fbpx

L’hiver, sale temps pour les abeilles

Les marmottes hibernent, les humains se glissent sous la couette et les abeilles que font-elles en plein hiver ? Poursuivent-elles leur vie trépidante pendant les mois où le mercure est au plus bas ou s’endorment-elles comme des milliers de Belles au Bois Dormant ? Gaëlle, apicultrice raconte.

Bee-Hives-Honeybee01

L’hiver se prépare dès l’été chez les abeilles. En fin de saison estivale, la Reine Mère se remet à pondre provisoirement pour remplacer les abeilles d’été de la colonie, complètement usées par le butinage. Les nouvelles-nées, de bonnes grosses dondons aux réserves de graisse importantes sont fortes et saines. Cette protection leur permet de vivre bien plus longtemps que leurs sœurs nées quelques mois auparavant (environ 200 jours contre 60 jours pour les abeilles d’été). Leur mission qu’elles acceptent sans broncher ? Assurer le long hivernage et l’élevage, en prime, du premier couvain printanier.

Saluons leur courage et leur abnégation. Les belles ne connaîtront jamais la « grande vie », les corolles enivrantes et la liberté des grands espaces, tirant leur révérence au printemps. Pendant l’hiver, si la température dépasse les 12°C, elles ne sortiront que pour quelques vols risqués de propreté, « jusqu’à la cabane au fond du jardin », vous savez celle avec le petit cœur sur la porte. Ben oui, les abeilles aussi ont besoin de se soulager (dans le milieu, on dit qu’elles doivent vider leur ampoule rectale régulièrement).

Le menu de l'hiver ? Du miel et encore du miel.
Le menu de l’hiver ? Du miel et encore du miel.

Haro sur le faux bourdon

L’hiver, progressivement au sein de la ruche, la population va décroître, passant de 60 000 ouvrières à moins de 20 000 abeilles en janvier. Plus aucun mâle ne subsiste. Pourquoi ? Parce qu’ils ne servent plus à rien. En effet, la principale tâche des faux-bourdons est de féconder les jeunes reines vierges en été. En hiver, inutile de les conserver au bercail : ça fait des bouches de plus à nourrir ! Ils sont alors tués ou chassés par les ouvrières. A propos, qu’est-ce qu’on mange dans une ruche en plein hiver ? C’est aussi routinier que nos légumes racines et nos choux mais un peu plus sucré : les abeilles piochent dans les réserves de miel qui ont été accumulées l’été et que l’apiculteur a bien voulu leur laisser.

Travail coopératif pour réchauffer la ruche.
Travail coopératif pour réchauffer la ruche.

Chauffage ailé

Le gros challenge de ces battantes est de se réchauffer mutuellement et avant tout, de protéger leur reine qui, elle, peut vivre jusqu’à 5 ans. Elles ne rechignent alors devant aucun sacrifice : en se serrant les unes contre les autres pour former une boule appelée « grappe », les abeilles du cœur, garde rapprochée de sa Majesté, contractent et font vibrer leurs muscles à la manière d’un frisson prolongé. Elles produisent alors de la chaleur qui fait monter la température aux alentours des 30° C.

C’est un système formidablement évolué à géométrie variable digne de nos chauffages les plus perfectionnés : en périphérie et « empilées » sur plusieurs couches, d’autres abeilles, munies de leurs petits poils, forment un manteau super isolant. Et elles se relaient : quand les chauffeuses sont fatiguées, elles partent en périphérie pour être remplacées par des abeilles du manteau… et ainsi de suite, un peu comme les Manchots Empereur qui forment la « tortue » sur la banquise. Ce manège ne s’arrête jamais, 24/24h, 7/7j sauf quand le soleil daigne réchauffer la ruche de ses rayons du soleil. Avec les beaux jours, leur activité légendaire devrait pouvoir recommencer.

En attendant, donnez-leur un coup de pouce. Vous avez installé des réserves de graisse pour les oiseaux ? Pour les abeilles, plantez des fleurs précoces dans votre jardin : des crocus, des perce-neige, des primevères, des hellébores, narcisses ou jonquilles… Vous leur faciliterez le printemps.

Photos Eric Tourneret, http://www.thehoneygatherers.com/ 

Un commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle