fbpx

Le Refettorio… c’est pas du luxe !

Au cœur de Paris, sous l’église de la Madeleine, se niche un restaurant pas comme les autres. Une cuisine de chefs, élaborée à partir de produits invendus, y est servie aux plus démunis. Bienvenue au Refettorio, restaurant gastronomique et solidaire.

Texte et photos : Julie Subiry

refettorio

Massimo Bottura, à l’origine du projet et de l’association Food For Soul, ne prétend pas répondre à l’urgence alimentaire, mais a pour ambition de redonner de la dignité à ceux qui croyaient l’avoir perdue, par le beau et le bien-manger.

Avant de passer les portes de la cuisine, quelques chiffres : à son actif depuis mars 2018, le restaurant a 30 000 repas servis, 45 tonnes de nourriture sauvées, 80 personnes accueillies chaque soir. Deux mille bénévoles participent à l’aventure, et une centaine de chefs renommés ont investi le lieu pour un soir.

15 h, Solène, la cheffe*, entre en scène. Chaque jour, c’est la surprise, elle découvre le stock d’invendus et doit improviser un repas à la fois gastronomique, équilibré et nourrissant. Elle apprécie la contrainte qui stimule sa créativité.

Jugez par vous-même : au menu, ce soir… Tombée de chou blanc au citron, haddock fumé sur espuma de pommes de terre à la poudre d’algues. Chair de tourteau et sa bisque. Julienne de légumes, riz parfumé à la ciboulette. Ganache au chocolat sur mille-feuille de tuiles.

Solène n’a pas son pareil pour sublimer les produits qu’elle reçoit. Mais cette cuisine de fonds de placards est parfois un vrai challenge pour les chefs invités qui délaissent leur restaurant étoilé le temps d’une soirée…

refettorio

Avec elle, une brigade de cinq bénévoles. Des petites mains qui coupent, taillent, épépinent, concassent, fouettent, badigeonnent, opinent du chef aux ordres de la cheffe, remuent et se remuent pour que tout soit prêt à 18 h pétantes.

refettorio

Des petites mains qui donnent de leur temps, heureuses d’apprendre les gestes du métier et de participer à un projet qui fait sens.

refettorio

Marie fait partie des initiés. Elle met la main à la pâte tous les lundis, et finit par avoir une solide expérience. Solène peut compter sur elle pour briefer les novices !

refettorio

Ibrahima, lui, s’affaire tous les jours depuis le premier service. Nul besoin de préciser que si le travail ne lui plaisait pas, il ne serait pas là !, on le devine à sa manière de taquiner joyeusement ceux qui s’aventurent du côté de la plonge. Il fait partie, avec Maxime, Solène, Margaux, Déborah, Damien, Amad et Olmedo de l’équipe de huit salariés du Refettorio.

refettorio

Parmi les produits reçus, çeux de la mer sont récupérés chez Transgourmet Seafood,  les pièces de boucher chez Metro.
C’est parce qu’une équipe professionnelle est en place que l’association a accès à ces produits rares. 500 à 600 kg d’invendus sont ainsi sauvés de la poubelle pour être sublimés chaque semaine.

refettorio

Chaque soir, dans une ambiance feutrée et bienveillante, au milieu des œuvres de Prune Nourry et JR, entre 60 et 100 repas sont servis à l’assiette. Travailleurs pauvres, exilés, SDF, précaires de toutes sortes sont orientés vers le Refettorio par des associations. Ils peuvent, le temps d’un repas, se réapproprier les codes d’une société à laquelle ils n’ont plus accès, et reprendre confiance.

Isabelle et son ami Pascal sont des habitués. Elle, vient chercher un peu de raffinement, se reconnecter aux belles choses : quand on se déconnecte, on perd le goût de la vie. Lui apprécie d’être au calme, de bien manger en écoutant de la musique classique. C’est la vie normale. Quand je suis ici, je me souviens qu’avant, j’avais un chez-moi.

refettorio

Gaëlle travaille dans l’immobilier. Indépendante, elle ne compte pas ses heures. Se rendre tous les lundis au Refettorio est une manière de faire une pause dans son rythme effréné, de décompresser. Auprès des convives et des autres bénévoles, elle donne autant qu’elle reçoit.

refettorio

Alors, c’est vrai le Refettorio ne répond pas à la faim dans le monde et certes, ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Mais c’est un projet qui redonne goût et sens à la vie, et ça, c’est pas du luxe !

 

*Solène est en fait la sous-cheffe. Le jour du reportage, le chef résident, Maxime Bonabry Duval n’était pas présent pour cause d’arrêt maladie. Il est habituellement et quotidiennement en cuisine avec les bénévoles pour élaborer les repas.

Non classé

6 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merveilleuse initiative qui donne du sens à la vie…N’oublions pas que l’océan est fait de gouttes d’eau! Bravo à tous ces bénévoles. ..

  2. Magnifique initiative bravo et d’autres régions de France devrait faire pareil. C’est effarant de voir les quantités de nourriture qui partent à la poubelle alors qu’il y as temps de personnes dans le besoin . Merci ça fait chaud au cœur 😍😎🙏

  3. Encore un exemple éblouissant qui défie l’absurdité du système dans lequel nous vivons. Ne jamais perdre de vue que nous devons y vivre ensemble !

  4. Magnifique démarche ! Comme dit la pub d’une chaîne de supermarché, « tout le monde a droit au meilleur ! »
    Bravo à tous.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle