fbpx

Nous sommes 13 Fermes d’Avenir !

Nous sommes 13 Fermes d’Avenir*, 13 fermes sélectionnées pour montrer qu’une autre agriculture est possible. 13 fermes retenues pour incarner le bon sens paysan et proposer une vision d’avenir.

Le bon sens, dans le domaine agricole (comme ailleurs !), c’est de prendre soin de la terre, des hommes, et de partager équitablement les ressources.

Nous sommes 13 Fermes d’Avenir et nous adoptons des pratiques qui régénèrent notre environnement : nous ne nous contentons pas de polluer le moins possible, nous avons un impact positif sur la société dans son ensemble. Notre rôle est réel.

 

Nous sommes 13 Fermes d’avenir parce que…

Nous préservons votre santé : vous êtes ce que vous mangez et nous sommes ceux qui vous nourrissent. Nous ne mettons aucun produit chimique de synthèse sur nos plantes ou dans l’alimentation de nos bêtes, nous tenons trop à vous et à elles pour risquer de vous empoisonner.

Nous entretenons la biodiversité et les paysages. Nos fermes sont à taille humaine, petites pour les standards conventionnels. Ainsi, nous avons une influence sur l’ensemble de notre écosystème. En réhabilitant races et variétés anciennes, en préservant la qualité de nos rivières, en soignant nos sols, nous pouvons affirmer que notre impact en termes d’environnement est positif.

Nous créons de l’emploi : ayant moins recours aux machines, nos besoins en main d’œuvre (non délocalisable) sont très importants. Nous ne sacrifions pas les humains sur l’autel de la mécanisation, et c’est d’ailleurs un vrai gage de qualité et de rendement.

Nous dynamisons les territoires : nous vendons au plus proche de chez nous, souvent en direct. Cela évite des transports ou conditionnements plastiques inutiles, mais surtout nous aimons être fiers des spécificités de nos terroirs et de la qualité de nos produits, c’est notre motivation principale.

Nous participons à la lutte contre le dérèglement climatique : en n’utilisant pas de pesticides, en stockant du carbone dans les sols, en plantant des arbres, en relocalisant l’économie, en privilégiant les énergies renouvelables, en faisant la chasse au gaspillage, notre agriculture contribue à préserver le climat.

Nous faisons du bien à la collectivité : nous aimons notre métier, et sommes heureux de pouvoir le pratiquer et le partager. C’est une activité noble, riche de sens et nécessaire pour tous, un métier d’utilité publique. En le faisant avec le sourire et nos convictions, nous irradions à notre manière sur tous les citoyens.

Nous sommes 13 Fermes d’Avenir et pourtant les institutions ne nous considèrent que comme producteurs de biens alimentaires. Aujourd’hui, nous souhaitons faire réfléchir à tous ces services écosystémiques qui se cachent en réalité derrière notre métier de paysan.

Les politiques ne semblent pas prêts à valoriser notre contribution à tous ces enjeux, et encouragent en le finançant un modèle que nous savons à bout de souffle, grappillant par la force de ses lobbys quelques arrêts de jeu qui ne trompent personne.

Il est compliqué de changer le modèle, de basculer les mentalités ou les habitudes.

Mais devons-nous attendre qu’il s’écroule de lui-même ?

Nous sommes 13 Fermes d’Avenir et nous souhaitons agir ici et maintenant, pour l’avenir.

La campagne 13 Fermes d’Avenir est l’occasion pour tous de découvrir des perspectives de bon sens, économiquement viables, mais qui seraient d’autant plus compétitives (en termes de prix) et répandues (en termes d’emploi) si les aides publiques étaient orientées vers la qualité et non la quantité, vers les emplois et non la superficie, vers le local et non l’export, vers le long terme et non le court terme…

En donnant quelques euros à cette campagne, pour nos campagnes, vous envoyez un signal aux décideurs, vous leur dites : c’est cette agriculture qui nous inspire, c’est ça l’avenir.

Nous avons besoin de vous tous, pour leur prouver que nous sommes nombreux à croire et encourager  un modèle respectueux des hommes, de la nature, du goût. Pour que, demain, nous soyons des milliers de Fermes d’Avenir…

  • Paul Bosshardt et Maxime Grémont (Au rythme des saisons)
  • Jonathan et Clémentine Challet (Le Rucher des noisetiers)
  • Gwenaël Chardon, Jérôme Dethes, Mathieu Dunand (GAEC La Pensée sauvage)
  • Maria Colombani, Sylvain Martinez-Ciccolini (Bocca)
  • Jérôme Dehondt (Ferme des petits pas)
  • Charles et Lauriane Durant (Ferme du Vieux Poirier)
  • Nicolas Humphris (Ferme d’Heurteloup)
  • Mélina et Guillaume Kedryna-Ruau (Les jardins d’Illas)
  • Emeric et Camille Leprovost, Marie Schmitt (Ferme du petit Changeons)
  • Frédéric Marcouyoux (L’Escargot bourguignon)
  • Benjamin et Adrien Pelletier, Hélène Simon (Ferme d’Orvilliers)
  • Nicolas Thirard (Légume de l’Omignon)
  • Pierre Tranchant (GAEC Ferme du Meunier)

* Concours organisé par l’association Fermes d’Avenir et La Ruche qui dit Oui ! suivi d’une grande campagne de financement participatif sur Blue Bees.

5 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Très intéressants et sympas vos articles. Je soutiens de tout coeur ces jeunes agriculteurs, apiculteurs, etc. qui protègent notre nature et j’essaie de me nourrir local et raisonnable le plus possible. Comment lutter politiquement contre cette industrialisation de l’alimentation qui saigne notre monde depuis 70 ans?

  2. ca fait plaisir de voir que des agriculteurs se battent pour mieux vivre et mieux manger
    je vous en remercie vivement.cordialement

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle