fbpx

bulles de bière et de savon

Chez Sophie Vergnat, des recettes de savon à croquer

Miel, bergamote, bière … La Lorraine est une contrée regorgeant de bons produits, bons à manger, bons à mettre dans nos … savons ! C’est le choix qu’a fait Sophie, qui a laissé tomber la chimie pour se tourner vers la saponification à froid. Dans ses savons, un brin chauvine, elle privilégie les produits lorrains, même les plus surprenants.

Sophie Vergnat derrière son comptoir, dans une partie de la maison de son grand-père. © Emmanuelle Mbama

Démouler le vrai du faux

Faire ses propres savons artisanaux, pour Sophie, ça commence par un simple constat personnel. Rien de ce qu’elle essaie ne parvient à résoudre son psoriasis, couplé d’un eczéma. Chimiste de formation, elle ne résiste pas à la tentation de créer ses propres potions. En 2017, confiante, elle commence tout de même petit en ne fabriquant des produits que pour elle-même. Jusqu’alors insolvables, ses problèmes de peau disparaissent en deux semaines d’utilisation.

Les si célèbres savons de Marseille et d’Alep sont réalisés en saponification à chaud.

Déjà, Sophie avait opté pour la saponification à froid, technique délaissée par les industriels car bien plus longue, et donc moins rentable. La saponification à chaud consiste à faire bouillir les ingrédients dans d’énormes chaudrons, entre 80° et 120°, jusqu’à ce que la soude soit consommée. Dans ces chaudrons, on ajoute quelques produits dont on peut questionner les effets sur la peau, mais aussi sur l’environnement. Avec les savons naturels ont évite alors : les sulfates, les silicones, les parabènes. Pour les éviter facilement, on peut repérer sur l’emballage le logo des savonniers à froid (gris et blanc, avec un main qui nous tend un pain de savon), ou même tenter par soi-même de démêler le vrai du faux. Moins il y a d’ingrédients sur l’étiquette, mieux c’est. Il faut surtout éviter : les suffixes et préfixes en -palm, les paraben, les tetrasodium, les EDTA. Tous sont non seulement mauvais pour la peau mais aussi pour l’environnement, puisqu’ils ne se dégradent pas !

Les shampoings solides de Sophie se vendent comme des petits pains (de savon). © Sophie Vergnat

Le laboratoire de Sophie, semblable à une petite cuisine, sent déjà bon la bergamote quand elle reprend ses fabrications. Cela commence par des mélanges et se termine par un coup de mixer des plus banals. À froid, la mixture est chauffée à seulement 40°, dans un bain-marie d’une heure. Puis, comme un gâteau, Sophie le met dans un moule en silicone, qu’elle laisse au frigo pendant deux jours, avant de le sortir et de le laisser sécher un mois entier. Le procédé lui prend plusieurs heures par jour ; elle aurait même bien besoin de bras en plus, mais ne peut pas encore se le permettre. Elle refuse pourtant de tomber dans ce qu’elle appelle le semi-artisanal. Il y a deux types de savons artisanaux, explique-t-elle devant ses rayons. Certains savonniers, même se revendiquant artisans, achètent des paillettes de savons industriels pour les transformer en pains. Ça prend moins de temps, mais du coup ça ne veut plus rien dire.

En réalité si l’on chauffe l’huile, on perd de ses propriétés.

Avec la saponification à froid, les produits ne perdent pas de leur propriété avec le temps (sauf les crèmes hydratantes). C’est en réalité assez simple : tout ce qui est dur dure longtemps tandis que tout ce qui est liquide à une conservation plus courte.

Chez Sophie, pas de grands chaudrons, mais un petit labo qui s'apparente à une cuisine. © Emmanuelle Mbama

La maison de mon grand-père

Revenons en 2017, et la soudaine disparition de ses problèmes de peau. Très vite, famille et amis s’intéressent à ses savons artisanaux, et passent commande. So Authentic naît, et prend place dans une partie de la maison du grand-père de Sophie. Les gens font quand même de plus en plus attention à ce qu’ils consomment ces dernières années, dit-elle pour expliquer l’augmentation progressive des ventes.

Dans certains cas, les allergies sont provoquées par les nombreux additifs industriels dans les produits de beauté.

Dans ses savons et shampoings, Sophie n’utilise que des produits bio et locaux : pour faire attention à la planète et parce que ça va dans la continuité de ce que j’ai fais jusqu’ici, d’avoir une démarche durable. Seules exceptions : les huiles d’olive (du Sud), de coco, et le beurre de karité, tout de même d’origine biologique. Les produits typiquement lorrains sont à l’honneur. Sophie propose un savon à la mirabelle, fruits aux qualités anti-âge qu’elle conseille aussi en après-shampoing. La bière locale, elle s’en rince les cheveux, comme sa grand-mère faisait pour les faire briller et en stimuler la pousse. Elle en met aussi dans son Chauve ki peut, shampoing du dernier recours contre les calvities prématurées – il s’écoule plutôt bien.

La boutique et le laboratoire se trouve dans une partie de la maison de son grand-père. © Sophie Vergat

Les recettes originales fonctionnent bien, surtout pour les shampoings : elle en vend deux fois plus que ses savons. Mais légalement, c’est assez compliqué : tout est contrôlé par des toxicologues, et cela a un prix : 1000 euros par formule. Les spécialistes font tester les produits, avant d’autoriser leur commercialisation. Sophie sent tout de même que sans ses études de chimie, on l’aurait moins prise au sérieux. Surtout que pour se lancer, cela demande un gros investissement. Cela ne l’empêche pas d’être audacieuse dans les recettes et les couleurs : on trouve en boutique des savons au jus de carottes, ou des recettes plus classiques. Ses produits phares ? Le Spotcake (bleu et jaune, qui exfolie) et l’Argipure, partent comme des petits pains de savon à la Ruche qu’elle fournit. Son best-seller reste son savon surgras au miel lorrain, dont elle nous montre la fabrication. Avec en prime, la petite astuce pour qu’il ait l’aspect des cellules d’une ruche. Mais c’est un secret qui restera en Lorraine.

6 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’ai testé plusieurs produits (savons et shampooings ) et j’en ai offert aussi et ils sont vraiment super !! Très agréables et tout simplement parfaits ! Franchement je les recommande.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle