fbpx

Tous à poêle au bureau (épisode 1)

Dans les bureaux de La Ruche Qui Dit Oui, tous les jours vers midi, une question se pose… Une question inéluctable, abyssale, et qui tourmente l’humanité depuis toujours… « Qu’est ce qu’on mange aujourd’hui ? »
Ça-y-est, la bombe est lâchée.

Et on se dispute. Mais si on se dispute, c’est pour l’art ! L’art du compromis avant tout. Car en général nous ne sommes pas moins d’une dizaine à déjeuner sur place. Ça fait des bouches à nourrir et autant de langues à caresser dans le sens des papilles ! Nos créations sont souvent réussies, parfois un peu bizarres mais toujours faites avec plein de bonne volonté. Alors on a décidé qu’on vous donnerait, de temps en temps, le récit de nos aventures en cuisine.  On commence toute de suite avec… la dinde poivrée et son flanqué de poires à la fourme d’Ambert !

Ce midi nous avons travaillé en formation réduite, nous n’étions que quatre. C’est comme ça : au mois d’août, les employés de La Ruche Qui Dit Oui s’évaporent sous l’effet de la chaleur. On en a donc profité pour cuisiner 5 étoiles et acheter les ingrédients suivants :

  • une mignonette de poulet par personne
  • une poire
  • des pommes de terre nouvelles
  • une épaisse tranche de fourme d’Ambert
  • un pot de crême fraiche
  • deux oignons jaunes
  • une tête d’ail

Le tout, 100% bio (coup de cymbales).
La première étape consiste à couper les légumes en dés. Les oignons sollicitaient tellement les larmes que Jules a dû trouver une parade : les lunettes de plongée. A la Ruche, on a des idées, c’est prouvé.

Couper des oignons : un sport extrême. Port des lunettes obligatoire.
Couper des oignons : un sport extrême. Port des lunettes obligatoire.

Pour gagner du temps, les pommes de terre sont cuites une première fois au micro-onde dans un étui plastique fermé contenant un peu d’eau (quelques minutes suffisent).
Ensuite, on fait revenir l’ail, les oignons et les pommes de terre plusieurs minutes à la poêle, dans une quantité déraisonnable d’huile d’olive. En fin de cuisson, on n’oubliera pas d’assaisonner avec du sel et du poivre. Pendant ce temps, on coupe la poire en gros morceaux.

Le clou du spectacle : la foire et la pourme (euh...).
Le clou du spectacle : la foire et la pourme (euh…).

Dernière étape : prendre une nouvelle poêle et y verser la crème fraiche, à feu moyen. Y faire fondre la moitié du fromage par petits morceaux, et ajouter le fruit pour qu’il cuise une minute (pas plus, sinon il perd son croquant). Pour bien homogénéiser la sauce, il faut penser à la gouter de façon régulière, avec entrain et appétit.

En parallèle, Coralie menait la vie dure aux mites alimentaires qui commençaient à se sentir chez elles dans nos sacs de céréales. Tous les consommateurs de bio connaissent ces petits désagréments… Pas bien grave, mais à l’avenir, on stockera notre quinoa dans des pots en verre. L’éradication fut totale et sans pitié.

Enfin, le moment tant attendu !
On dresse la table, on sert le tout en assiette et on saupoudre de poivre.
On prend le plat en photo… Et la suite… Ah, la suite ! A vous de la découvrir : vous connaissez la recette 🙂

En seulement 20 minutes de préparation !
En seulement 20 minutes de préparation !
Dans les bureaux de La Ruche Qui Dit Oui, tous les jours vers midi, une question se pose… Une question inéluctable, abyssale, et qui tourmente l’humanité depuis toujours… « Qu’est ce qu’on mange aujourd’hui ? »
Ça-y-est, la bombe est lâchée. Et on se dispute. Mais si on se dispute, c’est pour l’art ! L’art du compromis avant tout. Car en général nous ne sommes pas moins d’une dizaine à déjeuner sur place. Ça fait des bouches à nourrir et autant de langues à caresser dans le sens des papilles ! Nos créations sont souvent réussies, parfois un peu bizarres mais toujours faites avec plein de bonne volonté. Alors on a décidé qu’on vous donnerait, de temps en temps, le récit de nos aventures en cuisine.  On commence toute de suite avec… le filet poivré flanqué de poires à la fourme d’Ambert !

6 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. pour les oignons il faut couper au niveau de la racine en pointant la lame du couteau dans l’oignon et creuser en tournant pour faire un cône et apres tu tire çà enlève la tige de la racine et apres plus de larme.

  2. Les oignons font pleurer car ils rejettent une substance qui se transforme en sulfate d’allyle (très irritant) quand elle entre au contact de l’air. Et au final, le meilleur moyen de s’en protéger c’est de porter des lunettes de plongée ou un masque de ski (en revanche, on déconseille d’éplucher un oignon avec des moufles). 😉

  3. Hum, mais tout ça , ça nous dit pas pourquoi Jules se balade avec des lunettes de plongée ^^

    Sinon Well done, vous faîtes portes ouvertes ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle