Cueillette détox

Décrassage de printemps, faites-le avec des fleurs

Quand vient le printemps, la nature reprend son souffle et ses couleurs. Sylvie Neve, herboriste potagère, nous propose d’en faire autant. Séance de décrassage et de recentrage, vous êtes prêts ?

Les giboulées nous annoncent peut-être oui… peut-être non… Le printemps… Entre les rayons lumineux, se hâtent les grains de givre comme fâchés d’une fin de cycle hivernal… Nous rions de l’intérieur et comme pour faire mieux entrer la lumière, nous faisons le grand ménage… les vitres et les carrelages, les armoires et les greniers… Du sol au plafond… Cette envie frénétique monte avec les hautes marées, c’est fort !

Pour accompagner ce mouvement né de la nature, il y a des centaines de stratégies, des milliers sans doute. Mettre son corps à profit des réjouissances, tout cela est bien dans nos veines. Comme la sève jaillit du bouleau, nos désirs sont puissants. Encore faut-il les décrasser pour les retrouver comme neufs aptes à affronter toutes les audaces.

Dans nos vies urbanisées, industrialisées, il est bien difficile de retrouver les prim’sensations  printanières. Est-ce qu’un petit tour sur les chemins longeant les prairies, les forêts, les rivières, les montagnes, les rochers ou les collines à cette période de mars ne mettrait pas en route ce vaillant désir de vivre nos propres splendeurs ?

C’est, pour moi, l’étape essentielle. Celle qui est la clé de notre propre système organique. Etre en lien avec le vivant, l’abrupte rigueur entre le froid et le chaud qui laisse échapper les verts les plus vifs tranchés de soleil et d’ombres. Vos joues seront rouges de ce vif senti et salutaire pour mettre en route votre mécanique instinctive.

Ouah ! Ca c’est bon à vivre. Il faut renouveler l’expérience dans divers milieux naturels,  chaque jour à capter les sons, les odeurs, les nouvelles couleurs, les contrastes qui tournent la page du temps, celle de la transition. L’amorce est installée. Mars laissera échapper le printemps. Saisissez-le !

Voilà, le principal est fait : être conscient du mouvement de vie !

J’ai préparé la tisane Grand ménage, il y a déjà quelques années… Elle contient 7 plantes, comme toutes mes tisanes. Voici donc ce que vous pouvez boire à cette période.

  • Le Chiendent. C’est un coureur de jupon, une fringante personne, un traceur, un pousse-toi de là, un rusé, un pique-assiette, un indétrônable… Bref, sa vivacité et son entrain infatigable nous laisse admiratif !
  • La Bardane, une dame puissante, une matrone à la robe épaisse, une sensuelle charnelle.
  • Le Bouleau, c’est l’arbre de la lumière, le don de soi, l’altruiste, l’éclaireur, la joie et l’optimisme
  • Le Pissenlit, c’est le soleil à nos pieds, la profondeur et l’esprit
  • La Bourrache offre la pureté, la brillance, l’honnêteté
  • Le Romarin, c’est le juste, la mesure, la tempérance, la volonté, l’audace
  • La Mélisse, c’est la douce, la fine, la confidente. Tu lui déposes tes fardeaux.

C’est Sylvie qui l’dit… Parce que Sylvie voit les choses comme ça. Elle vit avec les plantes. Elle croit qu’elle sait. Alors le monde autour lui rappelle que les plantes ont des principes actifs… vérifiés, contrôlés, vécus, confirmés, testés (voir encadré plus bas).

Avec ces « maux » là, c’est sûr, on se sent moins petit. Mais du haut de notre perchoir, voyons-nous encore nos pieds qui marchent sur terre. Moi, je traîne au ras des Pâquerettes, là où il me fait bon voir…

Il y a le savoir qui se transmet de générations en générations, par la parole et par les actes. Le bon sens se construit dans la vie qui va. Et il y a le savoir qui vient d’en haut et qui me dicte comment croire, les savantes paroles qui se posent en commandements et qui m’font le cerveau bizarre, plus apte à compter et à lire qu’à expérimenter.  Ah l’empirisme c’est du « jadis »… Bref, revenons-en à nos « moutons ».

Si la promenade dérouille le corps et l’esprit, elle donne aussi de l’appétit : le printemps nous donne envie de croquer à pleines dents des fruits frais, des légumes crus. Alors pas de temps à perdre pour assouvir nos primates besoins. Raffermir nos gencives pour affuter des dents de loups et grogner quand il faut. Le végétal cru nous apporte tant de vitamines qui donnent bonne mine et le clin d’œil brillant.

Et si le temps n’y est pas, soyez prompt à boire l’eau bouillie des plantes, ça fait longtemps qu’elles attendent depuis qu’on les délaisse. Elles sont notre laboratoire né (en grande partie) du travail des « bonnes femmes » depuis la naissance de l’humanité, il nous reste encore tant à faire pour découvrir avant d’inventer.

Ah ça, ce sont les p’tits coups d’sang d’une paysanne, ce qui laisse à croire que la franche saison se pointe. Alors peau neuve et bon printemps !


 

Les bonnes plantes du printemps

  • ChiendentCynodon dactylon – POACEAE : Fructanes, mucilages, saponosides, polyols, H.E., acides gras libres, monoterpènes, sesquiterpènes, vanillines et acides phénoliques, acide silicique et silicates, lectines… | Indications thérapeutiques : thérapie de drainage  en lien avec les reins.
  • Bardane : Arctium lappa – ASTERACEAE : Inuline (27 à 45%) mucilages, H.E., Polyènes et polyines, une dizaine de composés souffrés, des acides costiques, des principes amers, Polyphénols, triterpènes et stérols… | Indications thérapeutiques : remède populaire sudorifique et diurétique, laxatif – utilisé dans les problèmes de peaux.
  • Pissenlit : Taraxacum officinalis – ASTERACEAE : Principes amers (taraxacine), Triterpène, composés phénoliques, FlavonoÏdes, Glucosides, Acides phénoliques, Coumarines | Indications thérapeutiques : Troubles des sécrétions biliaires et effet diurétique. (le foie).
  • Bourrache : Borago officinalis – BORAGINACEAE : Mucilage, nitrate de potasse, résines, malate de calcium, Tanins, H.E., Manganèse, Magnésie, Acide phosphorique, Allantoïne… | Indications thérapeutiques : Emolliente, sudorifique, diurétique, adoucissante, rafraîchissante, calmante, dépurative… Etats fébriles, refroidissement, rétention d’urine, congestion des reins, du foie, de la rate…
  • MélisseMelissa officinalis – LAMIACEAE : H.E. , Epoxyde de caryophyllène, germacrène, acétate de géranyle, citronellate de méthyle, nérol, linalol, géraniol et citronellol. Hétéroside monoterpéniques, acide rosmarinique, acide chlorogénique et caféique, flavanoïdes… | Indications thérapeutiques : Troubles du sommeil d’origine nerveuse et troubles fonctionnels gastro-intestinaux.

9 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. voilà qui nous met l’eau à la bouche ! Vivement la venue de Sylvie à la Ruche de Maffliers

  2. Quel magnifique article!
    Des mots qui rendent bien l’énergie de la saison,
    qui rendent un vibrant et savant hommage à nos
    compagnes végétales
    et des photos pleines de sève et de couleurs!
    merci, on en redemande!

  3. A la ruche de Lavalette à l’Est de Toulouse, on propose une salade des premiers rayons de soleil autour de la roquette qui vient de faire son apparition dans les propositions notre maraîcher bio : roquette donc, mais aussi jeunes pousses de pissenlit, fenouil sauvage, oseille blette et betterave avant fructification. A consommer sans modération et découvrez les vertus de ces jeunes pousses…

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle