fbpx

Maraîchers sur la paille

Sylviane Duffau et Bernard Sancho, couple de maraîchers bio de Haute Garonne et producteurs-pionniers du réseau des Ruches ont choisi cette année de « pailler » leurs cultures. Moins d’arrosage, moins de désherbage, plus de matières organiques, la technique semble avoir tout bon. Pour en avoir le cœur net, nous sommes allés à leur rencontre. Découverte en 8 questions.

Ferma Cassagne (17)

Au printemps, on vous a vu installer de la paille au pied de vos cultures, de quoi s’agit-il ?
La nature n’a pas conçu la terre nue. Il y a toujours de la végétation qui pousse dessus, entre et avec les cultures. C’est pour cela que nous avons recours au paillage, pour revenir à quelque chose de plus naturel. La technique consiste à recouvrir le sol de matériaux organiques ou minéraux pour le nourrir et le protéger. Toutes ces matières sont déposées au pied des plantations.

Vous utilisez quoi comme végétaux ?
De la paille que nous avions de côté. Il en faut beaucoup de balles, et c’est assez onéreux. Mais nous pensons que ça sera compensé par des économies d’eau et de temps de désherbage. Nous retrouverons surtout un équilibre naturel dans le sol, que nous ne travaillerons plus.

Ferma Cassagne (14)
On dit qu’un binage est égal à deux arrosages, qu’en est-il du paillage ?
Sur un sol nu, le phénomène d’évaporation est 3 fois plus important que sur un sol forestier. Aussi, en été lorsque les températures augmentent, la plante transpire beaucoup. L’eau s’évapore, ses racines se réchauffent. Le paillage permet d’absorber l’eau et de maintenir l’humidité du sol. C’est une bonne méthode pour réduire l’arrosage !

Un sol toujours frais et humide, c’est la garantie d’une bonne récolte ?
Le paillage protège le sol des variations climatiques et évite ainsi le phénomène de battance des sols, c’est-à-dire le tassement de la terre sous l’action de la pluie. On évite donc la formation d’une croûte imperméable en surface qui empêcherait l’eau des prochaines pluies ou des arrosages de s’infiltrer et de nourrir la plante. Pour les plantes, un sol paillé est aussi la garantie d’une certaine constance. Terminé le stress d’un sol trop chaud, trop froid, trop sec ! Humidité et températures clémentes sont garanties toute l’année.

Ferma Cassagne (12)

Le paillage n’étouffe-t-il pas les plantes ?
Si mais seulement celles qui ne nous intéressent pas. La paille est déposée autour des plantes que l’on souhaite voir pousser. Leurs tiges et leurs feuilles sont donc à l’air libre et peuvent se développer aisément. En revanche, comme le paillage empêche la lumière d’atteindre la surface du sol cela empêche les mauvaises herbes de germer et de se développer.

Les bestioles doivent adorer ce sol meuble, frais et humide ?
Le paillage sert de refuge pour les insectes qui jouent un rôle important dans la structure de la terre. Ils sont à l’abri l’hiver et aèrent les sols (on y trouve des vers de terre et autres insectes).Au fil des mois, le paillage se décompose et se transforme petit à petit en humus. Ainsi, le complexe argilo-humique du sol s’enrichit, sa fertilité augmente.

Le paillage semble n’avoir que des qualités, pourquoi avoir attendu cette année avant de le mettre en pratique ?
Nous avons appris cette technique en parlant avec d’autres agriculteurs, et avons testé le paillage l’an dernier sur une petite parcelle de pommes de terre : elles étaient superbes ! Du coup, nous nous sommes lancés pour tester sur les autres cultures.

Enfin, vous utilisez cette technique pour vos cultures maraîchères, est-ce généralisable à toutes les cultures ?
On peut tout pailler. Essayez dans votre potager, ou même au pied de vos plantes en pot. Le paillage est également très conseillé pour les pays dont les cultures souffrent de températures extrêmes.

Ferma Cassagne (11)

Sylviane et Bernard auront-ils plus de tomates cet été ? Leurs salades seront-elles plus belles que l’an passé ? Expérimentation à suivre…

Si vous aimez nos articles, dites-le nous sur notre page Facebook et pour découvrir la Ruche qui dit Oui ! c’est par ICI

10 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. nous paillons depuis que nous avons notre jardin apr contre ça grouille de rongeurs, et pas que des petites musaraignes, aussi des surmulots (rat des champs). une astuce pour les virer du jardin ? ils creusent plein de galeries et se régalent des futures patates…

  2. Sur une terre lourde (argileuse), pailler tard au printemps afin de ne pas trop gêner son réchauffement
    Pour limiter l’effet des limaces :
    – ne replanter que des plants assez forts
    – quant aux semis… paix à leurs âmes !

  3. J’ai passé un an en Nouvelle-Zélande, et les gens ont beaucoup recours à cette technique. Ils n’utilisent pas forcément de la paille, mais parfois des copeaux de bois, ou bien ils recouvrent la surface de papier journal puis d’herbe coupée (moyen de recycler l’herbe lorsqu’elle est tondue).

  4. tout a fait le paillage permet moins d’arrosage et réduit les adventices, depuis cette année j’expérimente cette méthode , résultat les légumes sont beaux , souffrent moins du stress hydrique du au sol nu , non paillé, ils sont plus propres et moins de parasites, de maladies.

  5. Dommage qu’on ne parle pas de limaces dans cet article. Le paillage, elles adorent ça. C’est ensuite une belle galère à gérer…
    Je paille depuis de nombreuses années avec tout ce que je trouve : feuilles, foin, paille, brf, … mais les limaces sont une véritable plaie et c’est assez difficile de limiter leurs attaques sauf à les enlever à la main à la tombée de la nuit.
    Et vu que le sol n’est plus travaillé, ou le moins possible, on ne détruit pas leur habitat, donc elles sont peinardes devant la télé avec une bonne bière (d’ailleurs ça ne marche pas vraiment non plus la bière comme technique)…
    Si quelqu’un a un tuyau ou deux, je suis preneur.

  6. Petite précision supplémentaire : le paillage empêche l’eau de pluie d’éclabousser les feuilles, qui restent donc plus propres, et donc la photosynthèse se fait bien plus efficacement (la chlorophylle n’étant pas camouflée par la boue) et la plante grossit bien mieux, surtout lorsqu’elle est jeune et que les feuilles sont au ras du sol 😉

  7. Moi aussi j’ai commencé un mini potager en butte! Je n’ai pas encore mis grand chose, mais j’ai hâte d’y installer mes plantules encore en serre! Un site intéressant : le potager de Hazelip sur you tube!
    Bonnes récoltes!

  8. Magnifique! Je commence un petit potager en butte chez moi. Je mets aussi de la paille qui me permet en plus de m’élever. J’espère ainsi avoir moins de limaces. Je vais commencer des semis puis je mettrai les plantules sur ma butte…
    Pourquoi a-t-il fallu tant de temps pour découvrir ces méthodes naturelles?
    Bon travail!

  9. Ne serait-ce pas davantage la conservation de l’humidité du sol qui rentrait le paillage intéressant ? L’apport de minéraux et de matière organique issu des composés lignocellulosiques est certainement lente ? Est-ce qu’on peut voir un bénéfice dans ce cas dès les premières cultures ? Et puis, la paille est isolante et permet de limiter les pertes de chaleur du sol.

  10. impossible, malheureusement, de lire ce blog à cause du bandeau « manger, produire … » et « j’aime » pour facebook, qui se balade devant les écrits.
    bouuuuuuuuuuh

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle