fbpx

Mannala, le petit bonhomme de la Saint-Nicolas

Non non rien à voir avec un outil de méditation. Le Mannala, c’est ce petit bonhomme en brioche, l’une des gourmandises qui fait partie des traditions de Noël dans l’Est de la France. Présentation gourmande.

Simplissime la recette du mannala. Photo http://www.supertoinette.com/recette/2150/manalas-ou-mannele.html
Simplissime la recette du mannala. Photo Supertoinette.

Des œufs, de la farine, un peu de levure, du sucre et du lait. Simplissimes, les ingrédients du Mannala. Ou Mannele. Oui, ce petit bonhomme en brioche a plusieurs noms (« Mann » veut dire monsieur en allemand) avec un ou deux « n », selon que l’on habite en Alsace, en Lorraine, en haut ou en bas… Cette tradition culinaire est aussi présente de l’autre côté du Rhin, en Allemagne et en Suisse. Mais qu’importe l’orthographe, l’essentiel réside ailleurs. Dans la saveur !

 

Une simple pâte à brioche, une forme inimitable, avec ou sans pépite de chocolat ou raisin sec. Photo : http://www.wangen-alsace.net/t589-les-mannele-sont-de-retour-pour-la-saint-nicolas
Une simple pâte à brioche, une forme inimitable, avec ou sans pépite de chocolat ou raisin sec. Photo Wangen-Alsace.

Pour commencer, il faut une pâte à brioche. Ensuite, il faut le coup de main pour façonner la tête, les bras, les jambes.

Les boulangers font preuve d’originalité, en proposant des Mannele nature, aux raisins secs, aux pépites de chocolat, avec ou sans glaçage. Le Mannele n’est pas seulement à croquer en vrai. Il se cache dans des pages de BD aussi. Un artiste alsacien, David Bonfils, a imaginé un Supermannala, « le seul mannala qui ne se mange pas ». Oublié dans le fournil d’un boulanger, ce mannala dessiné est bien trop cuit. Il devient réel et vit d’incroyables aventures en Alsace et en Lorraine.

Revenons à notre bonhomme en brioche. En 2010, deux jeunes boulangers de Colmar, Raphaël Kempf et Roland Brucker, ont concocté dans leur laboratoire une petite amie pour le « Mannele », la « Wiwala ». L’histoire, racontée dans le journal L’Alsace, vaut son pesant de pépites de chocolats : «  Issu du même pétrin et formé dans la même pâte briochée que le brave « Mannala », la petite « Wiwala » (jeune femme) est habillée, après cuisson commune dans le four, d’une robe en chocolat blanc sertie de petits grains de chocolat noir. Cette « Wiwala », bien sucrée et plus longue à fabriquer, coûte un peu plus cher (1,40 €) que le traditionnel « Mannala » (1,10 €). Les deux papas sont ravis par le succès remporté par leur petit couple. »

Distribué aux enfants à la fête de la Saint-Nicolas (le 6 décembre) le Mannala accompagne à merveille le chocolat chaud et les goûters d’hiver. Photo : http://gainthekitchen.canalblog.com/archives/2009/12/22/16224333.html
Distribué aux enfants à la fête de la Saint-Nicolas (le 6 décembre) le Mannala accompagne à merveille le chocolat chaud et les goûters d’hiver. Photo Gainthekitchen.

Le journaliste se demandait si le « Mannala » et la « Wiwala » allaient faire un « Bubbala » pour l’année prochaine… Aux dernières nouvelles, la famille brioche ne compte pas de nouveau membre, mais ce n’est pas ça qui arrêtera les gourmands. Leur seul dilemme au final : commencer par manger la tête, un bras ou une jambe trempé ou non dans le chocolat chaud…

Merci à l’Emerveillée pour la photo de une.

 

 

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle