Les légumes sont dans le sac (en tissu)

Si l’on repousse sans cesse leur interdiction, ça va quand même bien finir par arriver : les sacs plastique n’auront bientôt plus droit de cité. En Alsace, les maraîchers prennent les devants. Aux Jardins du Giessen, atelier d’insertion professionnelle par le maraîchage biologique, les binettes ont laissé la place aux machines à coudre, dans un nouvel atelier que l’on a visité sous toutes les coutures.

 

Assoc Jardins du Giessen

Ce tictictic n’est pas un son habituel dans le local des Jardins du Giessen. D’ordinaire, c’est plutôt calme, à peine le bruit de l’eau qui coule pour nettoyer les légumes ou celui d’une binette qui racle la terre avec douceur. En revanche, ce qui ne change pas, ce sont les conversations, nombreuses, entre les maraîchers et les chefs d’exploitation.

Le sujet du jour : la longueur du tissu. Elle doit être suffisamment longue pour que les poireaux et les courges butternut soient à l’abri. « Nous fabriquons des sacs en tissu pour y mettre nos légumes, précise Marie Windenberger, chef d’exploitation adjointe de Jean-Luc Lott, à l’atelier d’insertion par le maraîchage bio, nous cherchions depuis longtemps une solution pour remplacer les sacs en plastique pour nos distributions. Le tissu, c’est idéal, c’est solide, lavable et ça ne pollue pas !  Nous utilisons des tissus de récupération qu’on cherche chez Emmaüs ou qu’on nous donne ».

Assoc Jardins du Giessen

« On apprivoise les machines », sourit Marcelle, salariée de l’atelier depuis neuf mois. Certaines n’ont jamais fait de couture, c’est donc une découverte pour elles. Sabine profite de l’occasion pour « apprendre à coudre, enfin, si j’arrive à entrer le fil dans l’aiguille ! » On entend les rires entre les tictictic des machines, tandis que Cathie, la femme de Jean-Paul Lott, distille ses conseils aux maraîchères en pleine action, tout en remettant le droit fil en place ou en remplaçant une bobine vide. « Cathie lance l’atelier qui va se dérouler sur tout l’hiver, précise Marie Windenberger, l’objectif est de faire deux-cents sacs pendant cette période qui demande moins de travail dans les champs. On est plus disponible, c’est intéressant de faire ces travaux pendant ce temps ».

Pour Marcelle, cette démarche est « plus qualitative car il y a moins de gaspillage. Et en plus les sacs seront enfin à la bonne taille pour les légumes. Caser les choux kale, les poireaux et les courges, ça fait des gros paniers. »

2015-12-11 18.23.35

Les sacs en tissu ont fait leur apparition il y a quelques jours « dans les cageots des membres des six Ruches du réseau de La Ruche qui dit oui que nous livrons dans la région, indique Marie, qui compte en plus 250 paniers chaque semaine dans les points de dépôt du secteur, un marché et deux magasins paysans ». Au moment de la distribution, chaque sac en tissu plein de légumes est vidé dans le cabas du consommateur, et le sac vide retourne aux Jardins du Giessen en fin de distribution. Un système très vite adopté dans les Ruches.

Prévue depuis quelques mois, la démarche des maraîchers de Châtenois n’a pas de lien avec le fameux décret qui prévoit l’interdiction des sacs de caisse en plastique à usage unique, initialement prévue pour le 1er janvier 2016 et reportée à l’été. Le décret vise à privilégier uniquement les sacs plastiques réutilisables, les sacs  pour emballage de fruits et légumes en vrac, ou les sacs en papier ou en tissu. Pour le chou kale et les poireaux du Giessen, le tissu est parfois à fleurs, et ça égaie sacrément les distributions hivernales.

2015-12-11 18.24.16

Autres travaux d’hiver : la construction d’une chambre froide avec des briques en terre crue pour conserver les légumes de garde. Imaginée par les architectes de l’agence strasbourgeoise G. Studio, la structure en ossature bois va accueillir d’ici la fin de l’hiver quelque 75 tonnes de légumes, que les locavores retrouveront dans les sacs en tissus colorés des Jardins du Giessen.

3 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. […] – Maraichage BIO Moselle. AMAP "Les jardinsd'Arnaville" Amap. La Ruche qui dit Oui ! Les légumes sont dans le sac (en tissu) – Oui ! Par Anne Schreiber, Si l’on repousse sans cesse leur interdiction, ça va quand même bien […]

  2. Bonjour,

    J’adore ! Tout à fait ce que j’attends de retrouver à ma ruche.
    En effet, cela fait déjà quelques temps que je me questionne : je viens avec mes cabas OK, les légumes sont dans des cagettes et transvasés dans mes cabats OK, mais il y a le reste : les champignons, noix etc.. sont dans des sacs plastiques. Donc super idée, je vais inciter ma ruche à prendre le même chemin.

  3. Bonjour,
    Cette idée de sacs en tissu est tout à fait géniale. Peut on connaître les dimensions de ces sacs pour pouvoir en confectionner pour ma ruche. Merci d’avance.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle