Ces producteurs qui court-circuitent la grande distribution

Alors que la colère monte dans le monde agricole, partout en France s’élèvent d’autres voix, celles d’éleveurs qui ont fait le choix d’écouler leur production par le chemin le plus court, de la fourche à la fourchette. Témoignages en Alsace.

 bandeau_ferme

A trente ans, il représente la quatrième génération d’une famille de paysans à Fislis, petit village du Sundgau, tout au sud de l’Alsace à quelques pas de la Suisse. En s’associant à son père pour reprendre l’exploitation familiale, Jean-Louis Mona a converti terres et méthodes au bio. La colère des agriculteurs, le jeune paysan la comprend. « J’ai manifesté avec mes collègues éleveurs par solidarité, déclare-t-il, mais je ne suis pas touché comme eux par cette crise, car j’ai choisi d’écouler ma production par le biais des circuits courts. J’ai commencé par des Amaps et je suis aussi fournisseur d’une dizaine de ruches alsaciennes».

Il a aussi aménagé, avec son épouse Angélique, une boutique où le couple écoule une partie de sa production en vente directe. L’exploitation familiale est petite, en comparaison avec celles de ses jeunes collègues : Jean-Louis et son équipe gèrent 80 hectares de terre. Les céréales produites sur place nourrissent des vaches limousines et salers, des porcs et des poulets, transformés dans la cuisine installée au cœur de l’exploitation.

 

IMG_0318

Dans ce conflit, les marges réalisées par les grandes surfaces et les abattoirs sont montrées du doigt par les éleveurs, très remontés. Dans le Sundgau, très mobilisé dans ces manifestations, Jean-Louis Mona et ses collègues éleveurs invités à manifester par la FDSEA du Haut-Rhin et les Jeunes agriculteurs, ont aussi rappelé que leur but était de valoriser leur production et de mobiliser les consommateurs à acheter local.

 

 » C’est rageant de voir que tu vends ton litre de lait 30 cents à une coopérative et que tu retrouves ton litre de lait à 1,50 en supermarché. « 

 

IMG_0517

Très en colère aussi, Carole Oudin, jeune chevrière de 33 ans, installée à Imbsheim au Nord de l’Alsace. Comme Jean-Louis Mona, elle a choisi d’écouler sa production de fromages de chèvre en vente directe, sur les marchés ou dans les Ruches. « Je ne dépends pas des coopératives pour vivre, je ne vends pas le lait de mes chèvres par ce biais, précise-t-elle, mais tous mes amis agriculteurs le sont. C’est rageant de voir que tu vends ton litre de lait 30 cents à une coopérative et que tu retrouves ton litre de lait à 1,50 en supermarché.

Et ce qui me touche le plus, c’est d’apprendre que près de 10% des exploitations agricoles sont au bord du dépôt de bilan, selon le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, ça fait 22 000 agriculteurs qui ne comptent pas leurs heures pour survivre. Eux, leurs 35 heures, ils les font en deux jours. On ne compte pas nos heures quand on fait ce métier, pour pas grand chose, et on a l’impression que les gens ne se rendent pas compte. Il faudra attendre qu’il n’y ait plus d’agriculteurs pour que les gens comprennent que ce sont eux qui les nourrissent ? »

________

Lire aussi :

  • « A la base, les producteurs devraient être libres de fixer eux-mêmes leurs prix » : le témoignage de Bernadette, éleveuse dans l’Ain sur le plateau du Bugey
  • « Nous sommes même allés jusqu’à faire un crédit pour nourrir nos cochons » : confidences de François et Elisabeth dans le Tarn.
  • « Avec la vente directe, on a gagné la sécurité sur nos prix » : le parcours de Cathy, militante du local  en Ile-de-France pour faire face aux crises agricoles.

 

  • Photo de Une : @Thomas Louapre

6 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Pouvez vous m’indiquer les producteurs qui vendent en direct dans l’Eure et Loir ( 28 )
    Merci
    Bonne Journée

  2. Bonjour,
    Je suis également à la recherche de producteurs qui vendent en direct à côté de Champs sur Marne 77.
    Après avoir suivi et subit les mécontentements des agriculteurs et éleveurs je trouve qu’ils ont été trop gentils.
    Merci dans l’attente de votre réponse.

  3. Bonjour,
    Pouvez vous m’indiquer les producteurs qui vendent en direct à coté de Chartres 28
    Merci
    Bonne Journée

  4. Bonjour,
    pouvez-vous m’indiquer la liste des producteurs qui font de la vente directe en Ariège ?
    Merci.
    Je vous souhaite une belle journée

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle