Permajuice : buvez, pédalez, réfléchissez !

Des smoothies pressés à la force des mollets qui permettent de sensibiliser à l’agriculture saine et de proximité ? C’est ce que propose PermaJuice, une jeune entreprise normande. Rejoignez le peloton fruité.

Ils étaient là, lors de l’étape Saint-Loise d’Alternatiba avec leurs vélos vert fluos. Sur leurs montures, des blenders que le chaland actionnait en pédalant. Derrière ce concept, Romain web-marketer et Guillaume ébéniste. Ces deux jeunes inventeurs font pédaler les gourmands lors de diverses manifestations de la région. Pour quoi faire ? On a posé la question à Romain.

 

11707495_1467294556917190_7451383442788489970_n

 

PermaJuice, c’est quoi au juste ?

Romain : PermaJuice est association en cours de création, rayonnant dans la Baie du Mont Saint Michel. Nous pouvons la définir comme un éco-système respectueux de la Terre et des Hommes valorisant, au travers d’actions ludiques et participatives,  les ressources locales pour sensibiliser à une alimentation saine et naturelle.

 

Ah oui c’est plus qu’un jus de fruit alors. Comment vous est venue cette idée?

Nous sommes quelques passionnés d’alimentation saine et naturelle dans le Sud de la Manche. Nous voulions tout naturellement partager notre passion, nos expériences et nos connaissances auprès de notre entourage. Nous avons commencé par créer des ateliers juicing pour montrer les vertus des jus de légumes et de fruits sur la santé, puis on a commencé à vendre des smoothies et milkshakes (sous le statut d’auto-entreprise) cet été avec nos vélos à smoothies. Et maintenant nous intervenons sur des éco-festivals, dans les écoles en tant qu’ambassadeurs des fruits !

 

Les gens sont partants pour pédaler?

Nous sommes étonnement surpris par l’impact de nos vélos à smoothies ! Ils nous permettent d’entrer en contact avec tout le monde, toutes générations confondues. C’est impressionnant. Les personnes viennent nous voir. Ils veulent comprendre comment ça fonctionne. Puis ils se prêtent au jeu. Leurs amis les prennent en vidéo et partagent sur les réseaux sociaux. C’est vraiment efficace. Mais pour nous, ce n’est qu’un support pour nous rendre visible. Nous essayons derrière d’ouvrir une discussion autour des enjeux liés à l’alimentation et à l’agriculture.

 

Et qu’est ce qu’on boit en venant pédaler avec vous ?

Nous cherchons à valoriser les fruits et légumes locaux. Donc pour les fruits c’est surtout des pommes, poires, pêches et quelques fruits rouges (framboises, fraises, mûres). Pour les légumes, c’est tomates, courgettes, concombre. Nous alternons nos recettes avec des smoothies, milkshakes (avec des boissons végétales) et soupes froides. Ce n’est pas évident de trouver la recette qui plait à tous les coups et à tout le monde. Mais nous nous améliorons sans cesse.

 

11898554_882701701767108_8966311706138060032_n

 

Vous avez choisi de vous installer en association, vous auriez pu ouvrir une boutique et vendre vos jus comme une entreprise, pourquoi ce choix ?

Pour être honnête, nous y avons beaucoup réfléchi et l’idée nous a même tenté pendant plusieurs semaines. Mais ce n’est pas notre chemin. Nous laissons la place à d’autres. Nous voulons surtout fédérer un collectif sur notre territoire et sensibiliser le plus grand nombre aux questions liées à l’alimentation et à l’agriculture. Ces deux sujets sont indissociables. Nous souhaitons partager toutes ces problématiques et enjeux locaux sur notre site internet. Vendre simplement des smoothies, ce serait nous enfermer dans une boîte. Nous voulons rester libres et créatifs.

 

Vous utilisez le concept de « prix libre », est ce que les gens jouent le jeu?

Cela dépend. Le prix libre permet de responsabiliser au maximum les personnes. Il amène très vite au sujet tabou : le prix. Nous rebondissons tout de suite sur la valeur des fruits et légumes locaux, souvent bio et de saison. Nous souhaitons être les plus transparents possibles sur ce sujet. Par exemple à l’heure actuelle, un smoothie ou un jus de 30cl c’est environ 1€ de fruits et légumes mixés. Certains donnent 0,5 centimes, d’autres 5€. A la fin, nous sommes à l’équilibre. Au départ nous affichions un prix de vente, mais cela freine trop les personnes. Ils voient le prix de loin, et tout de suite s’affolent et répétent que « c’est trop cher ! « . Nous pourrions refixer une interview dans un an, et faire un bilan là dessus.

 

Avez vous un petit message à passer ? Des besoins pour continuer et développer votre projet?

Il ne fallait pas poser cette question ! (rires) Nous avons beaucoup de messages à faire passer. Pour faire court, aujourd’hui nous avons besoin d’un local et d’un camion. Nous faisions avec les moyens du bord jusqu’à, mais cela ne devient plus possible.

Dans le futur nous aimerions également monter des partenariats avec des fermes ou trouver un terrain pour faire pousser des légumes et planter des arbres fruitiers. Cela aurait vraiment du sens.

Et dernière chose, nous recherchons des personnes qui veulent s’investir dans la baie du Mont Saint Michel. Il y a beaucoup à faire !

__________

On vous invite à passer faire un tour sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/permajuice. Et pour les contacter : romain@permajuice.comguillaume@permajuice.com

Pas de commentaire

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle