité des mesures contre le gaspillage alimentaire, destinées à empêcher les grandes surfaces de jeter de la nourriture.

Concrètement, l’accord est très simple. Leclerc achète le dispositif de collecte, soit deux remorques, prépare quotidiennement le lot d’invendus (plusieurs centaines de kilos) quand Jean-Baptiste se charge d’élever ses 72  porcs. Avec ce système, je fais des économies sur la nourriture, explique l’éleveur, mais j’ai besoin d’une main d’oeuvre plus importante. Ca prend du temps d’ouvrir les emballages, de trier, de donner à manger mais ça créé de l’emploi. A l’heure de la crise du lait, c’est un débouché intéressant pour ma ferme.

Du côté des restaurateurs, on se félicite aussi. Christophe Cornier chef de l’auberge de l’Elan, un restaurant gastronomique de la région, n’a pas assez de qualificatifs pour décrire ces cochons qui luttent contre le gaspillage alimentaire. C’est fa-bu-leux. La viande n’est pas trop grasse, tendre, goûteuse, elle se tient bien et ne rétrécit pas à la cuisson. C’est vraiment un produit d’exception.

 

cochon OK

 

Il reste encore quelques semaines pour que les porcelets atteignent 8 mois et 140 kilos. Là, ils prendront l’inéluctable chemin de l’abattoir de Houdan qui les conduira à la case jambon. Les Rambolitains les retrouveront alors dans le rayon boucherie de leur magasin. Jarrets, saucisses, rillettes… : du 100% local, garanti anti-gaspi et 4 étoiles.

Quant à moi, c’est à ce moment précis de l’histoire que je me féliciterais de ne pas être Miss Piggy.

21 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Connaissant très bien cette ferme, une chose à dire :
    Les journalistes sont forts !
    Le cochon y est considéré comme du jambon avant même d’avoir été abattu, tout comme les vaches…
    Une ferme à la recherche de qualité !

  2. Comme d’autres commentateurs, je suis choquée de cette exigence de sortir les produits frais des rayons TROIS jours avant leur date de péremption ! C’est énorme ! Les certifications ont parfois du bon mais là j’ai l’impression qu’on marche sur la tête…

  3. Tout simplement génial!hé oui,il faut donner de la confiture aux cochons…rien ne se perd,et ces animaux en profitent,ben voilà,c’est aussi cela la vie.

  4. Ce n’est pas normal de jeter des produits 3 jours avant la date de péremption , quel gaspillage de nourriture sans parler des déchets plastique ! Et tout le monde trouve ça normal ! C’est une très bonne initiative de donner ça aux cochons mais quand même, on marche sur la tête dans nos pays civilisés !

    1. effectivement, pourquoi jeter 3 jours avant alors qu’on sait bien que ces dates sont déjà fixées avec énormément de précaution
      c’est là déjà que ça commence ! et si on arrêtait d’être débile ?

  5. C’est une très bonne initiative. Mais y a quand meme un truc qui me chiffonne… des patisseries ?? des patisseries industriels ??!! je savais pas que ca faisait parti de l’alimentation des cochons.. Ne sachant pas précisément ce que les éleveurs donnent habituellement à leurs cochons je ne peux décemment pas m’insurger mais bon quand meme du chocolat …?!!
    Si quelqu’un d’aviser peut m’éclairer sur le sujet, j’en serais ravis.
    Merci

    1. Et pourquoi pas de la pâtisserie, il faut savoir que le cochon est un omnivore au même titre que l’homme donc il mange de tout même de la viande
      effectivement dans le temps les éleveurs pouvaient récupérer les restes dans les cantines pour nourrir leurs bêtes et à choisir vous préférez quoi un cochon élevé en liberté et à la pâtisserie et tué à 140 kg ou un cochon élevé en batterie à la farine et aux antibiotiques tué à 80 90 kg qui n’a aucun goût et qui a la cuisson rétrécie à vue d’oeil
      à vous de voir

    2. C’est tout vu, du cochon bio ! Élevé et nourri sainement et pas à coup de pâtisserie industriel ! Et quand on voit que c’est de la nourriture non périmé que l’on pourrait donné à des gens qui crève de faim…..

  6. D’ac avec Rambeau. Mais maintenant, c’est INTERDIT !!! C’est contre cette absurdité qu’il faut aussi lutter.
    D’autre part, ce recyclage est un moindre mal, mais quand même ces produits, encore valides puisque 3 jours avant la date de péremption, ne seraient-ils pas mieux utilisés en les donnant aux foyers de sans abris, ou directement aux sans abris eux-mêmes, via les organismes caritatifs ?

    1. Un scandale de nourrir de futurs cadavres avec toute cette bouffe alors que des pauvres gens n’attendent que ça !
      Sans parler du dérèglement alimentaire.. du chocolat, mais où va-t-il comme ça?!

  7. Dans mon collège aussi les restes de nourriture partaient chez les cochons. C’est une petite dizaine de poubelles que l’éleveur récupérait chaque jour.

  8. C’est fabuleux comme idée Bravo pour cette initiative et que cela continue dans d’autres villes
    Ma grand mère avant élevait un cochon dans sa ferme et elle allait à la laiterie du coin qui avait des chèvres et on lui donnait le petit lait qui ne servait plus un régal pour les cochons et je pense pour la qualité de la viande et il n’y avait jamais de reste car il était destiné au cochon

  9. C’est une très bonne initiative. Mais y a quand meme un truc qui me chiffonne… des patisseries ?? des patisseries industriels ??!! je savais pas que ca faisait parti de l’alimentation des cochons.. Ne sachant pas précisément ce que les éleveurs donnent habituellement à leurs cochons je ne peux décemment pas m’insurger mais bon quand meme du chocolat …?!!
    Si quelqu’un d’aviser peut m’éclairer sur le sujet, j’en serais ravis.
    Merci

  10. C’est un ami, lui-même éleveur qui m’a fait connaitre ce site web. Heureux de savoir qu’une telle récupération existe ! Pourvu que ça dure et qu’une loi vienne stopper un tel mouvement ……

  11. Quand j’étais jeune. À la cantine on ne mélangeait pas nos restes de nourriture avec les pots de yaourts ou autre car ensuite il y avait les poubelles de restes alimentaires qui partaient vers des fermes à cochons !!! J’espère que ça n’a pas disparu car c’était pas stupide non plus.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle