Philippe Desbrosses, semeur de liberté

Pionnier de l’agriculture biologique en France et en Europe, Philippe Desbrosses oeuvre depuis plus de 40 ans pour que vive la biodiversité. Son combat ? Rendre la liberté aux graines paysannes. Ses armes ? L’éducation, l’audace et la passion.

DSC_0228

« Ca devait être comme ça la drôle de guerre », commence Philippe à peine un pied dans notre voiture pour rejoindre son village solognot de Millançay. Sonné par la tuerie du 7 janvier, l’homme né pendant celle de 39/45, répète en boucle ces deux mots, drôle et guerre. Mantra de circonstance. De l’autre côté du périph’, Philippe se reprend et enfile son uniforme verbal de casque bleu ou de moine tibétain. Et cite pêle-mêle Rudyard Kipling, Elvis Presley et Jean Keilling (ex-fondateur de l’INRA).

195 kilomètres nous sépare de son antre solognote, la Ferme de Sainte-Marthe, 70 hectares que son grand-père a achetés en 1920. 195 kilomètres pour parler musique, politique, philosophie, pour dérouler sa vie aussi. « De 18 à 30 ans, j’étais musicien. Guitariste, s’esclaffe-t-il d’un rire communicatif. Je jouais un peu mais pas très bien par contre j’étais un excellent chanteur-animateur. J’ai commencé dans un orchestre de variétés avec mon cousin accordéoniste puis avec ma femme, chef d’orchestre professionnelle nous avons fondé le groupe Belisama au hit parade d’Europe 1 en 1969. On a fait beaucoup de tournées en France et à l’Etranger.»

Les chiffres de la FAO malmènent encore un peu plus notre biodiversité : 75% des variétés comestibles ont disparu en un siècle.
Les chiffres de la FAO malmènent notre biodiversité : 75% des variétés comestibles ont disparu en un siècle.

En 1969, un événement le détourne pourtant du showbiz. Ses parents convertissent la ferme familiale en bio. Il doit revenir. « C’était un appel profond, quasi mystique pour la terre ». Celle que chérissent les livres alchimistes sur sa table de chevet ? « Le matin des magiciens et l’Or du millième matin m’ont énormément inspiré mais je préfère souvent le taire, on pourrait me prendre pour un illuminé. » Dans les préfaces des bouquins qu’il signe quelques années plus tard, on retrouve quelques inspirations  philosophales. « Les mots humain et humus ont la même origine. Cette coïncidence n’est pas due au hasard. La notion de terre nourricière est omniprésente dans toutes les mythologies. Aujourd’hui, nous ne sommes plus conscients du lien étroit qui nous unit au sol comme un cordon ombilical. Pourtant notre nourriture en dépend. »

« La nature dans sa prodigieuse générosité donne à partir d’un grain de blé des milliers de grains en quelques années. Mais les industriels ont coupé le vivant. C’est un immense scandale. » Coline Serreau
« La nature dans sa prodigieuse générosité donne à partir d’un grain de blé des milliers de grains en quelques années. Mais les industriels ont coupé le vivant. C’est un immense scandale. » Coline Serreau

Pour préserver la terre, Philippe avance sur deux fronts. Le politique et le pragmatique. Sur ce premier terrain, l’autodidacte devenu Docteur en sciences de l’environnement participe dans les années 80/90 à toutes les tables rondes, à toutes les discussions. Il contribue ardemment à l’élaboration des cahiers des charges Nature et Progrès et AB. Parvient même à faire protéger le terme agriculture biologique, « un formidable concours de circonstances ».

De 1983 à 2007, il préside la Commission nationale du label AB au Ministère de l’agriculture. Au Grenelle de l’environnement, il est chargé de mission auprès du gouvernement français pour mettre en oeuvre le programme national d’agriculture biologique. « A Bruxelles, j’ai travaillé sur les variétés anciennes. » Les kilomètres défilent, les titres aussi, sans que jamais Philippe ne semble prendre le melon qu’il soit ancien vieille France, boule d’Or, petit gris de Rennes ou noir des Carmes. Ceux-là, il préfère les faire pousser et circuler.

« Comparez le catalogue Vilmorin de 1900 avec celui de cette année et vous verrez à quel point notre diversité potagère s’est érodée. » Philippe Desbrosses
« Comparez le catalogue Vilmorin de 1900 avec celui de cette année et vous verrez à quel point notre diversité potagère s’est érodée. » Philippe Desbrosses

C’est ainsi que la Ferme de Sainte-Marthe devient rapidement le terrain de jeu, d’expérimentation et de démonstration des méthodes agrobiologiques et biodynamiques qu’il défend de Bruxelles à Paris. Il y développe également un centre de formation et un conservatoire de semences potagères biologiques. « Le meilleur moyen de protéger la terre est de trouver les bonnes graines, celles qui permettent de se passer d’artifice, ce sont les variétés anciennes. »

L’aventure commence avec celle du potimarron encore inconnu en France il y a 40 ans. « Pendant plusieurs années, j’ai sélectionné les courges les plus denses, les plus rouges pour obtenir le potimarron que l’on connaît aujourd’hui. » En 1973, consécration ultime, un article sur le potimarron de Sainte-Marthe sort dans la revue des jardins ouvriers de France. « Je recevais chaque jour des sacs de courriers me demandant des graines. Comme je ne pouvais pas faire face, j’ai lancé une souscription pour assurer la production. Ca a tellement marché… »

Le coffre de graines précieuses  : plus de 1000 variétés.
Le coffre de graines précieuses : plus de 1000 variétés.

La machine des échanges de semences est lancée. Hôtesses de l’air, amateurs, passionnés, Seed savers envoient régulièrement leurs trouvailles à la Ferme pour les protéger et les dupliquer. En 1992, le Conservatoire  compte une vingtaine de personnes, édite un catalogue en 4 langues avec plus de 2000 variétés : fraise Mont Everest, tomate cornue des Andes, scorsonère géante de Russie, concombre cornu d’Afrique… La reconquête de la biodiversité est en marche. Malheureusement l’arche de Noë végétale n’est pas du goût de l’administration française. « Je me suis fait condamner pour avoir commercialisé la pomme de terre Institut de Beauvais alors qu’elle ne figurait pas au catalogue officiel, le document qui privatise les semences du monde entier. » C’est le premier fait d’arme de l’agriculteur-anarchiste-pacifiste. Peut-être sa plus grande fierté.

Routes interminablement droites, étangs à perte de vue, villages briqués, nous voilà bientôt arrivés. « On s’allume un petit feu de cheminée ? » A peine entrés dans son repaire, Philippe gentleman farmer convie tous les ingrédients du bien-être : thé, café, chocolat, flambée… « On devrait peut-être d’abord faire un tour de la ferme, le ciel est bas ? » Gants, capuches, bottes, nous voilà dehors à faire le tour du propriétaire qui nous rappelle tous les deux mètres que c’est tellement plus riant l’été. Pourtant, le potager-mandala, terrain d’expériences des stagiaires qui viennent chaque année s’initier à l’agriculture biologique dégage une véritable poésie.

Nos arrières grands-pères échangeaient leurs graines ? Il leur faut désormais passer par des semenciers (Monsanto, Dupont et Syngenta détiennent près de 50% des semences du Monde).
Nos arrières grands-pères échangeaient leurs graines ? Il leur faut désormais passer par des semenciers (Monsanto, Dupont et Syngenta détiennent près de 50% des semences du Monde).

Les choux violets côtoient les sculptures de bois, les blettes multicolores se reflètent dans la mare, les bambous courbent sous le vent. Le temps est suspendu mais la vie est bien là. Du Mont Desbrosses, un monticule d’une dizaine de mètres, Philippe joue les tables d’orientation et nous présente le reste de la ferme, les différents hectares de maraîchage, les grandes serres et le bâtiment où l’on prépare les graines. « Il y a dans le hangar plus de 1000 variétés endormies. Comme on m’interdit de les vendre, je vais les donner, les faire tourner, essaimer. Ca vous dit de les faire voyager ? »

 

____________________

Graines de vie, à vous de jouer !

 

La Ferme de Sainte-Marthe vient de lancer la campagne Graines de Vie à soutenir sur le site de Kisskissbankbank. L’objectif est de faire tourner les variétés anciennes, de les multiplier. Transmettre et essaimer les mille variétés de graines que Philippe Desbrosses a récoltées pendant 40 ans aux quatre coins de la planète.

L’argent collecté financera la reproduction de semences au sein de la ferme solognote mais aussi la formation des 200 jardiniers ambassadeurs tout comme l’élaboration et la mise en ligne gratuite de vidéos pédagogiques. Partout, des graines de vie pour recomposer notre chère diversité.

« C’est une initiative essentielle, c’est une question de vie ou de mort de notre civilisation, de notre histoire, alerte Pierre Rabhi. Il est très important de soutenir cette action. » Prêts à semer la liberté ? Vous avez jusqu’au 3 février.

5 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je découvre votre site. J’ai un petit bout de terrain, je n’y connais rien , mais je me suis fait avec l’aide d’un jardinier, un tout petit potager… Je pense, réellement le développer. Actuellement, j’ai tomates, courgettes, et aubergine. Je pense à des pommes de terre, haricots verts, petits pois, radis, fèves … que conseilleriez-vous à la débutante que je suis ? et seriez-vous en mesure de me fournir des graines? En phase avec vos propos, j’apprécie le cri d’alarme que vous poussez et pense comme vous, qu’il est grand temps de nous réveiller. A ce propos, je viens de diffuser un document à quelques organisations et personnes qui par leurs actions ont su montrer bon sens et ouverture de cœur, je serais heureuse de vous le transmettre, si toutefois, vous êtes en mesure de me communiquer votre adresse mail Merci d’avance et continuez, c’est important.

  2. Bonjour,
    Je n’ai pas a priori à céder à cette étrange manie actuelle de commenter ad libitum. Par contre, une demande: Peut-on d’abonner à une lettre de votre part?
    Sans plus de commentaire:
    Bravo et merci.
    Y. Gébelin

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle