Entre les lignes

OGM, la face cachée des étiquettes

462417133
462417133

Mon poulet a-t-il été nourri au maïs OGM ? Peut-on trouver des organismes génétiquement modifiés dans mes pêches au sirop ? Est-ce que j’en mange tous les jours ? Petit mode d’emploi pour repérer les 3 lettres dans l’assiette.

Disons le tout de suite, on ne va pas polémiquer sur le thème « les OGM, sont-ils dangereux ? Faut-il des cultures test ? Tous les champs sont-ils contaminés ? » Laissons le débat aux experts et aux faucheurs volontaires. Non l’idée est ici est de savoir comment moi petit consommateur perdu dans la jungle des rayonnages je peux savoir dans quels produits il y en a ou pas. On vous prévient ce n’est pas si facile que ça.

Depuis 2012, si un produit ne contient pas d'OGM, il peut l'indiquer sur son étiquette.
Depuis 2012, si un produit ne contient pas d’OGM, il peut l’indiquer sur son étiquette.

La loi, elle dit quoi ?  Depuis 2003, lorsqu’un aliment contient des OGM, cela doit être indiqué sur son étiquette. Simple ? Presque, surtout si l’industriel en met volontairement dans son produit. Dans ce cas, il doit l’écrire en toutes lettres (bon d’accord, souvent en caractère 6). En revanche si des traces OGM se trouvent involontairement dans un produit qui n’a rien demandé à personne, s’il en contient moins de 0,9%, on peut passer la mention sous le silence.

Donc en gros, ou le produit contient plus de 0,9% d’OGM et il l’indique sur son étiquette. Ou bien, le taux est en deçà des 0,9% et il se garde bien de le faire savoir.

De l'huile de soja transgénique, mais oui ça existe !
De l’huile de soja transgénique, mais oui ça existe !

Des produits contenant des OGM, il y en a beaucoup en France ?  En Europe, ils sont seulement une trentaine à être étiquetés et sont principalement importés des Etats-Unis ou d’Asie. Ce sont surtout  des huiles de colza ou de soja. Vous avez peu de chances de les trouver dans l’Hexagone, en revanche ces huiles sont plus fréquentes dans les DOM-TOM. Sachez également que pour le moment, ne trouve qu’une sorte de plante génétiquement modifiée cultivée en Europe et surtout en Espagne, le maïs « Mon 810 » contenant un gène permettant à la culture de se défendre contre la pyrale, insecte ravageur du Sud et du centre de l’Europe.

Et comment on est sûr que tous les produits contenant des OGM l’indiquent bien sur leur étiquette ?  Parce que la DGCCRF, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes est censée faire son boulot. Régulièrement, elle effectue des contrôles surprise aux frontières. Elle scrute à la loupe les papiers officiels des clients aléatoirement pêchés et envoie leurs cames aux laboratoires pour analyses. En 2013, sur 119 établissements contrôlés et 72 produits analysés, la DGCCRF a constaté « 17 anomalies documentaires » et «  3 produits non conformes ». Ca fait quand même un quart de produits pas vraiment nets niveau transparence. Si des papayes fraîches GM importées de Thaïlande et du riz Bt63 de Chine, du pollen de colza GT73 déjà sur les étals ont été retirés du marché, beaucoup d’anomalies restent sans suite.

Des OGM dans mon assiette ? Le petit guide d'Inf'OGM répond à toutes vos questions.
Des OGM dans mon assiette ? Le petit guide d’Inf’OGM répond à toutes vos questions.

Les animaux nourris aux cultures OGM doivent aussi indiquer qu’ils ont mangé des tourteaux de soja transgénique ? Non et c’est bien là que le bât blesse, l’Union européenne n’exige aucune transparence sur ce sujet. « C’est l’alimentation du bétail qui est la vraie porte d’entrée des OGM en Europe, expliquent les spécialistes d’Inf’Ogm. 80% des OGM importés dans l’Union européenne sont utilisés pour nourrir les animaux d’élevage. » Et quand on sait que bon nombre de nos troupeaux bleu-blanc-rouge  (et plus particulièrement les volailles et les porcs) sont dépendants des importations de soja, on peut se poser des questions.

Le mieux dans ce cas est d’interroger directement son producteur. Lui sait si les tourteaux de maïs ou de soja qu’il achète sont garantis sans OGM. Quand il est autonome en fourrage et produit tous les aliments de son bétail sur la ferme, la question ne se pose plus. Il n’y en a pas. Et puis dans les grandes surfaces, on peut également trouver des formules du genre « nourri sans OGM » pour la viande ou le poisson ou « issu d’animaux nourris sans OGM » pour le lait, les œufs, le fromages et autres produits transformés.

Où se trouvent les cultures OGM en France ? Le détail sur la carte : http://agriculture.gouv.fr/parcelles-ogm/
Où se trouvent les cultures OGM en France ? Le détail sur la carte de… 2007

Autre faille du système européen ? La non-reconnaissance de toutes les façons de fabriquer des OGM. Si la transgénèse est très encadrée et donne lieu à tout l’étiquetage obligatoire, en revanche, la mutagénèse, la fusion cellulaire qui sont aussi des techniques pour manipuler le vivant échappent à la réglementation. Dans leur sillon, se faufilent alors des huiles de colza et de tournesol mutées et tous les produits transformés associés sans que personne n’en soit informé. Sympa.

Enfin, sachez que ni les cantines, ni les restaurants ne sont obligés de vous indiquer s’ils cuisinent avec des OGM. Leurs petits secrets de fabrication, ils les gardent pour eux. Rassurant non ?

Le nouveau guide de Greenpeace épingle les marques utilisant des OGM.
Le nouveau guide de Greenpeace épingle les marques utilisant des OGM.

Bon bon, et donc on fait comment si on veut manger des produits sans OGM ? D’abord, vous mangez bio. Les labels AB et agriculture biologique (le label européen) garantissent moins de 0,9% d’OGM. Même engagement chez certaines marques comme les poulets de Loué ou Labeyrie « Dès 1997, les Fermiers de Loué ont refusé la présence d’OGM dans l’alimentation de leurs volailles pour l’ensemble de leur production. » Du côté des labels Bio Cohérence, Nature et Progrès ou Demeter, on est carrément intransigeant : aucune trace d’OGM n’est tolérée. Vous pouvez également privilégier la vente directe et interroger votre producteur. Enfin, le Guetteur, dernier petit guide de Greenpeace présente les marques qui garantissent l’absence d’OGM dans la fabrication de leurs produits. A dégainer au moindre doute.

13 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Christine Lagarde et la firme Monsanto dénoncés par une élue d’Europe Ecologie les Verts
    28 octobre 2012
    « Le 12 juin 2007, la France acceptait de faire rentrer 0,9% d’OGM dans les produits bio de norme AB, sans étiquetage particulier, histoire de tromper le consommateur.
    Qui était alors la ministre de l’Agriculture ? Mme Christine Lagarde […]. Elle ne restera au premier poste que du 18 mai 2007 au 18 juin 2007 ; juste le temps de corrompre les cultures BIO.
    Plus intéressant encore, Mme Lagarde était auparavant avocate d’affaire dans le cabinet international « Baker & Mc Kenzie » qui a comme client américain… la firme MONSANTO !
    En vocabulaire, on appelle ça la collusion… […]… » samedi 6 mars 2010 Madeleine Labie, Europe écologie les verts Source http://www.madeleinelabie.fr

  2. Il faut donc sertir de toute urgence de l’Union Européenne,repère des 40 voleurs des 28 pays ….Ca fait du monde tout cela.
    Et même avec les preuves sous le nez, les moutons rêvent encore.Le mois prochain une nouvelle pétition sera présentée demandant à monsieur Hollande
    et au divers « représentants » des Français de nous sortir de ce piège.

  3. Bonjour

    Et encore vous allez voir avec le traité transatlantique c’est la porte à tous les abus qui vont s’ouvrir.

    Vous allez voir les scandales non seulement alimentaire mais aussi de santé et sociale que cela va engendrer.

    Quand ce fameux traité sera ratifié, les multinationales pourront traduire en justice tous les états qui ne se plieraient pas aux normes du libéralisme.

    Vive l’Europe des états unis.

  4. Bonjour, alors quand on achète (ou pas) des desserts lactés ou des soupes en brick avec la mention AMIDON MODIFIE (de maïs par exemple), celà signifie que ce n’est pas du maïs OGM? C’est ce que je pensais mais à la lecture de cet article qui précise que seuls 30 articles en Europe sont concernés, je dois faire erreur. Du coup, merci de m’éclairer, car il y a tant d’amidon dit modifié dans les biscuits, soupes, et tout aliment industriel qui se respecte que c’est difficile de faire ses courses dans un supermarché à moins d’acheter du bio ou du « Ruche » tout le temps! Merci, Muriel

    1. Mon post n’était pas très clair, mais j’ai bien compris grace à cet article!! l’amidon modifié, cela n’a rien à voir avec les OGM!!

  5. Vous savez quand les industriels confondent de la viande de cheval avec de la viande bœuf alors qu’ elles ne se ressemblent pas. Comment voulez vous qu ils ne confondent pas du soja OGM et non OGM , rien ne les différencie , sachant qu il y en a un qui coûte 2x plus cher que l autre. Il faut savoir qu’ Au niveau planétaire 80% du soja produit est OGM . C est un peu trop facile de ce cacher derrière une etiquette de 0,9%. Le mieux si vous voulez vraiment les évite , c est de produire vous même votre alimentation.

    1. Merci, elle a effectivement disparu depuis le trimestre dernier.

  6. Bonjour, il faudrait également mentionner que l’UE s’apprête à éviter l’étiquetage du pollen OGM dans le miel. En effet, contrairement à la Cour de Justice Européenne, la Commission veut inscrire que le pollen est un constituant naturel du miel (même s’il est OGM ou en contient) et non un ingrédient, ce qui en pratique signifie que même si les abeilles ont butiné exclusivement des OGM, cela ne serait pas indiqué sur le miel. Bonjour la transparence !
    Pour plus d’information, voir notre newsletter (en anglais) à : http://gmo.greens-efa.eu/gmo-in-digest-12148.html

  7. … sauf qu il parait eu en matiere d’ogm, le taux n’importe pas, soit il y en a (meme 0,9%) et l’organisme est génitiquement modifié, soit il n’y en a pas. La norme de 0,9% ne correspond donc pas a une tolérance liée a la qualité du produit mais a notre incapacité a assurer l’absence d’ogm. De plus, la nouvelle réglementation Ab tolere les ogm, et donc tolere 0,9% d’OGM, supposés correspondre aux OGM presents non dans l’animal ou le produit animalier mais dans la nourriture de l’animal. Autrement dit on l’a dans le baba, bio, ou pas. Certes il est plus sain de manger bio, d’abord pour défendre ceux qui n’ajoutent pas a la planete des produits néfastes, mais le bio ne nous assure que l’absence d’OGM directs et l’absence d’autres néfastes tels que l’ajout de pesticides et d’antibiotiques donnés a outrance.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de données personnelles

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle