Du Mexique au Finistère

Bretagne : l’Aloe vera a vu le jour

D’Acapulco à Pouldreuzic, il n’y a qu’un pas. Depuis quelques mois, l’Aloe vera pousse aussi sous les embruns du Grand Ouest. Découverte.

Amélie, tu peux nous faire un reportage sur l’Aloe vera ? Oui, bien sûr, je fonce prendre mon billet pour le Mexique. Je me voyais déjà en train de boire une tequila et manger des burritos à Acapulco. Que nenni Amélie, il y a un producteur d’Aloe vera à 10 minutes de chez toi, en pays Bigouden. Bon, le temps de ranger ma crème solaire et mon maillot et j’enfile mes bottes, direction Pouldreuzic où je vais rencontrer Anne Roche, qui se lance dans la production d’Aloe vera bio en Bretagne.

Anne Roche et sa nouvelle passion. ©Côté Quimper

Anne a déjà plusieurs cordes a son arc, éthologue (elle parle aux chevaux), elle est aussi productrice de safran et de curcuma bio alors pourquoi ne pas essayer l’Aloe vera ? Justement, c’est sa passion pour les plantes médicinales qui l’a amenée à se lancer dans cette production, unique en Bretagne.

Après de nombreux échanges avec le seul producteur de France installé en Alsace, après des discussions interminables sur les conditions climatiques de la Bretagne, Anne décide de se lancer à son tour dans la culture de l’Aloe vera avec une soixantaine de plants, d’Aloe vera ou d’Aloe arborescens qui peut atteindre jusqu’à 3 mètres de haut. C’est dans sa véranda que je la retrouve. Dehors, il fait 10° C (on est loin du Mexique !) mais à l’intérieur, c’est une douce chaleur qui enveloppe les plants.

A gauche, aloe vera. A droite, aloe arborescens.

« En France, si l’on trouve pas mal de produits à l’Aloe vera, cosmétiques, gels, poudres, la plante ne vient jamais de chez nous mais plutôt d’Espagne et d’Italie, » explique la productrice. La plante se déniche néanmoins en jardinerie mais sous sa forme ornementale. Attention alors aux engrais chimiques et autres substances qui l’ont nourrie que l’on retrouvera plus tard dans le gel.

Comment ça pousse, ces plantes-là ? Demandez à Christophe Colomb, il en emportait partout, leur donnant le petit nom de « médecin en pot ». Alexandre le Grand, lui, annexa une île où il ne faisait pousser que ça ! Aussi fou que cela puisse paraître, cette plante aux 1 000 vertus remonte à plus de 5 000 ans.

Les plants ont déjà deux ans.

Aujourd’hui, l’Aloe se plaît dans une véranda en pot ou dans une serre en pleine terre. Là, il se développe à merveille. Même s’il résiste à des températures de 0/4°C, mieux vaut lui réserver un endroit chaud afin de le voir s’épanouir royalement.

Dans la serre, Anne est fière de son pied d’Aloe vera de 5 ans, il est énorme ! Comme un cactus, il demande peu d’entretien, un demi verre d’eau par semaine (en été) lui suffit. « Dès qu’il atteint sa « maturité « , vers l’âge de 2 ans pour l’Aloe vera et 5 ans pour l’Aloe arborescens, on peut alors profiter de ses bienfaits en prélevant ses feuilles », explique la passionnée.

A 5 ans, la bête est grosse comme ça.

Bien entretenu, un pied peut durer toute une vie surtout si l’on ne prélève les feuilles qu’à maturité et uniquement en cas de besoin. Ce qui est sympa avec la plante, c’est qu’elle se bouture facilement. Vous pourrez, vous aussi, avoir votre nurserie d’Aloe et en faire profiter vos amis.

Comment l’utiliser ? C’est très simple. Les feuilles d’Aloe arborescens s’utilisent en entier, avec la peau. Pour l’Aloe vera, vous allez devoir le peler afin d’en extraire le gel. Ce gel est incolore et pratiquement inodore. On décèle une pointe de fraîcheur, de « souffle de la forêt », comme je dirais, bref, ça sent la nature. Une fois coupée, la tige se conserve environ un mois.

Une « tranche » d'aloe vera. Le précieux gel, translucide, est au coeur de la tranche.

Le gel d’Aloe vera s’utilise en usage externe pour ses vertus cicatrisantes, hydratantes et son effet tenseur. On s’en sert aussi sur les piqûres d’insectes et les brûlures. Anne me confie qu’elle se passe un peu de gel tous les matins sur le visage à la place de la crème de jour et je peux vous assurer qu’elle a une peau de bébé !

Mais le gel s’utilise aussi en cure interne pour ses propriétés digestives, anti-inflammatoires, antivirales et antiseptiques. Vous voulez une recette ? Mixez 350 g de feuille d’Aloe arborescens ou 350 g de gel d’Aloe vera avec 500 g de miel et 30/40 ml d’alcool distillé. Prenez 3 cuillères à soupe par jour jusqu’à épuisement de la bouteille (celle du mélange hein, pas de l’alcool). C’est aussi un très bon antiseptique et antiparasitaire pour les animaux et une plante dépolluante pour l’intérieur de nos maisons.

En serre, un pied d'aloe arborescens, un vrai petit arbre nous offre une fleur !

Pour démocratiser l’usage de la plante, Anne souhaite, dès le printemps, proposer des ateliers pédagogiques afin que chacun puisse réaliser soi-même ses crèmes.  Elle est aussi en contact avec une savonnière de Douarnenez pour marier le gel d’Aloe avec ses savons.

Pour Anne, tout l’intérêt de cette culture est de proposer la plante en frais. Pour développer sa production, Anne a mis en place une cagnotte (https://www.kengo.bzh/projet/aloe-vera-bio-du-pays-bigouden) et l’entreprise Penn ar Box aide aussi avec la mise en place de l’arrondi solidaire. (http://www.pennarbox.bzh/fr/producteurs-produits-bretons). On l’aide ?

7 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Il est important de dire qu’il faut tout de même faire attention, seul le gel contenu à l’intérieur des feuilles est la seule partie utilisable de la plante. L’aloïne, située en dessous de l’écorce, sève rouge jaune est laxative et a des effets néfastes pour la santé, alors il faut l’expliquer. Existe t-il en France un organisme chargé de classer les entreprises en fonction de la qualité du produit aloë vera? Il y a une instance internationale indépendante:International Aloe Science Council qui classe les entreprises transformant ou utilisant ce produit selon la qualité de l’aloe. Pourriez vous me répondre?

  2. Bonjour

    je trouve super que l’on puisse cultiver de l’aloe en France, j’en ai moi même rapporte de l’ile de la reunion qui a très bien poussé chez moi ‘Toulouse)
    je me demandais de quelle terre a besoin l’aloé (vera ou arborescens ) ? et de quelle quantité d’eau ?
    Pour l’aloé Arborescens on peut ingérer la peau ?
    Merci et bonne continuation dans ce projet

  3. Je fais partie de la ruche de Taden et votre article m’a donné envie de cultiver un ou deux pieds d’Aloe Vera
    Est çe que vous accepter de les envoyer car Il y a 2h30 de route
    Merci pour cet article

    1. Bonjour Marie Paule,
      Et merci pour votre commentaire.
      J’ai transmit votre demande directement à Anne, la productrice.
      Je suis certaine qu’il y a moyen de s’arranger!
      Amélie

  4. Je suis distributrice, et grande consommatrice de produits à base d’aloé véra barbadensis miller. En complément alimentaires, comme en produits de soin et de beauté.
    J’ai encore soigné une brûlure pas plus tard qu’hier grâce à l’Aolé.
    Petit incident en cuisine, en remplissant mes bocaux de coulis de tomates. Je me suis bien brûlée la main entre le pouce et l’index.. Bref, sans aloé, je le sentirai encore. Au lieu de cà, j’ai pû stopper « le feu » quasi instantanément. Apres application d’une compresse d’aloé sur la brûlure, une bonne nuit de sommeil. Ne restai plus qu’une légère rougeur au petit matin, et pas de cloque…Ce soir, il n’en reste aucune trace.
    Nous avons tous une peau de nature sèche, que nous bichonnons à l’aloé. Plus de crise d’eczéma depuis que l’on utilise l’aloé…
    Et j’en passe, je suis intarissable…

  5. Bravo, nous sommes conquis par l’aloé Véra depuis nos vacances à Tenerife ou il y a aussi des plantations. Depuis pas un jour sans notre potion!!! Et pleine forme!!! Très sympa de savoir que nous allons pouvoir en trouver prochainement en France…

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle