Conservatoire de Porquerolles : l’île au trésor

Sylvia dirige depuis 5 ans le Conservatoire botanique de Porquerolles. Profitant du micro-climat de la petite île provençale, la collection de fruitiers compte plus de 800 variétés méditerranéennes : figuiers, palmiers-dattiers, pêchers, muriers, amandiers, oliviers… ©Thomas Louapre

La seule collection d’oliviers compte 300 variétés, dont une centaine d’oléastres, des souches sauvages du précieux arbre. Le Conservatoire sert de réserve génétique de secours en cas de catastrophe climatique ou d’épidémie sur le continent. ©Thomas Louapre

Christian Brun, formateur au CFPPA d’Hyères, utilise les vergers de Porquerolles comme outil pédagogique auprès de ses élèves en spécialisation « taille de l’olivier ». ©Thomas Louapre

Les arbres, entretenus a minima depuis la fondation du Conservatoire en 1971, sont soumis depuis 3 ans à une taille sévère pour les rabaisser et permettre la récolte des olives. 800 arbres sont déjà passés sous les coups de scie et de sécateur des élèves du CFPPA.©Thomas Louapre

Sur la quinzaine d’élèves présents au stage de 3 jours, 13 repartent avec un diplôme honorifique, le « Sécateur d’or ». Ensuite, il leur reste plusieurs épreuves, sur le continent cette fois-ci, pour valider leur CAPA au mois de juin. ©Thomas Louapre

Depuis son arrivée, Sylvia a entrepris de valoriser les productions du verger. Son rêve : installer un moulin sur l’île et produire la première huile d’olive « made in Porquerolles ». ©Thomas Louapre

Sylvia est soutenue dans son projet par les 8 employés du chantier d’insertion COPAINS, installé sur l’île depuis 2014 et financé par l’association Sauvegarde des Forêts Varoise. René Pierre Bacconier, chef de cultures, encadre la petite équipe. ©Thomas Louapre

Prochaines étapes, après la taille des arbres : la cueillette et la transformation des figues en confiture. ©Thomas Louapre

Les boutures d’arbres fruitiers réalisés par René Pierre et son équipe vont permettre de diffuser les espèces auprès d’associations ou de collectivités qui veulent créer des antennes du conservatoire. ©Thomas Louapre

Lara Dixon, chargée de la mission Banque de semence au Conservatoire botanique, veille sur les échantillons de variétés sauvages méditerranéennes. « En plus des sept botanistes qui nous envoient leurs échantillons, nous avons un bon réseau de bénévoles ». ©Thomas Louapre

Le Conservatoire héberge plus de 8000 lots de graines, de 1900 espèces différentes. Chacune est prélevée à plusieurs endroits du pourtour méditerranéen, afin de diversifier le patrimoine génétique de la collection. Joli trésor, non ? ©Thomas Louapre

Non classé

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle