fbpx

sous la croûte

Alsace : les bons plats naissent dans les choux

T’as du chou, t’as de la croûte, t’as de la choucroute. Oui enfin, ce n’est pas si simple que ça. La choucroute est tout un art. Et en Alsace, on ne rigole pas avec ça. Anne, notre reporter à Plobsheim nous en dévoile tous ses secrets.

De Strasbourg à Erstein, c’est la pleine saison. Partout des choux à perte de vue prêts à être récoltés, transformés pour finir sur les cartes des restaurants ou des magasins de souvenirs. Aujourd’hui des brassicacées vertes à l’odeur caractéristique, demain des lanières longues et fines accompagnées de saucisses et de lard. Et comment passe-t-on du chou à la choucroute ? Les choucroutiers la préparent grâce à un procédé simplissime et garant de nombreux bienfaits pour celui qui l’engloutit : la lacto-fermentation.

Deux pour un : il faut deux kilos de chou vert pour fabriquer un kilo de choucroute.
Deux pour un : il faut deux kilos de chou vert pour fabriquer un kilo de choucroute.

Cette méthode permet de conserver des légumes pendant des mois, sans apport d’énergie extérieur comme la cuisson ou la congélation. Le seul conservateur, c’est le sel. Au final, les légumes ainsi préparés gardent intactes leur fraicheur et leurs vitamines. « La lacto-fermentation (ou lactofermentation, ou encore fermentation lactique) est une fermentation qui fait intervenir des bactéries de type lactique, indique Ekopedia. Elle est réalisée par des Streptococcus, Lactobacillus et certains Bacillus… Le milieu s’acidifie progressivement et empêche la prolifération des autres micro-organismes, notamment les micro-organismes pathogènes ou indésirables comme les moisissures. »

Voilà pour la théorie. Chez Arsène Bingert, producteur biodynamique en plaine d’Alsace qui fournit les ruches de l’Est, la choucroute est crue. Ou cuite. Dans les deux cas, elle est faite à partir de plusieurs types de choux (petit rappel sürkrüt = Sauer kraut en allemand, qui veut dire chou acide). Parmi les variétés : Quintal d’Alsace, Neuropa type Alsace, Dottenfelderkraut et Filderkraut. Une fois le chou arrivé à maturité, il est râpé, très finement, puis salé et naturellement fermenté. Ici, on dit que cette technique vient de Chine. « Le procédé naturel de lacto-fermentation et l’utilisation de sel de Guérande garantissent la qualité constante de nos produits. Mais attention, pour qu’elle garde tout son goût et surtout ses propriétés énergétiques, la choucroute Bingert ne doit pas être rincée, contrairement à d’autres choucroutes achetées dans le commerce (il est bon, a contrario, de les laver à grandes eaux pour supprimer la saumure) ».

Arsène observant ses choux. Selon les Dernières nouvelles d’Alsace, les producteurs de choucroute alsaciens redoutent une baisse de 25% de la production cette année. Les conséquences « d’un printemps très pluvieux et d’un mois de mai froid ».
Arsène observant ses choux. Selon les Dernières nouvelles d’Alsace, les producteurs de choucroute alsaciens redoutent une baisse de 25% de la production cette année. Les conséquences « d’un printemps très pluvieux et d’un mois de mai froid ».

La choucroute d’Alsace dispose depuis peu de son IGP, indication géographique protégée, c’est-à-dire qu’elle doit respecter un cahier des charges très précis et être réalisée à 100% dans la région. La tradition veut même qu’on la conserve dans des pots à choucroute fabriqués à Betschdorf. Ce village de potiers au nord de l’Alsace est mondialement connu grâce à ses pots de grès gris à décor bleu vernissés par projection de sel lors de la cuisson. Pour la cuisiner, on la dispose souvent dans un autre pot, un « topf », en argile cette fois-ci, fabriqué dans le village voisin de Betschdorf, tout aussi réputé pour ses poteries culinaires : Soufflenheim.

La fabrication de la choucroute, ça schmoute et ça se fait avec les mains.
La fabrication de la choucroute, ça schmoute et ça se fait avec les mains.

Et c’est dur à faire soi-même la choucroute ? Bête comme chou selon le site www.mon-bio-jardin.com, à condition d’avoir un peu de matos quand même. « Après avoir ramassé les choux au jardin, laissez-les sécher quelques semaines dans un endroit sec et hors-gel. Vous pouvez par exemple les pendre tête en bas, à une poutre du grenier ou de la cave, en nouant une ficelle (solide…) autour de leur pied. » Il faut ensuite éplucher les bêtes, les couper en fines lamelles, les mettre dans un ordre bien précis dans une jarre ou un tonneau de façon à composer un mille-feuilles de chou, de sel, de poivre et de genièvre. On tasse avec le poing et surtout on ne fait pas sa chochotte devant l’odeur. Si ça schmoute, c’est que ça fermente. On met alors un grand couvercle et une grosse pierre par dessus pour que la choucroute ne se fasse pas la malle et on attend. « Laissez macérer quelques semaines, surveillez le mélange de temps en temps. Lorsque le mélange ressemble à de la vraie choucroute (comptez 2 à 3 mois), prélevez juste ce qui est nécessaire à la préparation de vos plats, puis refermez la jarre. »

On ne peut pas se rater ? « Si jamais la fermentation ne se passait pas correctement, ou si elle n’avait pas lieu, l’aliment prendrait alors une couleur bizarre, rappelle la journaliste culinaire Marie-Claire Frédéric dans son blog Du miel et du sel. Un aspect immonde et surtout une odeur et une saveur absolument repoussantes, ce qui fait qu’aucun être humain n’aurait l’idée de le manger ».

Version choucroute de la mer.
Choucroute, version maritime © Thomas Louapre.

Manque plus que les recettes ! Ceux qui préfèrent la choucroute crue pourront la croquer en salade, froide, avec ou sans grains de carvi (le cousin du cumin), en entrée ou en accompagnement de poissons par exemple. En version chaude, la choucroute peut accompagner de la viande ou, toujours, du poisson. Elle peut aussi se servir royale, aux trois poissons ou avec une ribambelle de saucisses tout aussi typique de l’Est de la France. Mais ceci est une autre histoire…

Un commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    dans l’article vous dite « la choucroute Bingert ne doit pas être rincée, contrairement à d’autres choucroutes achetées dans le commerce (il est bon, a contrario, de les laver à grandes eaux pour supprimer la saumure) ».
    Je ne comprend pas, laver, rincer cela revient à la passer sous l’eau le résultat est le même.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle