fbpx

Tous à poêle au bureau (épisode 9)

« Demain matin à l’aube », nous lança la Biocoop !
« Ciel, des impétueux nous provoquent en duel sur le terrain de la cuisine en entreprise ! Ainsi soit il : choisissez vos armes, maroufles !
– Nous vous défions aux poireaux, au fenouil, à la quinoa, aux champignons de Paris et à la feta.
– Huile, crème, condiments ?
– Selon votre convenance. Et que la meilleure recette gagne… »

Ainsi s’engagea la légendaire bataille opposant La Ruche qui dit Oui ! à la Biocoop de Pornic. Un combat sans merci, sans répit, et sans vêtements bien entendu.


La règle était simple : les employés de la Biocoop choisissaient les ingrédients, et les deux camps les accommoderaient du mieux possible, le même jour et sur leur lieux de travail respectifs.
Par courtoisie, commençons par présenter la recette de nos adversaires.
Marina nous confie que « le repas était 100% féminin », ajoutant : « les garçons nous ont fait faux bond (on pense qu’ils avaient peur…) ».
En même temps, quand on voit l’ardeur de Marina qui poignarde les légumes, on se demande si davantage de testostérone était nécessaire.

Pas de pitié pour les poireaux.
Pas de pitié pour les poireaux.

 

Les filles n’ont pas manqué de talent : leur repas était en deux volets. D’un côté une salade froide composée de radis noirs en rondelles, de feta en dés, et de fenouil émincé. De l’autre, du poireau et des champignons revenus à la poêle, mélangés à un étonnant risotto de quinoa (un quinotto ?).

Les employés des Biocoops ne sont pas sérieux, ils s'amusent trop au travail.
Les employés des Biocoops ne sont pas sérieux, ils s’amusent trop au travail.

Les filles ont apprécié l’expérience : « le défi était super bien pensé, je pense que vous devriez faire suivre le mouvement avec d’autres entreprises. Le directeur du groupe Biocoop l’a trouvé très bien, et voudrait le faire entre les 4 magasins pour souder les équipes. »
On peut comprendre que la direction s’y intéresse, quand on sait que le repas pris en photo ci-dessous a coûté seulement 2,5€ par personne.

biocoop3

 

A présent, au tour de La Ruche qui dit Oui ! d’utiliser ses cartouches.
Chez nous, curieusement, la cuisine était 100% masculine. Un drôle de hasard qui permet à cet article de respecter une stricte parité.
Et pour faire les choses du mieux possible, on s’est mis à l’aise.

Cuisine sous très haute température.
Cuisine sous très haute température.

Nous ne savions pas ce que mijotait la Biocoop de son côté ; aussi, nous avons essayé de la doubler sur le terrain de l’originalité. Nous avons d’abord réalisé un carpaccio de radis noir : tranches fines, marinées dans l’huile d’olive très citronnée et décorées de ciboule ciselée.
Avec un peu de sel et de poivre, c’était l’été dans l’assiette.

Le carpaccio de radis noir aux ciboules.
Le carpaccio de radis noir aux ciboules.

Pour le plat principal, nous avons cherché un long moment une idée unique au monde… Quand l’éclair de génie nous frappa : un risotto de quinoa (un quinotto) !
Nous n’imaginions pas que nos adversaires avaient été frappés par le même éclair de génie, qui leur avait inspiré la même idée unique au monde…
Notre quinotto, cependant, était assez particulier : il comportait de gros quartiers de champignon, du fenouil cuit, et le reste du thé que l’équipe a bu durant la matinée.
Enfin, nous l’avons accompagné de poireau rôti recouvert de feta rapée.

Poireau rôti couvert de feta rappée, avec son risotto de quinoa aux champignons. Le chou romanesco, c'est purement déco.
Poireau rôti couvert de feta rappée, avec son risotto de quinoa aux champignons. Le chou romanesco, c’est purement déco.

Pour plus de photos d’hommes nus embrumés de vapeurs de poireaux, découvrez l’album photo de notre recette.

Un grand merci à Marina, Sandra, Béatrice et Karen de la Biocoop « Les Hameaux Bio » pour avoir joué le jeu à fond. On espère qu’elles continueront de leur côté à cuisiner en entreprise ! Et vous, tout cela ne vous donne-t-il pas furieusement envie de vous mettre tous à poêle au bureau ?

Contactez benjamin@lrqdo.fr et proposez-nous un défi : le sens de l’honneur nous interdit de les refuser.

Le grand vainqueur du jour : la gastronomie.
Le grand vainqueur du jour : la gastronomie.

 

6 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. c est géant et surement délicieux ,a deguster 1 fois chaque semaine .je souhaite le detail de cette recette ;merci d avance et félicitations .

  2. SUPERBE IDEE !! Et à quel prix !!
    Merci les jeunes pour ces belles initiatives… cela met du baûme au coeur !!
    Annie-Claude

  3. Catherine Dailloux – Ah quand le calendrier!!!
    Ah quand le calendrier!!!
    En avril je fête les 1 an de ma ruche et je voulais faire des photos. Je vais lancer l’idée, mais je ne suis pas sûre que producteurs et abeilles acceptent la tenue d’Eve et d’Adam, même avec une cagette de carottes bien placée!
    Par contre je suis preneuse du tablier, peux-t-on vous en commander?
    Catherine
    La ruche du Bord’ Haut de Vigny (95)

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle