Alternatiba, le mouvement citoyen pour protéger le climat

Alternatiba
Alternatiba

Ca ne vous a pas échappé : du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France sera l’hôte de la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. En marge de cette fameuse COP 21, les citoyens s’organisent et, partout en France, font connaître leurs alternatives concrètes pour sauver le climat. Le chef de fil s’appelle Alternatiba.

 

Depuis le 20 août dernier, on est foutus. On a dépassé le budget écologique annuel de la planète. Pour les mois qu’il nous reste, notre consommation ne fera qu’alourdir notre déficit écologique, puiser dans les stocks de ressources naturelles et augmenter l’accumulation du CO2 dans l’atmosphère… Triste programme. Heureusement face à cette urgence climatique, le mouvement Alternatiba organise la résistance.

 

Qu’est-ce qu’Alternatiba ? Un mouvement pour faire connaître des alternatives concrètes, pour rappeler qu’elles ne viennent pas toujours d’en haut et qu’elles peuvent aussi être mises en œuvre au quotidien, à un niveau local ou régional, individuel et collectif. « Changeons le système, pas le climat », rappelle l’association qui, pour le prouver organise à l’automne 2013 le 1er rassemblement des initiatives écolo-éthico-citoyennes à Bayonne. Au total 12 000 personnes se retrouvent autour de stands, de conférences, d’ateliers, de repas, d’expositions…. En fin de journée, une déclaration solennelle lue par Christiane Hessel appelle à créer 10, 100, 1000 Alternatiba en France et en Europe, dans la perspective de la COP 21.

L’appel porte loin : Bordeaux, Toulouse, Rennes, Strasbourg, Paris, Tahiti et de nombreuses villes créent leur événement. 120 groupes locaux ont été créés cette année. En ce mois de septembre, ce sont plus de 214 900 personnes qui ont participé à un village ou à une étape du tour.

Le tour ? Un parcours de 5000 kilomètres réalisé à bicyclette pendant l’été 2015 avec des vélos tandem 3 et 4 places, pour mobiliser des dizaines de milliers de personnes. Parti de Bayonne le 5 juin 2015, journée mondiale de l’environnement, il arrivera à Paris le 26 septembre 2015. Pendant 4 mois, il aura fait étape dans 187 territoires de l’Hexagone et de 5 autres pays européens, entraînant dans son sillage de nombreuses associations environnementales et sociales, des sections syndicales, mais aussi des clubs de sport, des groupes d’étudiants, des collectifs de pompiers, des groupes de musique, de danse, etc. et donnant lieu à chaque étape à une grande fête populaire célébrant les initiatives existantes.

Forcément à certaines étapes, on a pu retrouver La Ruche qui dit Oui ! A Rennes, le 27 juin, Gilles, Responsable de Ruche était présent au village des transitions écologique, sociale et économique. «  Il m’a semblé important que La Ruche qui dit Oui !, une des solutions existantes face au changement climatique, soit présente sur ce village. » rapporte-t-il.

A Douarnenez, le 25 Août, c’était à mon tour de tenir un stand et de prouver à près de 2000 participants que des alternatives sont possibles en matière de consommation. Retour en image, filmé par Yves de « La brouette de Kerivoal  ».

 

A Mimizan, le 26 Septembre, Aurelie, responsable de Ruche a carrément choisi de créer le village .« L’association Vertitude que j’ai le plaisir de présider et qui gère La Ruche qui dit oui Mimizan affiche une ambition folle : organiser Alternatiba Mimizan avec toutes les bonnes volontés qui auront envie de prendre part à une rêv(e)volution furieusement concrète, simplement joyeuse et délibérément volontaire, drastiquement festive mais férocement consciente, énergétiquement sobre mais débordante d’énergie, techniquement motivée et climatiquement indispensable !  » A Mimizan, ce sont les bénéfices de la Ruche  d’Aurélie qui finance le village des Alternatives qui devrait rassembler environ 40 participants.

Pour en savoir plus  : https://alternatiba.eu/

Un commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle