« Insecticide mon amour »: les raisins de la colère

C’est le coup de gueule d’un amoureux du vin. Insecticide mon amour, le documentaire de Guillaume Bodin, sort ces jours-ci en DVD et dans plusieurs salles de cinéma en France.

Guillame Bodin. DR
Guillame Bodin. DR

Tout a commencé à l’été 2013. Guillaume est un ouvrier agricole comblé. Il bosse chez les frères Bret, vignerons d’un superbe domaine exploité en biodynamie, dans le Mâconnais. Mais voilà qu’une maladie de la vigne – la flavescence dorée – se déclare à l’autre bout du département, dans une petite exploitation. La seule manière de la stopper, c’est de tuer le moustique porteur de la bactérie. Le préfet décide alors que quasiment tous les domaines bourguignons – même les bio – devront être traités avec des insecticides hyper costauds. Il publie un arrêté, les agriculteurs n’ont plus qu’à s’exécuter.

 

La citadelle, l'insecte porteur de la flavescence dorée. DR
La citadelle, l’insecte porteur de la flavescence dorée. DR

Guillaume est victime des produits hautement toxiques épandus dans le vignoble. Il saigne du nez, a mal à la tête. Il sait que les produits pulvérisés sont des poisons qui, en luttant contre la maladie, ont aussi dévasté la vie dans les vignes. Insectes porteurs de la flavescente dorée mais aussi abeilles, microbes, champignons, acariens, vers de terre… Tout y passe. Guillaume, écolo convaincu, est traumatisé. Comment peut-on décider de bouleverser l’écosystème de deux départements alors que seuls quelques hectares sont en cause  ? Il veut comprendre cette décision aberrante. «  Les vignerons pensaient bien faire. Les produits utilisés étaient légaux. A qui s’en prendre  ? Que faire  ? J’ai quitté mon travail, j’ai pris la caméra et j’ai commencé à enquêter.  »

Il est tombé dans la marmite de la biodynamie à onze ans.

Il faut dire que Guillaume n’est pas un ouvrier agricole ordinaire. Fils d’artisans savoyards adeptes du bio, c’est en en faisant un stage chez un viticulteur bourguignon qu’il tombe (à onze ans  !) dans la marmite de la biodynamie, une technique agricole qui repose sur la connaissance des cycles naturels (y compris des astres) et des sols. Après un BEP, un bac pro et un BTS de viticulture, il file en Nouvelle-Zélande perfectionner sa connaissance de la technique biodynamique. En délaissant un cursus français trop conformiste à son goût.

 

Le maconnais, terroir d'adoption de Guillaume Bodin. DR
Le maconnais, terroir d’adoption de Guillaume Bodin. DR

De retour en France, à la fin des années 2000, il travaille dans les vignes des frères Bret qui produisent, en Bourgogne, un Pouilly-Vinzelles d’anthologie. Convaincu que la biodynamie est une révolution à la fois agricole et culturelle mais qu’elle reste trop mal connue du grand public, Guillaume décide de faire un documentaire – ce sera «  La Clef des terroirs  ».

Il apprend à réaliser sur le tas et part filmer ceux qu’il admire  : Pierre Masson, un des pionniers de la biodynamie en France  ; Dominique Massenot, agronome  ; Lydia et Claude Bourguignon, spécialistes des sols  ; Thibault Liger-Belair et Sylvain Loichet, tous deux viticulteurs bourguignons, Richard Leroy, vigneron angevin  ; Aubert de Vilaine, vigneron de la fameuse Romanée-Conti (le vin le plus cher du monde est produit en biodynamie  !)  ; etc.

Guillaume tourne seul. Dans la foulée, il prend en charge le montage de son film, puis décide de le distribuer en salles et en DVD. Tout en travaillant à la vigne. Bref, ce garçon, aujourd’hui âgé de 28 ans, a de la bouteille…

 

 

Dans ce contexte, on comprend mieux Insecticide mon amour , «  un film viscéral, que j’avais besoin de faire.  Je ne pouvais pas rester dans la vigne sans rien dire.  » A l’été 2013, Guillaume quitte donc son terroir d’adoption. Suivent deux ans d’investigation, de rencontres avec des chercheurs et des vignerons, d’analyse des textes législatifs et de la réglementation. La décision préfectorale, absurde, est particulièrement dans le viseur du film. Elle sera d’ailleurs cassée par une décision de justice en décembre 2014, grâce à la contestation d’une poignée de courageux vignerons qui témoignent dans le film.

Ce qui révolte ces agriculteurs amoureux de leurs terroirs  ? Qu’à la moindre alerte sanitaire, des bureaucrates bombardent les plantations et les sols avec des produits hautement toxiques. Comme le dit l’un des experts filmés par Guillaume, avec cet arrêté préfectoral «  l’Etat a amené son char d’assaut dans les vignes.  C’est une lutte antiterroriste appliquée à la nature  !  »

 

Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS. DR
Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS. DR

On perçoit très concrètement ce que cela veut dire en écoutant Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS d’Orléans, qui intervient lui aussi dans le documentaire : «  Les produits phytosanitaires utilisés, qui appartiennent à la famille des néo-nicotinoïdes, sont 5.000 à 10.000 fois plus toxiques que le DDT [Un produit chimique utilisé par l’armée US pendant la Seconde Guerre mondiale et qui fut ensuite «  recyclé  » comment produit anti-moustiques… jusqu’à son interdiction à la suite de scandales sanitaires, NDRL].  Et le fait de les utiliser en micro-doses ne change rien, contrairement à ce l’on entend trop souvent dire.  »

Avec son film, Guillaume Bodin a parfaitement illustré la banalisation du recours à la chimie et le refus de voir ses effets effroyables sur les sols, la faune… et les humains. Ce constat assez noir lui fait douter de revenir un jour au métier de vigneron. Pourtant, aussitôt  «  Insecticide mon amour  » sorti en salle, il a lancé le tournage d’un nouveau documentaire réalisé entre la Suisse, l’Italie et la France, «  avec des femmes vigneronnes respectueuses de la nature.  » Lorsque nous l’avons croisé il rentrait, enthousiaste, d’un domaine de 200 hectares entièrement exploité en biodynamie, en Toscane. Quoi qu’il en dise aujourd’hui, Guillaume n’a pas fini de courir les vignes.

 

affiche-insecticidemonamour-V2

 

Pour retrouver toutes les dates de projection du film, c’est par ici  : http://www.laclefdesterroirs.com/films/insecticide-mon-amour/evenements-a-venir

3 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,

    J’habite dans la drôme et je voulais savoir si vous alliez venir présenter ce documentaire ?

    Native de Cluny je connais bien cette région, et maintenant j’ai quitté cette région maconnaise je ne suis pas loin des vignes de Tain l’Hermitage ou Saint Joseph. Je partage tout à fait vos idées sur les pesticides, herbicides et c’est pour cela que je travaille dans l’écologie mais dans le domaine de l’eau.

    J’espère que je pourrais assister bientôt à une de vos présentations.

    Je vous souhaite le meilleur !

    Annick

    1. Bonjour
      Nous transmettons à Guillaume !
      Ces jours ci, il présente son film en Anjou & Saumurois, avec beaucoup de succès.

  2. http://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.francetvinfo.fr%2Fsante%2Fmaladie%2Fpesticides-dans-les-vignes-la-colere-d-une-mere_1148833.html&h=0AQGfOPCR&enc=AZNMSzfaxczDSCOrtI6dvDXukWMM_RSg_wGGtoDQpbH1Bsr6gkryve5YMaW0jJGL_oTLcWEMe8j5I325b2O6IcUl14snIvxAyMW6CHAq91l3YPaLoLn2xbN5QAlm0Sz2fSWygzZzbfNvYqcalbvDd__2Z4Si8SLinhydQTLD652-8hUw2UgSLKzaE-Nnbc584H-qhzQ-X2X_6hR8pG_2GYRv&s=1
    Si pour l’institut national du cancer,il est important de prendre en compte les RISQUES liés à la santé en toute connaissance de cause par sa hiérarchie Tabac-Alcool-Malbouffe/produits transformés,il est IMPORTANT de prendre en compte les RSQUES liés à notre ENVIRONNEMENT (Plan National Env. Santé 2015/2019) qui met sa priorité sur la qualité de l’AIR (intérieur&extérieur) avec les risques liés à l’Amiante-Radon-Produits ménagers/-Pesticides …’ai téléphoné au maire de Preignac,et il a une bonne nouvelle a annoncer – ACHAT D’UNE PARCELLE DE VIGNE JOUXTANT LE MUR DE L’ECOLE AFIN DE FAIRE UNE ZONE TAMPON PAR UN PARKING QUI SERA CONSTRUIThttp://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.francetvinfo.fr%2Fsante%2Fcancer%2Fvideo-des-cas-de-cancers-d-enfants-inquietants-dans-le-village-de-preignac-en-gironde_1077909.html&h=qAQEZulPU&enc=AZNzGVlFTxO2D3RE3rvvMVMjs7cDf-G0qCQPTbUsabu_GGQy7keuKJY9Xkx1QlxPROIQgYQXrTs638_gosWWN4K-9ROQbZHBYIyiZRYXxLKfwoDxBsLJ2w7PS29WcldimX9qtF3iw4OB9Mb8X_l4CxXc5CPB8CLw46KcUC8dpitWvg&s=1

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle