fbpx

J’ai testé la monodiète de pommes

Moi je suis amoureuse des pommes : gala, golden, elstar, canada… elles réussissent toutes à m’aguicher à leur façon. Alors pendant quelques jours, j’ai décidée de ne vivre que de pommes d’amour et d’eau fraiche : je me suis lancée dans une monodiète.

Une mono quoi ? Faire une monodiète, ca veut dire ne manger qu’un seul aliment pendant plusieurs jours. La plus connue c’est celle de raisin, mais on peut aussi la faire avec des carottes, du riz, des frites (euh non là ça marche pas)… ou des pommes. On peut manger cet aliment sous toutes ses formes : cru, cuit, séché ou en jus par exemple. La fête quoi !

Pourquoi s’infliger cette restriction ? Parce qu’une mono-diète permet de récupérer l’énergie que l’organisme mobilise continuellement sur notre digestion pour lui permettre de se focaliser sur le reste du corps. Les émonctoires (le foie, les reins, la peau, le système digestif…) peuvent ainsi tourner à plein régime et éliminer les toxines qui les encombre. Pour les aider, on boit des tisanes avec des plantes choisies et beaucoup d’eau. La monodiète a donc un effet dépuratif.

 

La pomme est un aliment riche en vitamines (présentes surtout dans la peau), en fibres et en anti-oxydants : une petite mine d'or pour une chouette monodiète.
La pomme est un aliment riche en vitamines (présentes surtout dans la peau), en fibres et en anti-oxydants : une petite mine d’or pour une chouette monodiète.

La mise en condition. Une mono-diète ça ne se décide pas du jour au lendemain : on ne passe pas du repas copieusement arrosé le dimanche midi à la compote sans sucre le lundi. Il faut prendre soin de son corps et ne pas trop le brusquer. Alors avant de commencer sa monodiète, on enlève petit à petit les aliments qui sont difficiles à éliminer : la viande, le café, l’alcool, le pain, le sucre raffiné puis l’ensemble des matières animales. C’est la phase de préparation.

Pendant 4 jours, je suis donc ce régime en enlevant ces aliments petit à petit. Rien qu’avec ça, je me sens beaucoup plus légère ! Mes écarts se résument à un morceau de saucisson et un café. Vous me pardonnez ?

 

Healthy Organic Applesauce with Cinnamon

 

Premier jour : c’est parti ! J’ai jeuné la veille afin de préparer au mieux mon organisme. Lors de ma matinée, je mange quelques pommes crues, une garantie de conserver les vitamines. La compote évite quand même la monotomie et sera mon repas du midi, ô joie !

J’ai la sensation de flotter et j’acquière un odorat ultra-développé : je sens le café de mes voisins pour la première fois en 6 ans.

On est vendredi soir et à défaut de pouvoir fêter le week-end, je vais me coucher à 22h30 : je n’ai pas envie de trinquer avec un jus de pommes et je suis un peu fatiguée. Bonne nuit !

Le deuxième jour, je me lève tôt et de bonne humeur, la monodiète, ce n’est pas si dur que ça !

J’ai une sensation de faim qui m’accompagne tout au long de la journée : cela devient une habitude qui est largement compensée par une très agréable sensation de légèreté.

J’accompagne mon régime de décoction de thym et de romarin. Différente de l’infusion, elle consiste à faire bouillir les plantes pendant quelques minutes afin d’en dégager tous les bienfaits. Le thym et le romarin sont de très bonnes plantes qui permettent de détoxifier l’organisme, le romarin agissant particulièrement sur le foie. J’en bois un grand bol chaque jour.

 

trognons

 

Jour 3, tout va bien, si ce n’est que je m’ennuie un peu… Un week-end à se coucher avec le soleil, ce n’est pas très palpitant. Le vide-grenier de la Croix Rousse sans hot dog n’a pas la même saveur ! La nuit, je rêve que je mange du saucisson…

Dernier jour. Le matin, je fais un point avec ma naturopathe (n’hésitez pas à vous faire accompagner lorsque vous faites ce genre de cure, elle n’est pas conseillée à tout le monde). Elle me donne plein de bons conseils et me met en garde : pas de trop longue monodiète, sous peine de carences.

Petite astuce utile toute l’année : un repas composé d’un seul aliment peut-être intéressant pour se décrasser après un excès (du riz ou des carottes par exemple, pas des frites ou du jambon hein !)

Physiquement, je me sens plutôt bien. Plus de sensation de tête dans les nuages ou de perte d’énergie. Mais le soir de ce dernier jour est un peu pénible : je ressens des difficultés de coordination, j’ai du mal a monter les marches de mes escaliers ! Et sinon on peut rembobiner là ? J’ai quelques difficultés de concentration…

 

pomme couteau

 

Phase de retour à la vraie vie. Délivrance ! Je peux re-manger ce que je veux… ou presque. Pour ne pas brusquer son organisme qui a été mis au repos pendant ces derniers jours, pas de gros repas trop vite. On commence par réintroduire les légumes et on attend quelques jours pour les produits animaux.

Mon tajine végétarien du midi me reste sur l’estomac, allez, remets-toi au boulot !

Après ces quatre jours de frustration, les aliments ont une toute autre saveur : je me délecte des mets les plus simples comme si c’était de la grande cuisine. Mon estomac peine un peu lors des deux premiers jours mais tout revient à la normale très vite.

Lors des jours suivants, je continue les tisanes de romarin  afin de continuer à aider mon foie et je prend quelques gélules de probiotiques afin de repeupler ma flore intestinale toute propre de bonnes bactéries.

 

Les tisanes de romarin, avant, pendant, après...
Les tisanes de romarin, avant, pendant, après…

Quel bilan ? Pour être honnête, faire une monodiète, c’est un peu mourir d’ennui : pas (ou peu) de vie sociale, pas de bons petits plats à préparer, besoin de se reposer… alors oui c’est l’occasion de ralentir, de prendre du temps pour soi, de s’écouter. Mais quatre jours, c’était bien suffisant ! Autre aspect plutôt déplaisant pour moi : j’ai perdu du poids alors que je m’en serai passé et je suis quand même un peu faiblarde.

Néanmoins de gros aspects positifs pèsent dans la balance : une digestion vraiment améliorée et une peau qui respire beaucoup plus. J’en retire aussi un autre rapport aux aliments : les saveurs prennent une toute autre dimension et je bois beaucoup moins de café que je trouve trop fort. De la même manière, je sirote davantage le verre de vin de l’apéro.

On peut faire plusieurs monodiètes dans l’année, une à chaque changement de saison (printemps et automne) c’est pas mal. Il ne faut pas en abuser non plus sous peine de se faire plus de mal que de bien. Pour ma part une expérience très intéressante avec un bilan positif, je ne suis à l’abri de renouveler l’expérience… On fait la prochaine ensemble ? On s’ennuiera sûrement moins !

 

11 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Je fais la même chose depuis hier .2 ème jour je me force à manger car pas faim.mais je fais cela pour nettoyer mon dois tout organes .

  2. Bonjour,

    chacun voit midi à sa porte et c’est bien normal…

    Il faudrait que je vous parle de la cure de raison que j’ai expérimenté durant 15 jours ou le nettoyage du foie et de la vésicule sur 7 jours à partir d’un léger régime et de 7 litres de jus de pomme.

    Je vous prépare quelques petites lectures !

  3. J’aimerai beaucoup avoir le courage et la détermination de faire une telle cure , mais je n’ai pas de volonté , pourtant mon corps et surtout mon foie apprécieraient avec les quelques kilos que j’ai a perdre ! peut-être en s’y mettant a plusieurs ….

  4. Bonjour,

    J’admire votre courage, j’ai moi-même fait une cure (d’un autre genre, 2 semaines sans féculent ni viande rouge et alcool).
    Mon expérience : Bien que les premiers jours soient exaltants, rapidement on perd de l’énergie et l’organisme au final en prend un coup (on maigrit, mais on perd du muscle) et on est plus au final à 100% de nos facultés (mentales et sociales !).
    Ca m’a permis de prendre conscience, simplement de mieux -et de moins – manger au quotidien, tout en m’autorisant quelques excès (mais pas trop, le sport me fait culpabiliser)
    Résultat : au top tout le temps, et pas besoin de faire des cures drastiques trop agressive pour le corps…mais après, chacun écoute son corps, si on en a besoin, pourquoi pas (mais attention au retour à la réalité pas évident à gérer si on a pas un objectif sur du long terme).

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle