fbpx

Du grain au pain

3 livres pour prendre conscience du pain que nous mangeons

Si manger est un acte politique, c’est le moment de casser la croûte. Nichée dans la mie de l’industrie boulangère, se cache une réalité nutritionnelle pas toujours alléchante. Pour parler levain, blés anciens ou meule de pierre, lisez !

Notre pain est politique, Groupe Blé de l’ARDEAR AURA et Mathieu Brier
Essai, Éditions de la Dernière Lettre
Année d’édition 2019

Pendant deux ans, paysans et paysannes de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont réuni·es pour fixer sur papier leurs expériences et points de vue sur la culture des céréales. Comment cultiver du blé sans dépendre des multinationales ? Pourquoi le gluten est-il devenu un problème pour la santé ? La baguette « tradition » et les pains surgelés sont-ils si différents ? Le collectif de meuniers·ères-boulangers·ères répondent dans cet ouvrage riche mais pas moins digeste. Un plaisir de lecture.

Je ne mangerai pas de ce pain-là, Adriano Farano
Enquête, Éditions du Rouergue
Année d’édition 2020

Non, le problème n’est pas le gluten, mais plutôt la manière dont l’industrie agroalimentaire a bouleversé la filière blé-farine-pain, introduit l’auteur dans son avant-propos. Pendant trois ans, Adriano Farano a cherché des réponses en menant l’enquête et en mettant lui-même la main à la pâte. Journaliste et boulanger (Pane Vivo, dans le XXᵉ à Paris), il livre le chemin qu’il a entrepris depuis les origines de la panification. Un plaidoyer pour un pain qui fait du bien.

À la recherche du pain vivant, Jean-Philippe De Tonnac et Roland Feuillas
Entretien, Éditions Domaine du Possible
Année d’édition 2017

Par quelles étapes passe-t-on pour aller d’un pain asservi aux lois macabres de l’agroalimentaire à la réalité du pain vivant ? Pistes d’une réponse avec l’itinéraire du paysan-boulanger Roland Feuillas, installé au moulin de Cucugnan dans les Hautes Corbières après une première vie comme chef d’entreprise. Au menu, une longue interview menée par Jean-Philippe de Tonnac. Pauses casse-croûte sur la route : des blés anciens, une meule de pierre, de longues fermentations, un four à bois.

 

4 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Avec les confinements, j’ai appris à faire mon pain au levain, ce n’est pas si compliqué. Je tiens 10 jours avec 1 kg de farine soit 1,8 kg de pain produit (nous sommes deux).

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle