fbpx

Tous les jours sa fête

Moi ma mère…

Coquillettes au beurre, gâteau d’anniversaire pirate, cuisine 100% cocotte-minute, toutes les mamans ont leur spécialité. Alors pour leur fête, on a demandé aux internautes de nous les raconter. Entre petites madeleines et grandes déclarations… morceaux choisis.

Moi, ma mère, c’est une magicienne. Tout comme elle pouvait nous fabriquer de superbes déguisements avec des bouts de rideaux, elles nous concoctait de très bonnes soupes avec des petits riens : des « jus de chaussettes » comme elle les appelle ! Un reste de purée, trois lentilles qui se battent en duel, des cosses de fèves… allez zou, tout ça dans la marmite et mouline Jeanine ! Elle m’a transmis cette chasse au gaspillage et maintenant, à la maison, j’ai appris à repriser les chaussettes. Fallait bien pour en faire des jus ! Gaëlle

….

Moi ma mère, elle faisait des pâtes « à l’eau » disaient mes copains ! C’était dégueu mais ça nous a laissé des fous rires inoubliables…. Et ça c’est super bon ! Valelu

….

Moi ma mère elle trouve son inspiration en voyage. Dès qu’elle part à l’étranger, elle ramène des recettes. Si elle va en Inde, on mange des curry-coco pendant six mois. Sinon elle copie tout ce qu’elle trouve au resto : elle insiste pour obtenir les recettes. Tiens, ce week-end, elle a fait du poisson à la sauce soja recuite et au citron. Et elle a ramené de Corse une recette de petites briques aux crevettes-chorizo. En fait ma mère est une éponge. Benjamin

….

Moi ma mère, elle fait les surgelés comme personne. Aline

….

Moi ma mère, les soirs d’hiver elle nous faisait une soupe au lait : juste du lait avec des morceaux de pain. Et plus ça mitonnait longtemps, meilleur c’était. Et c’était bon, ça réchauffait, ça réconfortait. Ce que je ne m’explique pas d’ailleurs parce que quand j’y repense, ça devait faire genre une bouillie. Je devrais peut-être réessayer pour voir ce que ça donne (ou pas). Pascale

….

Moi ma mère, elle passait des heures dans sa cuisine, on ne savait pas ce qu’elle y faisait. On avait un repas digne d’un resto midi et soir. Et des fois elle fondait en larmes en disant qu’on ne l’aidait jamais. Et elle retournait s’enfermer dans sa cuisine… Gretel

….

Moi ma mère, elle fait la meilleur ratatouille du monde. Et pourtant, elle ne se prend pas trop la tête : elle garde la peau des légumes bien évidemment, elle commence par faire griller les aubergines puis ajoute les courgettes. Ensuite elle baisse le feu et viennent  les poivrons et les tomates. Le tout recouvert d’herbes et d’épices et ça mijote un bout de temps. C’est super simple mais  c’est impossible de la refaire aussi bien. Marc

….

Moi ma mère, c’est une normande, une vraie, qui met du beurre dans le financier et de la crème sur les escalopes. Ce que je préfère, c’est son poulet mijoté au cidre, avec des raisins secs et des noix fraîches, qu’on sauce jusqu’à plus de pain. Et mon souvenir d’enfance favori, ce sont ses brioches à la béchamel gratinées au four, qu’on engloutissait par fournées de 20 ! Maman… J’ai faim ! Ah, et je t’aime, aussi ! Charlotte

….

Moi ma mère, pour la pause du matin, elle me faisait des sandwichs avec des steak hachés cuits à l’eau… Mes amis m’en parlent encore ! Hani

….

Moi ma mère, elle a commencé la cuisine en suivant des recettes diététiques. Elle le faisait des gâteau au chocolat avec un carreau pour tout le gâteau, puis elle est devenue Grand mère et maintenant elle met deux tablettes minimum. Guilhem

….

Avec Môôôman on ne perdait rien, mais vraiment rien ! Jugez plutôt. Quand on tuait une oie pour la faire rôtir à Noël, que faisait-on avec les abats (gésiers, foie, cou, ailes) ? Avec le sang ? Avec les plumes ? Avec les 2 premiers (les abats et le sang) Môôôman cuisinait une « p’tite oie » : un ragoût d’abats, cuits dans le sang (avec un filet de vinaigre pour éviter la coagulation), accompagné de carottes et de « patin de cochon » (pied de cochon). Barbare et ragoûtant ? Un peu. Dis comme ça, faudrait être de mauvaise foi pour ne pas penser le contraire ? Délicieux ? A se taper le derrière par terre ! Je ne connais rien de meilleur que la « ptite oie ». Avec ma soeur on la réclame à Maman chaque année. Ce ne sont pas ses 85 ans qui l’empêchent de continuer à nous faire ce plaisir tous les ans … Avec les deuxièmes (les plumes), Maman faisait des édredons, cousus-mains bien entendu ! Eric

….

Moi ma mère, c’est la génération micro-ondes, congélateur et plats cuisinés. Vous comprenez pourquoi j’aime cuisiner, pourquoi j’aime les bons produits et pourquoi j’aime les producteurs de ma région…. merci maman. Agnès

….

Moi ma mère, elle travaillait à la maison, comme mon père d’ailleurs. Je ne mangeais pas à la cantine, je déjeunais tous les midis avec mes parents. J’étais ravie, je précise que je suis fille unique. Cela dit avec le recul, je réalise que ce n’était pas pour les qualités gustatives des plats que j’aimais tant cela, mais pour les moments partagés avec eux et notre complicité. Maman cuisinait de la viande (pour papa), des conserves, peu de produits frais. Ce dont je suis sûre, c’est que la famille était heureuse de réveillonner tous les 31 décembre chez nous pour déguster les avocats aux crevettes et la bûche au chocolat que maman, elle, ne pouvait pas goûter tant elle avait été écoeurée de les préparer ! Stéphanie

….

Moi, ma mère, elle ne jure que par les conserves et les surgelés, la cuisine pas le temps ! Elle préfère aller se promener dans les champs. Seulement aux anniversaires, elle fait un gigot, avec de la vraie purée de pommes de terre. Auriane

….

Moi ma mère, elle fait des bonnes choses, c’est elle qui m’a transmis la passion de la cuisine. Je me souviendrai toujours de cette odeur de génoise au chocolat que je sentais en rentrant de l’école, c’est ça ma madeleine à moi ! Sarah

….

Le meilleur plat de mon père, aidé bien entendu par ma mère, c’est toujours les « boubelespaetz » (désolée pour l’orthographe) avec du lapin et une succulente sauce brune accompagnée d’un peu de crème…schlupsssss… Christiane

 

4 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Maman nous a concocté plusieurs fois un cassoulet toulousain, et rien que d’en parler j’en ai l’eau à la bouche tellement il était délicieux , ainsi que ses langoustines à l’américaine , un vrai régal .Elle m’a appris , alors que j’étais très jeune, la cuisine simple tel qu’un ragoût ou une daube , à commencer même par faire une soupe de
    légumes .Elle nous préparait que des repas frais .A la maison , pas question de surgelés ou de conserves .J’ai gardé cet esprit de faire avec peu un bon repas . merci maman , Je t’aime !

  2. Moi ma mère savait cuisiner, pourtant nous n’étions pas riche, chaque dimanche c’était un bon plat en sauce, à cette époque, je n’écoutais rien de ses conseils pour la cuisine si elle me voyait aujourd’hui, j’ai même ouvert un blog culinaire, Merci Maman, grâce à toi j’essaie de cuisiner et j’adore!

  3. Moi, ma mère et un peu tête en l’air concernant la cuisine …. Heureusement papa est un excellent cuisinier !

  4. Moi ma mère elle oubliait une énorme quantité de pâtes à cuire sur le feu et ça terminait en bouillie.
    Elle faisait également les gâteaux au pif et en reussissait 1 sur 3. Les 2 ratés était mangés par mon père.
    Et moi j’adore les légumes maintenant.

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par quinzaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle