Le Jardin d’Even : les fleurs du bien

« Sans les plantes, je ne serais sans doute plus là ». Dans son champ fait de guimauve, d’origan, de capucine, de lavande, d’achillée millefeuille, Sylvie herbagère-potagère raconte une vie de fleurs, de plantes médicinales, de campagne, de grands combats et de petits bonheurs. Ô temps ! suspends ton vol. 

 

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Dans un vallon du pays de Bray, Sylvie travaille au ras des pâquerettes entre valériane et millepertuis. Herbagère-jardinière, elle cultive les plantes médicinales et une écoute du monde végétal qui chaque jour l’élève encore un peu plus.

Les cloches de l’église du village de Senantes bourgade de 683 habitants de l’Oise viennent tout juste de sonner les douze coups de midi. A quelques sauts de biche de là, au creux d’un vallon magnifiquement préservé, Sylvie sort la tête de son rang de coquelicots et vient à notre rencontre. Foulard noué autour de ses cheveux couleur absinthe, sourire logé dans ses yeux marron d’Inde, la passionnée nous offre un tour du propriétaire. « Dites plutôt du locataire, je suis en fermage ici. La terre ne m’appartient pas. » Les 70 plantes qu’elle cultive, si. On y trouve bourrache, lavande, prêle, houblon, origan mais aussi toutes celles qui s’invitent portées par le vent ou les pattes du chat voisin qui passe ses journées au milieu des fleurs. « La ballote noire originaire du pourtour méditerranéen et d’Asie centrale est arrivée ici par hasard. »

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
« Travailler dans les fleurs, chaque jour je profite de ce bonheur ! »

Des haies bordent le terrain d’un hectare et apportent également leur lot de gourmandises : aubépine, charmille, frêne, hêtre, sorbier, prunellier… « Certaines plantes sont devenues des amies, raconte Sylvie qui du haut de ses 50 printemps en a vu passer des vertes et des pas mûres. La valériane, l’aubépine, la bardane et l’angélique m’ont aidée dans les moments difficiles, vous savez quand le stress et l’angoisse tentent de vous envahir. »

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Ici tout est certifié bio même la cueillette sauvage.

Cette époque compliquée pour Sylvie se situe aux alentours de 2007, quand elle doit divorcer de son mari, vendre la ferme et se séparer du troupeau de vaches qu’elle conduisait jusqu’à lors avec tendresse et respect. « Toutes avaient leurs cornes, je les soignais avec des huiles solaires et des teintures-mères, souvent je les prenais dans mes bras. Ca a été une déchirure de m’en séparer. » Pour passer le cap, Sylvie se lance alors dans ce qui l’a toujours passionnée : les plantes qui soignent. Elle se forme pendant deux ans au sein de l’association pour le renouveau de l’herboristerie (ARH), assimile les noms latins de centaines de plantes avec une facilité déconcertante et réussit in extrémis à conserver son statut agricole. « Ca n’a pas été sans mal, quand vous n’êtes pas du coin, une femme et qu’en prime, vous vous soignez avec les plantes, on vous range vite dans la catégorie des sorcières. J’ai eu droit à un nombre de contrôles impressionnant. »

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Son chalet-séchoir. « Considéré comme bâtiment agricole, il m’a permis d’avoir accès à l’eau dans mes champs. »

Heureusement Sylvie travaille dans les règles de l’art, d’une artiste pointilleuse et pointilliste même. « De la récolte de la graine à l’emballage de la plante séchée, je m’occupe de la plante médicinale comme d’un être vivant exceptionnel. » Partant du principe qu’aucune plante n’est là par hasard, elle repère chez les anciens les espèces rustiques, prélève quelques graines, réalise ses semis « quand vous achetez des plants, c’est souvent de la merde ». Les plus robustes sont promus au rang de plantes-mères et c’est à partir de leurs racines que l’herbagère les multipliera. « Ma sauge a plus de 50 ans », se félicite-t-elle.

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Ambiance sauna dans le séchoir. Température et hygrométrie sont soigneusement contrôlées.

Pour compléter son herbier, Sylvie pratique aussi la cueillette sauvage dans les prairies humides du Pays de Bray, classées Natura 2000. Elle y prélève la reine des prés, le saule blanc, la menthe douce ou aquatique que les organismes de certification n’ont aucun mal à labelliser en bio compte tenu de l’environnement archi-préservé. Elle grimpe aussi au sommet des collines pour ramasser les petits fruits. « Quand je suis là haut, je domine toute la région. Je me sens la reine du monde », raconte Sylvie les bras grands ouverts pour mieux embrasser ce qui l’entoure.

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Et voilà la production annuelle. Avec un hectare, Sylvie produit 150 kilos de tisane.

Du haut de son promontoire, la passionnée aperçoit les 37 hectares qu’elle cultive en herbage pour les agriculteurs voisins, son ancienne ferme aux toits d’ardoise désormais convertie en chambres d’hôtes mais aussi sa petite maison dans la prairie, une grande cabane de jardin spécialement aménagée pour faire sécher ses plantes. Lorsque l’on pousse la porte de ce chalet picard, les odeurs, la chaleur et la beauté de ces tableaux de fleurs mis horizontalement à sécher vous envahit immédiatement. « Mon séchoir a été réalisé par un artisan, il n’y a pas un point de colle ni de solvant. » Dans les claies superposées, cousins rustiques des tiroirs de bijoutiers, les pétales de capucines, les têtes de fenouil et les feuilles de menthe attendent leur heure. Dans cinq jours, ils laisseront la place à une prochaine fournée.

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
Les macérations de Sylvie, magnifiques ratafias aromatiques.

Certaines plantes entreront dans la composition des tisanes et infusions de la maison aux noms poétiques – bon coeur, grand ménage, bonne humeur, « la législation nous interdit de donner des allégations-santé », d’autres seront pilées pour finir en gélules que Sylvie réalise intégralement à la main. Pour chacune, il aura fallu des heures de patience et une attention du quotidien. « Je cultive les plantes d’ici pour éviter d’épuiser le stock naturel, je les installe selon leurs conditions de vie, leur milieu, leur préférence de climat… Une par une. Je les respecte. Je les aime. La plante médicinale cultivée doit recevoir le meilleur de moi-même. » Gorgées d’amour, ces plantes finissent leur course dans notre tisane du soir ou du matin. Pas étonnant qu’elles nous fassent tant de bien…

Oui Le Blog, https://magazine.laruchequiditoui.fr
On achète les plantes à la ferme le vendredi de 18h à 20h, sur Internet ou dans les Ruches.

 

 

 

14 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. MESSAGE POUR SYLVIE!

    ETANT DE PARIS ET TOI DANS L OISE, CE QUE TU FAIS M INTERESSE, MAIS AYANT QUELQUES PETITES DIFFICULTER A ME MOUVOIR ET SANS T OBLIGER BIEN SUR, SERAIT IL POSSIBLE QUE TU VIENNE ME CHERCHER POUR POUVOIR FAIRE CE QUE TU FAIS CAR JE PENSE QUE CA VA M INTERESSER D APRES CE QUE J AI JE T AI VU FAIRE.

    MERCI POUR TA REPONSE

  2. 1 ère commande à la ruche et vraiment super
    le pain de la ferme d heurteloup Excellent
    ferme du sire crequy : les yaourts fromage ….un Délice
    et tant d autre ……
    merci à vous Agriculteurs

    1. BONJOUR,

      CE QUE JE DISAIS POUR ME RENDRE A LA FERME ET AUX ENDROITS COMME J AI DU MAL A ME MOUVOIR, PEUT ON VENIR ME CHERCHER ? JE SUIS DE PARIS PROCHE DE LA NATION.

      MERCI DE VOTRE COMPREHENSION

    1. Bonsoir j’aurais bien voulut des petits renseignement sur votre site je n’ai pas vue de commentaire pour voir comment que sa ce déroule , et je suis aller a rolampont pour voir et vous trouver je suis bien aller dans la rue de l’aérodrome dans le lottissement mais en vain un numéro de maisons ou de téléphone je n’ai rien trouver pouriez vous méclairé a ce sujet . je vous remerci de votre renseignements .

      Monsieur Garnier Eric .

  3. Merci pour tous ces commentaires. Je m’en réjouis vraiment. Le moteur c’est vous. Etant d’un naturel assez réservé, j’ai trouvé un lien direct pour être proche des gens : la plante !
    Je mets du temps à répondre, c’est qu’elles absorbent du temps…
    Sylvie

  4. Son âme passionnée parle avec simplicité de la beauté naturelle des plantes. Atteint d’une pathologie chronique après une thérapie allopathique, j’ai été contraint de me soigner avec de telles plantes sous diverses formes. Je ne puis que vous encourager à faire perdurer votre passion. La nature est notre baume vital. Robert

  5. Pour avoir testé et offert les tisanes de Sylvie, chapeau ! Elles sont tout simplement délicieuses, et pour ma part, la drainage et la ballon font des miracles sur ma digestion difficile.
    Quelle beauté ces photos et ce texte, on y est transporté direct… Ca tombe bien, je sais plus où sont mes bottes…
    Emilie

  6. Merci pour ce bel article. Sylvie donne de la passion, et une attention constante à toutes ces plantes. C’est le seul échange valable avec le monde végétal. Lorsque l’on se rapproche des plantes, qu’on les observe, de plus en plus près, on en arrive à écouter leurs mouvements, les détails étonnants de leurs formes et couleurs. Apprendre à connaître leurs vertus est passionnant… et salvateur bien des fois pour notre bien-être. Le travail de Sylvie est le seul chemin pour obtenir des tisanes et remèdes de Haute Qualité ! Bravo à vous deux !

  7. Franchement que dire !
    Merci , pour cet article qui m’a fait découvrir une activité particulière , faite par une personne passionné !
    Merci , Sylvie , votre site , très instructif me permettra ainsi de profiter au mieux des tisanes que je vais recevoir !
    Une belle balade , comme vous dites sans botte ! Je m’y suis vu grâce à vos magnifiques illustrations photos ! Superbe !
    Xavier.

  8. Merci Hélène pour cet article si vivant ! Je ne suis pas une habituée des réseaux sociaux internet. Je me rends compte qu’il y a du monde dans ce paysage informel ! (moi, je vis du concret mais je rêve tout le temps !) Ca fait du bien au coeur de voir tout ces gens rentrer dans le jardin comme ça… sans botte !! et de sentir que ce que j’aime, je le fais passer par là aussi…
    Le monde est grand et l’émotion aussi … Tout ça peut rentrer dans les écrans ! Ca m’épate, vraiment ! Bonne nuit chez vous ! Sylvie, l’herbagère potagère !!

    1. Magnifique article !!

      Merci Hélène et surtout merci à Sylvie pour ce que vous faites… vous le faites bien et c’est bon pour la planète.
      Cela donne envie de s’y mettre, même si, à notre échelle elle passera inaperçue mais rien n’est jamais fait par hasard et le bienfait des uns se ressent souvent après…
      Bonne continuation !!! Et ne perdez pas le Nord (puisque vous y êtes un peu…. dans l’Oise)
      Anne

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle