fbpx

Trésors en fruits

Semencier : chercher la petite graine

Après la fabrication du terreau, on vous emmène à la découverte d’un autre incontournable du potager : la production de semences. La ferme de Sainte Marthe, dans le Maine-et-Loire, en est une spécialiste. Suivez le guide !

Certaines courges ne sont cultivées qu'une fois tous les trois ou quatre ans car le stock de graine produit sur une année est très important. ©Thomas Louapre

Le visiteur non averti qui se rendrait pour la première fois dans les serres de la ferme de Sainte Marthe serait bien surpris. Sur cette parcelle agricole, située sur la commune de Loire-Authion, à l’est d’Angers, les courgettes, aubergines et poivrons sont beaucoup trop mûrs pour être consommés. Un peu plus loin, ce sont les rangés de basilic qui sont complètement grillées sans avoir été récoltées.

Et pour cause, ce sont uniquement les graines de ces cultures qui intéressent l’entreprise. La ferme est productrice de semences. Elle cultive un tiers de ses graines sur cette parcelle, un autre tiers via des contrats passés avec des agriculteurs et achète le reste à des confrères, semenciers eux aussi. En général, ce que nous faisons nous-mêmes, ce sont les légumes les plus compliqués ou les petites séries dont nous ne vendrons que quelques sachets dans l’année, explique Arnaud, qui a repris l’entreprise avec son collègue Dominique en 2008.

Difficile à le croire sans les feuilles, mais Arnaud se trouve devant une rangée de basilic montée en graine. ©Thomas Louapre

Si le mot semencier peut faire penser à des multinationales ou à des manipulations génétiques parfois controversées, il n’en n’est rien ici. Le mode de culture reste artisanal et la grande majorité des graines vendues par la ferme sont bio. Chapeau de paille sur la tête et bottes aux pieds, c’est Thierry qui prend soin de la ferme toute l’année. À partir de fin août, il commence la récolte des productions les plus avancées. Il faut faire attention à ne prendre que les légumes qui correspondent à la variété recherchée. Si un pied donne des tomates jaunes alors que la variété est rouge, il sera arraché, souligne Arnaud.

Par voie humide, l'extraction des graines se fait à la main sur la ferme de Sainte Marthe. Un travail colossal pour les nombreux plants de melons, concombres, tomates ou comme ici pour la margose à piquant. ©Thomas Louapre

Nage de melon

Selon la culture, deux méthodes permettent de récupérer les graines. Par voie humide, elles sont mises à macérer dans des grands seaux noirs, puis à tremper avant d’être abondamment rincées à l’eau. Vient ensuite le moment du séchage sur grille. C’est une étape délicate. Si la graine ne sèche pas assez vite, elle va commencer à germer et il faudra tout jeter, insiste Thierry. Ce matin-là, il extrait des graines de melon. Toutes les graines blanches qui flottent à la surface du seau sont vides, on va les laisser partir avec l’eau, assure le responsable du site. Parole de semencier, le jour de l’extraction des graines de piment, il vaut mieux s’équiper de gants et d’un masque…

Les graines qui flottent sont vides. Thierry les laisse partir avec l'eau afin de séparer le bon grain de l'ivraie. ©Thomas Louapre

La deuxième méthode, appelée voie sèche, consiste à laisser sécher la culture sous le grand hangar. Les graines sont ensuite séparées de la plante en les piétinant et en les retournant avec une fourche. Ça nous arrive de rouler dessus avec la voiturette. Ça marche aussi bien, s’amuse Thierry. Pour les dernières impuretés, les graines passent par une soufflerie géante. C’est ainsi que sont récupérées les semences de laitue, basilic ou encore thé des jardins. Ensuite, c’est de la logistique. Une petite machine compte les graines et les met en sachets, eux-mêmes rangés sur de grandes étagères avant d’être expédiés chez les clients. Tout ce beau monde est vendu en ligne mais également via des jardineries.

Eh oui, vous ne rêvez pas, nous sommes bien en 2020 ! À la ferme de Sainte Marthe, certaines plantes sont toujours battues à la main afin de récupérer les graines. ©Thomas Louapre

En semer de toutes les couleurs

En chiffre, la ferme de Sainte Marthe, c’est plus de 1 000 références de graines dont 300 sont produites sur place. Les serres contiennent une diversité affolante. Mini-concombre à confire, margose à piquant, potiron petit bonnet turc, mais aussi piments, tomates et aubergines de toutes les formes et couleurs.

Arnaud met un point d'honneur à proposer dans son catalogue des légumes que les autres semenciers n'ont pas. ©Thomas Louapre

Pour ajouter des nouveautés à leur catalogue, Arnaud et Philippe partent en quête d’anciennes variétés. Nous voulions une aubergine un peu différente. En feuilletant des catalogues des années 1960, nous sommes tombés sur la monstrueuse de New York. Nous avons mené des recherches qui nous ont conduits à l’Inra d’Avignon. Ils avaient encore des graines et nous les ont mises à disposition pour remettre cette variété en culture, raconte Arnaud, avec la même ferveur que s’il avait résolu une enquête policière. Parfois, certains des clients envoient des semences pour les sauvegarder. Le problème étant souvent que la tomate de pépé n’est pas une variété proprement dite, sourit-il, mais si nous avons assez d’informations, ça peut nous arriver de les mettre en culture. De mettre en terre l’or traqué par ces chercheurs de petites graines.

Les graines sont finalement prêtes à être mises en sachet, la réussite de la culture dépend maintenant du talent du jardinier ! ©Thomas Louapre

Aucun commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle