fbpx

Pousses café : j’ai testé la culture de champignons à la maison

Il y a ceux qui souhaitent se débarrasser de leurs mycoses sous les pieds, d’autres qui tentent de faire pousser des champignons dans leur salon. Comment j’ai réussi à faire grandir une belle botte de pleurotes sur la poignée de la porte ? Explications.

 

Avant de pouvoir pousser, de la chaux et du mycélium ont été mélangés à du marc de café et plongés dans le noir pendant 2 semaines.
Avant de pouvoir pousser, de la chaux et du mycélium ont été mélangés à du marc de café et plongés dans le noir pendant 2 semaines.

Ma cuisine est souvent un champ de bataille, parfois un terrain d’expérimentation. Dans un coin, le basilic cherche le soleil, dans un autre, des graines germent dans des bocaux de fortune. Ailleurs, les épluchures patientent dans un seau avant d’atterrir au compost. Depuis peu, une nouvelle boîte à peine plus grande qu’une brique de lait voit sortir de curieux aliens. C’est un kit Prêt à pousser commandé auprès de la société éponyme. « Faites pousser de délicieux champignons chez vous en deux semaines », promet le site. Mission acceptée !

Sur du marc de café, il faut 10 à 20% de mycélium et 10 fois moins pour les cultures traditionnelles sur paille.
Sur du marc de café, il faut 10 à 20% de mycélium et 10 fois moins pour les cultures traditionnelles sur paille.

19 euros plus tard, je reçois donc le kit par la Poste. Mon potager de poche contient : une boîte en carton avec une ficelle pour pouvoir l’emporter en balade, un spray miniature, un mode d’emploi indispensable, un sac en papier kraft pour accueillir ma récolte et surtout un sac de marc de café ensemencé. Oui parce que c’est là l’originalité du projet : les pleurotes vont grandir sur du kawa usagé. « Nous le récupérons auprès d’une grande chaîne de café américaine installée à Paris,  expliquent Jérôme et Romain les deux fondateurs de l’entreprise qui ne sont pas autorisés à citer le nom de leur partenaire. Le marc de café pasteurisé est un excellent substrat.»

Tous les jours, on teste et on affine notre technique avec le soutien de l'INRA. On n'a jamais autant mangé de pleurotes de notre vie !
Tous les jours, on teste et on affine notre technique avec le soutien de l’INRA. On n’a jamais autant mangé de pleurotes de notre vie !

« On a découvert des champignons qui poussaient dans le préau de l’ESSEC, confient les jeunes diplômés. Le soir on cherchait sur le web pour comprendre comment ils pouvaient pousser aussi facilement, » se souvient Romain. « Quelques semaines plus tard, quand on a vu un barista jeter du marc de café à la poubelle, on s’est dit qu’il y avait sans doute une équation à trouver.»

Ailleurs dans le monde, la culture du champignon sur marc de café a déjà fait ses preuves. Au Zimbabwe, l’orpheline Chido Govera, soutenue par la fondation ZERI (Zero emissions research and initiatives) a commencé ce type de culture à 11 ans pour devenir aujourd’hui la VRP internationale de la pratique. Aux Etats-Unis, Nikhil Arora et Alejandro Velez, ont eux aussi développé des kits de culture Backtotheroots. En France, la société Upcycle de Cédric Péchard a bien avancé sur le sujet. L’aventure Prêt à pousser, elle, débute en même temps que la fin de l’Essec, en septembre 2013.

Trois fois par semaine, une kangoo part ramasser le marc de café, environ 800 kilos chaque semaine.
Trois fois par semaine, une kangoo part ramasser le marc de café, environ 800 kilos chaque semaine.

Revenons à nos champignons. Me voilà donc champignonniste d’appartement. Je suis les consignes inscrites dans le mode d’emploi pas à pas. J’entaille d’une croix solennelle le sachet, le plonge dans un seau d’eau toute une nuit pour réveiller les pleurotes et suspends mon kit. Où ça ? Sur la porte de ma cuisine, assez loin du radiateur et pas trop près du soleil, les pleurotes aiment la lumière tamisée. Chaque jour, je pulvérise ma boîte et scrute l’apparition de micro-champignons. 1 semaine, rien, 10 jours que dalle, deux semaines et voilà de petites micro-pleurotes en grappes bien serrées qui commencent à pointer leur corolle. Dans deux jours, je pars en vacances, auront-elles assez poussé pour passer à la casserole ?

Premières pousses. Magnifiques bébés pleurotes.
Premières pousses. Magnifiques bébés pleurotes.

Trop petites pour être mangées, je les confie à mes collègues en leur livrant les précieuses consignes. Arrosage deux fois par jour, une dizaine de pshitts par repas, pas de soleil direct, de la douceur… Et quand les bords commenceront à brunir sur le côté, quand une petite poudre blanche apparaîtra au milieu, alors elles pourront passer à la poêle. Le lendemain, SMS de ma collègue : « pleurotes à terre, je les ai arrachées en mettant ma veste ». Moi qui voulais leur confier mon chat cet été, je vais plutôt le fourguer à mes parents. Le sur-sur-lendemain, nouveau SMS : « les pleurotes repartent ». Tout va bien.

Juliette, ravie, assure son tour de quart. Il faut les surveiller les petites.
Juliette, ravie, assure son tour de quart. Il faut les surveiller les petites.

A mon retour, les pleurotes n’ayant pas survécu au week-end de Pâques sans arrosage sont toutes desséchées. « Elles étaient pourtant magnifiques vendredi soir », confie l’équipe vaguement gênée. Qu’à cela ne tienne, je réitère l’expérience puisqu’on peut utiliser son kit plusieurs fois. La deuxième tentative est plus concluante. En 15 jours, j’obtiens une belle botte de pleurotes (272 grammes exactement) que je cueille délicatement et que je jette dans la poêle où frémit l’huile d’olive et quelques gousses d’ail. Tendres, fondantes, elles se marient magnifiquement avec le persil. La prochaine fois, je tente le pleurotto. Oui oui, carrément !

Ce soir, ils passent à la casserole. Si on utilisait tout le marc de café du monde entier, on pourrait produire 700 000 tonnes de champignons et nourrir 70 millions de personnes.
Ce soir, ils passent à la casserole. Si on utilisait tout le marc de café du monde entier, on pourrait produire 700 000 tonnes de champignons et nourrir 70 millions de personnes.

23 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’ai trouvé des kits à 10E mais le plus important est de pouvoir récupérer le marc usagé pour réencemencer une nouvelle culture de pleurotes.
    J’ai commencé sur bois de chene, avec des souches sauvages. Les pleurotes obtenues sont excitantes alors que celles poussées sur marc ne le sont pas.
    Une fois développé, le mycélium occupe le substrat en diffusant des produits dont certains sont volatils.
    C’est pourquoi il est bon, pour augmenter ses chances de succès, de stériliser le substrat avant de l’ensemencer en le cuisant à l’ébullition deux heures ou deux fois cinq minutes à 24 h d’intervales, ce dernier procédé est inspiré de la pasteurisation. Ensuite, on se méfie comme de la peste des poussières aériennes qui contiennent des moisissures. On ne pleure pas les mises; les premiers jours on peut fermer hermétiquement pour garder les premiers produits volatils. Après, on ménage une aération via de la ouatte ou du papier pour éviter d’étouffer le mycélium, aérobie.
    La phase de croissance est à température plus élevée que la phase de fructification 24/16 °C environ.
    Pour éviter d’arroser tout le temps on peut faire une mini serre avec du fil de fer recouvert de sac plastique. L’air y circule en entrant et en sortant sur de l’eau. Ceci bloque une partie des poussières de maison, entretient l’humidité utile au champignon qui ne se plait pas dans l’air sec d’un appartement.
    Il est faux de dire que la culture des champignons soit facile et simple.
    Et je n’ai pas abordé la question de l’accouplement des spores sur du vieux pain!

  2. Merci beaucoup , je suis intéressée par la culture des pleurotes , mais je ne peux pas me procurer le mycelium pour le mélanger au marc de café . Je veux essayer de mélanger les pieds et chapeaux des pleurotes , pour avoir la semence. Si possible aider s’il vous plait , je vis au Congo-Brazzaville. Merci.

    1. Tu prends des champignons, les lave à l’eau légèrement javellisée, puis tu les passes au mixeur avec un peu de miel ou de sucre.
      Après 24 h tu arroses un substrat sérilisé et ça doit marcher.
      Mais certaines souches de champignons sont sans spores. Ces « terminators » ont été sélectionnés pour éviter, dit on, les problèmes d’allergies liées à ces particules.
      Avec des champignons sauvages, on prend une feuille de papier sur laquelle on pose un chapeau passé à l’eau de javel diluée. On couvre avec un papier plus grand.
      On voit le lendemain les spores que l’on récupère avec un peu de farine et on saupoudre sur du papier humide.
      Seules les colonies blanches sont à retenir; les jaunes, ou noires sont des moisissures… Autant d’essais pour ne retenir qu’une au deux espèces à cultiiver sur cent !

  3. Les champignons de Paris n’ont pas du tout le goût de café mais par contre ils doivent absorber un peu de caféine. À chaque fois que j’achète des champignons cultivés sur marc de café pour me faire une salade de champignons crus, c’est « insomnie » assurée ! Mais je suis peut-être trop sensible…

    1. Agaricus bispora n’est pas pleurotus ostreatus.
      Ceci dit, il arrive souvent que les champignons empêchent de dormir! Cela n’a rien à voir avec les dérivés puriques comme théine, caféine, theobromine.
      Une étude là dessus serait à entreprendre!

  4. bonjour,
    etant grand consommateur de café j’ai mis le marc dans un sceau puis quand il a été plein j’ai acheté des pleurottes en touffes à carrefour , j’ai mis les « pieds » dans le café et depuis j’ai de temps en temps une poussée qui soulève le couvercle du sceau.

  5. Avant de commencer, un ami met le marre de café au micro-onde pour le « stériliser » et éviter la concurrence avec d’autres organismes.

  6. J’ai acheté sur le net 100g de mycélium de pleurotes. Quelle quantité de marc de café et/ou de paille puis-je ensemencer ?
    Merci d’une réponse aussi précise que possible (mon fournisseur ne m’ayant pas répondu jusqu’ici…)

  7. Bonjour,

    Est ce qu’on peut trouver du mycélium liquide ? Du marc de café j’en ai à foison, je préférerai utiliser le mien que celui d’une grande chaîne américaine !
    Merci

  8. bonjour! jolie idée, mais euh… ça fait pas un peu cher de la pleurote, non? même avec « l’expérience pleurote » à la maison, c’est cher: 19€+5€ de frais de port!
    c’est pour qui, les bobos, les aristos? pas pour les cocos! 😉
    pour info, chez Leclerc (je sais, je sais) c’est 4,50 le kilo.

    1. Vous avez raison, ce n’est pas donné mais le kit pleurotes est avant tout pédagogique. Il ne s’agit pas de se lancer dans une production rentable mais de faire l’expérience de la culture à la maison. C’est une chouette idée de cadeau, par exemple. Pour la fête des pères ?

  9. Heu, je pense qu’en passant à l’échelon supérieur, c’est à dire un petit local approprié dans the garden et avec un arrosage automatique, la corvée du pshitt pshitt toutes les 6 heures… Ciao bambino ! Vous en installez une, puis deux, puis trois, puis dix, puis cinquante hop direction les marchés. n’oubliez pas de vous inscrire à la chambre d’agriculture ou au pire en autoentrepreneur,( pas certain que la culture maraîchère soit dans leur giron) le travail illégal est interdit en France, sauf, sur les vide-greniers…

    1. ça fait cher pour 3 récoltes de champignons.. N’y a t’il pas moyen de faire ça plus naturellement, trouver du mycélium soi même à partir d’autres champignons. 20€ le kit je trouve ça énormément cher, sauf si c juste pour le fun, le côté ludique de la chose 😉

  10. J’ai testé aussi dans ma cuisine, je suis assez mitigé. Il faut au moins quatre arrosages quotidiens, toutes les 6 heures, dans un appartement sec comme en région parisienne, surtout avec un chauffage collectif, et le petit vaporisateur fourni est notoirement insuffisant. C’est sûr, il ne faut pas s’absenter un seul jour, ni plus de 6 heures dans la journée (ou emporter sa production avec soi) sinon c’est cuit. J’ai eu trois cueillettes dont deux comestibles. La première était belle, la deuxième a été grillée par manque d’arrosage. Pour la troisième, à nouveau comestible, le boitier ayant souffert des arrosages de « rattrapage », j’ai tout transvasé dans.une bassine imbibée en permanence. Je n’ai pas eu de quatrième récolte car je suis parti en vacances sans eux. J’essaie, depuis mon retour, de lancer une nouvelle récolte mais je crains que le mycélium ne déclare forfait.

    1. Le kit ne permet pas plus de 2/3 cultures, après, le substrat sert de compost pour vos fleurs. C’est effectivement la limite de l’exercice. Et vous avez raison, il faut arroser souvent, plusieurs fois par jour sans partir en vacances. C’est plus contraignant qu’un chat !

  11. bonjour à vous ,
    très intéressant cette histoire de champignons , je vais voir ça de plus prés 😉
    mais juste une petite question
    comme le support est du marc de café le champignon ne serait-il pas un peu parfumé au café,sauf si se marc et purifié !!!!! je suis peut être un peu pointilleux mais simplement je n’aime pas ,mais du tout le café …. suite à overdose de café une certaine période de mon activité … 🙂
    bien à vous , georgio

    1. Le marc de café pasteurisé utilisé comme substrat ne donne aucun goût au champignon, je peux vous l’assurer. N’hésitez pas à tester Georgio, l’aventure est amusante.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle