Cécile à la ferme : 12 heures de la vie d’une belle rousse de Touraine

Ambiance United colors of Benetton à la ferme de Duterie. Depuis 4 générations, Prim’Holstein, Montbéliardes, Normandes et Brunes des Alpes mais aussi poules pondeuses, moutons, cochons, lapins, chevaux font vivre les paysages de Touraine. Du matin au soir et du soir au matin, Cécile s’occupe de son arche de Noë. Récit d’une journée ordinaire plutôt archi chargée.

(1) Le réveil est difficile et les matinées sont fraiches mais il faut bien y aller ! Et avant le p'tit déj on commence pas nourrir les petits, une dizaine de seaux à préparer à chaque fois....

7h : le réveil est difficile et les matinées sont fraiches mais il faut bien y aller ! Et avant le p’tit déj’ on commence par nourrir les petits, une dizaine de seaux à préparer à chaque fois…

 

(2) et pendant qu'on a le dos tourné certains en profite, à défaut d'avoir une tétine en plastique !

Pendant qu’on a le dos tourné certains en profitent, à défaut d’avoir une tétine en plastique !

 

(3) 7h-8h30 c'est la traite pendant ce temps là, les vaches le savent et se laissent faire et après hop elles retournent aux prés car pour faire de bons fromages, il faut du bon lait. Elles reviendront à la salle de traite le soir.

7h-8h30 : pendant ce temps là, c’est la traite. Les vaches ne rechignent jamais. Une fois l’opération terminée, elles retournent aux prés brouter. Elles reviendront à la salle de traite le soir.

 

(4) Je nourris les "fifilles", avec des granulés et du foin. Les génisses ne mangent pas encore dans les prés, on préfère les garder au chaud das leur première année.

Je nourris les « fifilles », avec des granulés et du foin. Les génisses ne mangent pas encore dans les prés, on préfère les garder au chaud pendant leur première année.

 

(5) A force de nourrir ça nous donne faim, 8h30 petit déjeuné avec bien sur un bol de lait ! Pratique qu'en nous en avons du frais tout les matins, plus qu'a y retourner le ventre plein !

8h30 : à force de nourrir les bêtes, ça nous donne faim. Petit déjeuner avec un bol de lait bien sûr. Pratique quand on en a du frais tout les matins. Le bol est vidé ? On y retourne le ventre plein !

 

(6) Jour de chantier aujourd'hui ! Récolte du mais pour en faire de l'ensilage, les vaches en raffolent ! C'est papa qui s'occupe de le tasser pour que ça fermente bien....

Jour de chantier aujourd’hui ! Récolte du maïs pour en faire de l’ensilage, les vaches en raffolent. C’est papa qui s’occupe de le tasser pour que ça fermente bien…

 

(7) ...et moi qui aide parce que le tracteur ça ne peut pas aller partout ! C'est du boulot, ça dure une journée entière mais on prépare la nourriture des vaches pour l'année donc on fait ça bien

… Et moi qui aide parce que le tracteur ça ne peut pas aller partout ! C’est du boulot. Ca dure une journée entière mais comme on prépare la nourriture des vaches pour une année complète, on essaie de faire ça bien.

 

(8) y'a les collègues qui viennent aider à faire la navette entre le champs et la ferme...

Et puis, il y a les collègues qui viennent aider à faire la navette entre le champ et la ferme…

 

(9) toujours avec Aztec,notre fox, qui demande à chaque fois de monter dans les tracteurs....on ne sait pas trop pourquoi vu qu'il s'y endort à chaque fois !

Cherchez Aztec notre fox, qui demande à chaque fois à monter dans le tracteur… On ne comprend pas trop pourquoi vu qu’il s’y endort systématiquement.

 

(10) pas le temps de s'arrêter, on enchaîne avec les autres animaux à s'occuper et surtout lever les oeufs !

Pas le temps de s’arrêter, on enchaîne. Il faut s’occuper des autres animaux et surtout ramasser les oeufs.

 

(11) les poules, des animaux très curieux. On mélange les couleurs pour avoir une jolie palette dans nos boites à oeufs. On leur met un gros stock des nourritures mais parfois elles sont besoin de complément, ça permet aussi de voir si tout va bien...

Elles sont tellement curieuses les poulettes. En même temps, c’est pratique ça permet de vérifier que tout va bien. On mélange des races de couleurs différentes pour obtenir une jolie palette dans nos boîtes à oeufs.

 

(12) L'avantage de vivre dans une ferme est que l'on peut joindre le travail et les loisirs, Je vous présente donc Aribelle, 4 ans, fille de percheron avec son bonnet anti-mouche.

L’avantage de vivre dans une ferme est que l’on peut joindre le travail et la récréation. Je vous présente donc Aribelle, 4 ans, fille de percheron avec son bonnet anti-mouche.

 

(13) on s'émerveille encore dans notre métier avec ce qui nous entoure comme avec ce "petit" pied de maÏs de plus de 3 mètres de haut !

Et puis dans notre métier, on s’émerveille encore tous les jours. Vous avez vu ce pied de maÏs de plus de 3 mètres de haut !

 

(14) Nous avons aussi des imprévus, je me sauve de l'ensilage pour aller voir si tout vas bien pour Ficaire et son petit garçon ! Nous les laissons toute la journée ensemble, on fait confiance à la vache elle s'en occupera très bien !

La vie à la ferme est aussi faite d’imprévus. Allez je quitte l’ensilage pour aller voir si tout va bien pour Ficaire et son petit veau.

 

(15) dès que le petit né, on s'en approche rapidement pour l'apprivoiser, ce sera plus simple pour s'en occuper quand il sera plus grand, il n'aura pas peur de nous.

Dès que le petit pointe son museau, je m’en approche rapidement pour l’apprivoiser. Quand il sera plus grand, il n’aura pas peur de nous et on pourra mieux s’en occuper.

 

(16) première grosse journée d'ensilage enfin terminée ! Tout le monde sur le pont pour filer un coup de main pour mettre le premier film plastique...très pratique à installer avec le vent !

Première grosse journée d’ensilage enfin terminée.  Reste à mettre le premier film plastique. Tout le monde est sur le pont pour filer un coup de main. Ca tombe bien parce qu’avec le vent qui souffle, on n’est pas rendu.

 

(17) ensuite couche de bâche et de filet et plus qu'a attendre ! 21h fini, dans des journées comme ça, on invite les collègues ) partager le repas que je préfère garder pour nous pour éviter les jaloux....

21h terminé. Ouf ! Après des journées comme ça, on invite les collègues à partager le repas. Je préfère taire ce que l’on a mangé, vous seriez trop jaloux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29 commentaires

Close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. La production d’herbe est beaucoup plus aléatoire, trop de pluie ou pas assez, trop de chaleur ou pas assez. Pour nourrir un troupeau de façon sécurisée, il faut une grande surface en herbe que la plupart des exploitants n’ont pas.

    La récolte sous forme de foin est souvent compliquée et parfois impossible car les pluies empechent l’herbe de sécher une fois coupée.
    C’est pour cela que les agriculteurs se sont tournés vers l’enrubannage ou l’ensilage d’herbe et l’ensilage de maïs. Et à leur place je ferais pareil.

  2. La personne qui dit que les agriculteurs et leurs enfants ne boivent pas le lait qu’ils produisent parce qu’il pue m’a fait bien rire.

    Lors de mon BTS agricole (Analyse et Comptabilité des Systèmes d’Exploitation) on prenait une moyenne de 2 litres de lait produit sur place et consommé chaque jour par la famille. multipliés par 365 jours dans l’année, soit 730 litres par an. Je ne me rappelle plus du prix au litre mais ça fait une belle économie plutôt que de l’acheter au magasin.

    S’il existe un agriculteur qui ne boit pas son lait et va en acheter au magasin, je veux ses coordonnées… C’est un oiseau rare.

    J’ai été élevée avec ce lait là et je l’ai toujours trouvé très bon : lait entier non transporté, prélevé à la louche dans le tank à lait réfrigéré à 4°C et mis dans la cruche placée ensuite au réfrigérateur. J’aurais même pu remplir directement la cruche au pis de la vache lors de la traite. Pour moi en terme de bilan écologique il n’y a pas mieux.

    Vache nourrie au blé produit sur la ferme et concassé pour une meilleure digestibilté, aux minéraux en semoulette, à la pière à lécher en libre service pour les vitamines, au tourteau de colza produit sur place, ensilage de maïs paille et foin maison, et l’herbe à la belle saison.

    Pour les opposants au maïs, il faut savoir qu’un hectare de maïs peut produite 15 à 18 tonnes de matière sèche par hectare en fonction des régions, du climat de l’année et de l’itinéraire technique. Un hectare d’herbe c’est environ 8 tonnes.

    Tehniquement l’ensilage de maïs apporte l’assurance de pouvoir nourrir le troupeau toute l’année, c’est une sécurité alimentaire. L

  3. Bonjour,
    Comment peut-on promouvoir comme quelque chose de naturel, le fait de séparer le veau de la mère ! C’est quand même la 1ère photo de votre reportage !
    Comme le fait ressortir une personne sur ces commentaires, ce n’est qu’une raison financière (d’ailleurs elle est encore en francs !). Comment peut-on ramener la vie d’un veau (je vous rappelle que c’est un bébé) à un prix au kg et surtout en faire la promo d’un élevage bio ?? Vraiment je me pose la question savoir si on nous prend à ce point tous pour des neuneus.
    Certes, il est mieux de voir ces vaches dans un pré que dans la ferme des 1000 vaches où elles ne sortent même pas une fois, mais tout de même, épargnez nous la barbarie humaine comme une chose naturelle svp.

    1. Je regrette, pour un éleveur ses revenus se sont les prix de vente au kilo de poids vif ou au kilo de carcasse.

  4. bio pas bio … je suis un agriculteur dit « bio »… ça ne veut pas dire grand chose, je pourrais « exploiter » seul, une très grande surface avec des automates en respectant le règlement, je n’en serais pas moins « agriculteur bio »…

    Je crois en mon acte d’achat quotidien, c’est lui qui dicte le marché. S’il existe des entreprises agricoles ou autres qui ne plaisent pas à certains dans le paysage, elles existent parce qu’elles vendent à quelqu’un qui achète. Je crois que ce mécanisme, à transmettre dès l’Ecole, est une des très nombreuses clefs pour donner accès à un plus grand nombre une joie quotidienne de vivre.

    1. bonjour
      tout d’abord bravo Cécile pour votre courage et je voudrai dire à Jocelyne que « la barbarie humaine » existe depuis que le monde existe . Le monde des bisounours n’est malheureusement pas d’actualité.
      Bravo à ces agriculteurs qui font du « raisonné » et aux consommateurs qui achètent leurs produits, l’argent au moins ne va pas chez les actionnaires de l’agro industriel

  5. Bonjour à tous!
    Ça fait maintenant quelques mois que je me suis inscrite à une Ruche et je découvre ce magazine avec plaisir. C’est aussi la 1ère fois que je réagit à un article en ligne.
    Je ne sais pas par quoi commencer tant il y a à dire. Si! Bravo pour cet article réaliste qui montre une partie du quotidien de milliers d’agriculteurs et agricultrices français(es). Merci à Cécile de nous montrer sa vie professionnelle telle qu’elle est!
    Je suis Ingénieur Agronome et je pense avoir une vision assez éclairé du sujet traité. J’ai été au côté de dizaines d’agriculteurs dans la même situation que Cécile pendant plusieurs années en travaillant dans des structures de conseil. J’ai rencontré des personnes passionnées par leur métier, par leur territoire…
    Oui, le métier a évolué, oui les activités humaines génèrent de la pollution, mais oui, l’agriculture française permet tous les jours de nourrir la population, d’entretenir les paysages, de créer de l’activité en milieu rurale,…
    Des questions se bousculent dans ma tête quand je lis certains des commentaires ci-dessus. Avez-vous déjà vécu la vie que vit Cécile si ce n’est que quelques jours, savez-vous quelle serait la part d’autosuffisance alimentaire de la France si des exploitations dites « modernes » comme celle de Cécile n’existaient pas, savez-vous à quoi ressembleraient les paysages si chers aux citadins en quête de verdure lorsqu’ils viennent en vacances en campagne, savez-vous quelles seraient les conditions de travail des agriculteurs et leur état de santé si les techniques actuelles n’existaient pas, savez-vous quel prix vous payeriez vos aliments si on été restés aux techniques d’avant guerre?????
    Je pense qu’il y a l’utopie et la réalité. Je me range du coté de la réalité et des gens qui en travaillant nous permettent de trouver des produits frais et à bas prix dans nos commences tous les jours…
    Merci à Cécile et bon vent!

  6. Bonjour,

    Je partage le commentaire de Lutin, bravo. On peut juste le compléter en proposant à tous ces donneurs de leçon d’arrêter immédiatement de manger et de ne consommer uniquement que ce qu’ils produisent sinon ils risqueraient de s’empoisonner.
    Je leur demande de me confirmer bien sure, qu’ils utilisent chez eux des toilettes sèches, qu’ils ne se déplacent qu’à pied ou en vélo pour TOUS leurs déplacements y compris les vacances. Que l’on ne trouvera chez eux que du savon artisanal en saponification à froid, qu’ils n’ont aucun gèle douche. Pour leur bébé ils n’utilisent que des couches lavables et réutilisable … la liste est encore longue.
    Si et seulement si ces bons critiqueurs respectent toutes ces bonnes manières de vivre, alors là j’accepte de débuter un débat instructif avec eux.
    Courage et persévérance à tous ces agriculteurs producteurs qui se donnent tant de mal pour nourrir les autres.
    Lisa

  7. nos paysans sont notre richesse ; Nous avons du respect pour eux. Bien sûr ils doivent s’adapter mais ils doivent aussi lutter contre l’industrialisation. Je leur conseille de regarder le DVD qu’on trouve dans Biocoop qui s’appelle « Herbe » dans lequel un « ancien », monsieur Pochon explique tranquillement qu’un agriculteur peut vivre mieux et correctement gagner sa vie en respectant ses bêtes et les saisons.
    N’est ce pas un scandale de savoir que le lait des fermes qui produisent « bio » sera, à l’arrivée mélangé au lait ordinaire
    Il y a un grand mouvement entrain de se créer qui s’appelle « la décélération » … nous voulons moins et mieux et si nous mangeons moins nous pourrons payer mieux une nourriture de grande qualité
    un jour j j’ai dit: pourquoi je n’aime plus la viande rouge ? Pourquoi je ne retrouve pas le gout que j’ai connu quand j’étais petite ? Ce à quoi on m’a répondu : mais c’est normal ma pauvre fille… tu as vu avec quoi on les nourrit aujourd’hui… voilà pourquoi je ne mange plus de viande rouge

  8. Bonsoir à tous,
    Wouaah, je ne m’attendais pas à un tel déferlement de critiques à la suite de cet article. Moi aussi je me pose beaucoup de questions sur ce que je mange, je n’idéalise pas les produits Bio, pas plus que les produits de la Ruche, mais je sais aussi qu’il y a de moins en moins d’éleveurs et d’agriculteurs en France et que ce métier est en voie de disparition. je soutiens avec ardeur ceux qui ont choisi ce métier et qui le pratiquent avec amour et passion : je suis sûre qu’ils nous transmettent le meilleur d’eux-même.

  9. Merci à Cécile pour ces explications.

    Je trouve plutôt bien que le débat soit ouvert par rapport à des questions qui concerne notre agriculture et notre environnement. Il est peut-être dommage que des personnes qui s’inquiètent visiblement tant de leur environnement manque de respect ou de tact envers d’autres qui finalement partage sans doute les mêmes idéologies mais qui les appliquent différemment. Les essais de « faire mieux » doivent être encourager, remis en question mais pas rabroué.
    Le respect de l’environnement, n’est-ce pas aussi respecter les autres?

  10. bjr

    vive les vaches ! peut on visiter votre ferme car ma femme est folle des vaches et surtout des  » bebe meuhhh  » ?

    merci

  11. Certains commentaires donnent des boutons…certes l’agriculture moderne a des défauts (mais citez-moi une activité humaine qui n’en a pas !) mais elle a permis de fournir des produits sûrs (et oui, on mourait encore d’intoxications alimentaires diverses il y a un siècle) en quantité suffisante et accessibles à tous. Et puis critiquer les paysans, c’est à la mode…. Ca me rappelle les anti-vaccins qui oublient qu’on mourait de la variole et qu’on meurt encore du tétanos. Mais je m’égare…Bravo à cette agricultrice, car la critique est aisée mais l’art est difficile. Et vivement l’ouverture de notre Ruche !

    1. la critique est facile mais l art est difficile……..disait ma bonne grand mére j aimerai connaitre le style de vie des ces gens bien intentionnés et plein » de connaissance » c est vrai que les industriels font beaucoup mieux que cette sympathique fermiere bon courage Cécile et surtout continuez cordialement

  12. OK pour la fermentation qui permet de préserver le maïs en vert, mais quid de la digestion des vaches, de leurs cirrhoses, de leur durée de vie raccourcie, du bon soja OGM qu’il faut importer pour équilibrer les rations…
    Quand à s’étonner de la perpétuation de l’ensilage, il faut savoir qu’il y en a de plus en plus, et de moins en moins de vaches dans les champs. Les cahiers des charges de toutes les grandes AOC de fromage interdisent l’ensilage dans les rations et la plupart des agriculteurs qui produisent ce genre de lait ne le boivent pas, et encore moins leurs enfants, qui ne le « supportent » pas.
    Franchement, tourné comme ça, cet article n’a rien à faire sur un blog qui se targue de « manger mieux ».
    Le lait à l’ensilage, c’est dégueu, ça pue, c’est juste bon pour les laiteries industrielles!

    1. Bonjour
      Je suis triste de toutes ces attaques sur l’agriculture conventionnelle et de tous ces doutes sur l’agriculture bio. Je suis fille d’exploitant agricole et j’ai fait 6 ans d’études profesionnelles agricoles comprenant des stages sur différentes exploitations en été, automne, hiver et printemps.
      .
      Je voudrais que tous les attaquants aillent passer une année sur une exploitation en agriculture conventionnelle et une année sur une exploitation en agriculture bio pour qu’ils se rendent compte de la vie des exploitants. Leurs difficultés techniques, leurs doutes, leurs stress, leurs douleurs physiques (voir la ceinture de soutien lombaire sur la photo de la couverture du silo).

      Ils sont comme tous les chefs d’entreprise, ils essaient de gérer au mieux. Ils dorment mal la nuit en pensant au lendemain, aux vaches ou aux veaux malades, à la récolte du blé qui est à faire mais que la pluie empêche, (résultat les grains de blé qui germent sur les pieds, qu’on ne peut pas vendre à la coopérative ni même donner à manger aux poules), à leur douleur à l’épaule qui les handicape alors qu’on porte tous les jours quelque chose sur une ferme, à leur jambe dans le plâtre qui oblige leur épouse à apprendre à conduire le tracteur et donner à manger aux vaches, sinon il faut faire appel au service de remplacement mais c’est coûteux et certains ont déjà du mal à joindre les 2 bouts.

      L’arrivée des produits chimiques : engrais, herbicides (mauvaises herbes), fongicides (maladies), insecticides (insectes ravageurs des feuilles, des tiges, des fruits…) a permis d’augmenter les rendements, ça leur a été présenté comme une révolution : quelque chose de très bénéfique qu’il fallait utiliser.
      Ca me fait penser à l’amiante, un produit révolutionnaire, on se rend compte aujourd’hui qu’il est mortel, si on avait su à l’époque…
      On ne parle jamais des agriculteurs atteints d’un cancer suite à l’utilisation des produits phytos pendant 30 ans sans protection. S’ils avaient su à l’époque…
      Par contre aujourd’hui on leur dit bien d’utiliser des gants, un masque, une combinaison de protection qui n’est réservée qu’aux opérations de traitement, des bottes. Tout ce qu’il faut pour ne pas les inhaler, éviter les contacts avec la peau, les muqueuses…

      Mais si dans l’idéal tous les agriculteurs devraient passer au bio, alors pourquoi les linéaires de produits chiniques dans les supermarchés (lessives, shampoings, bougies parfumées, mouchoirs parfumés, produits de nettoyage, parfums de synthèse, répulsifs pour insectes volants, rampants…, vernis, peintures, engrais de synthèse et produits de traitement pour les jardiniers) existent encore ? C’est bien parce qu’il y a de la demande. Comme pour les poulets d’élevage intensif : moins chers, moins longs à faire cuire, plus tendres.

      On critique les agriculteurs parce qu’on connaît mal leur vie, leur travail. Quand je pense à mon père qui s’est esquinté au travail toute sa vie, qui affrontait tous les jours le froid, la neige, le vent, la pluie, les bras pleins d’arthrose dont les douleurs le réveillaient la nuit, qui dormait mal à chaque période de semis ou de récolte ou de grêle, qui appelait le véto autant de fois qu’il le fallait pour sauver une vache malade qui finissait par mourir malgré tous ses efforts, qui se levait la nuit à chaque période de vêlages ou qui finissait de moissonner le blé à 3 heures du matin et qui se relevait comme d’habitude à 6 heures pour aller traire les vaches ; je suis fière de mon père.

      Les agriculteurs ne sont pas tous parfaits mais on peut trouver des personnes imparfaites dans tous les corps de métier et partout.

      Quand en plus on sait que souvent le seul loisir des agriculteurs qui ne partent pas en vacances c’est la chasse… Des tueurs diront certains, pourtant les chasseurs sont ceux qui connaissent le mieux les animaux sauvages et leur lieu de vie. Ce sont des passionnés par les animaux. En plus ils ont tout intérêt à préserver les effectifs d’animaux sauvages pour permettre la reproduction. Les plans de chasse révisés chaque année vont dans ce sens en limitant le nombre d’animaux prélevable en fonction des effectis relévés sur le terrain lors des opérations annuelles de comptage. Les règles de chasse sont nombreuses et précises. Essayez de vous procurer et de lire le livret distribué aux chasseurs par la fédération des chasseurs de votre région. Vous ne le lirez pas en 5 minutes.

      Le plaisir de la chasse c’est de marcher dans la nature, d’oberver les traces et les animaux, d’être avec des amis, d’être au grand air, de partager un moment convivial autour du repas, d’avoir l’adrénaline qui monte quand un bruit indique la présence d’un gibier, d’essayer de l’abattre quand il fait partie du gibier autorisé au tir ce jour-là… A ma première participation seulement 50% des animaux visés ont été tués. Le gibier est malin. On rentre parfois bredouille mais ce qui est important c’est le moment passé en famille ou entre amis, c’est le plaisir de voir le chien gambader. La chasse c’est un loisir, c’est sportif, ça permet de réguler les populations d’animaux sauvages (voir les sangliers filmés dans les piscines du sud de la France tellement ils sont nombreux) et ça incite les agriculteurs à mettre en place des mesures de protection de la faune sauvage : implanter des haies et des jachères spéciales faune sauvage : gîte et nourriture, mettre un dispositif d’effarouchement des animaux sur le matériel agricole pour provoquer leur fuite à son approche et donc leur survie.

      Allez voir les agriculteurs, la plupart seront contents de vous expliquer leur métier.

  13. Bonjour,
    j’ai pris plaisir à lire cet article. Les commentaires m’agacent. Je me dis que très certainement ils proviennent de « bobos » des villes qui cloitrés derrière leur pc croient que bio signifie ‘saint Graal’…
    Hey, les critiqueurs et les critiqueuses vous faites quoi pour l’environnement vous ?
    Hein ?!

    Bien cordialement !

    Lutin

  14. Première image de l’article : quelle tristesse de voir ce petit veau enfermé dans une toute petite cage ! Et nourri au seau, séparé de sa mère… Tout ça pour un bol de lait, est-ce que ça vaut vraiment le coup ?
    Certes les éleveurs font ce qu’ils peuvent et ont l’air de bien traiter leurs bêtes, mais séparer un petit de sa mère est vraiment trop cruel. J’allaite ma fille, mon lait pour elle, le lait des vaches pour les veaux !

    1. En élevage allaitant les veaux ne sont pas séparés de leur mère, en élevage laitier le veau après avoir bu le colostrum (ce qui lui permet de s’immuniser) est séparé de sa mère pour que cette dernière consacre sa lactation à produire du lait pour le consommateur. Il n’y a rien de cruelle, c’est la production qui veut ça !
      Mieux vaut une alimentation produite sur l’exploitation qu’une achetée à l’étranger qui sera produite de manière souvent moins raisonnée et avec des contraintes phyto laxistes, des normes qui n’en ont que le nom. En France, les agriculteurs produisent pour rembourser leurs emprunts, les cotisations MSA, les assurances, le fioul, les engrais, les semences, les complémentaires, le véto. En élevage le prix d’achat d’un veau de 300 kg par un négociant ou un groupement pour être engraissé sur une autre exploitation est le même qu’il y a 30 ans (soit environ 19 F le kilo pour un bon mâle et 17 F pour une génisse, et oui encore en franc !) mais pendant ce temps tout a augmenté. Il a fallu plus de vaches pour obtenir le même revenu agricole, donc plus de terres, donc plus de bâtiments, intensifier la mécanisation pour remédier au manque de main d’oeuvre. Résultat des agriculteurs endettés, stressés, accusés de tous les maux. Mais le consommateur a aussi une part de responsabilité dans cette agriculture démesurée,déshumanisée. Tout doit être normalisé, aseptisé, la nature c’est pas cela ! Et pour enfoncer le clou la grande distribution nivelle les prix par le bas. Il va falloir remettre les pendules à l’heure, que des exploitations à taille humaine sont préférables aussi bien pour l’homme que pour l’environnement, pas besoin de tracteur de 150ch pour produire de l’herbe, de même pour les fermes céréalières (elles seraient plus petites elles nécessiteraient pas de matériels aussi puissants, charrues devant et derrière le tracteur avec je ne sais combien de versoirs) il faut aller de l’avant, profiter du modernisme, mais pas à n’importe quel prix !!!
      Pour finir de ternir l’image de l’agriculture il y a les primes agricoles qui permettent aux paysans de survivre mais qui ne sont pas comprises par les personnes extérieures au monde agricole, si le prix de la viande avait suivi celui des autres produits il n’y aurait personne pour l’acheter, d’où cette compensation. Tout est différent par contre pour les céréaliers qui constituent un lobbying bien organisé et bien représenté qui a su tirer profit de toutes les loies avec des parlementaires gros propriétaires terriens.
      Maintenant il faut cultiver la terre pour que le paysan puisse gagner correctement sa vie tout en respectant la nature et que le consommateur trouve des produits sains et bons à des prix abordables, que la grande distribution revoit sa politique (tout d’abord en respectant son personnel) et alors là peut-être …

    2. le veau reste une journée entière avec sa mère, il tête la première journée le lait de sa mère ainsi que pendant 4 jours pour boire le colostrum dont il a besoin. Nous sommes obligé de les mettre dans des niches pour deux raisons, le veau est fragile et craint les courants d’air donc il a besoin de chaleur qui est maintenu par cette niche et l’autre raison est que le veau marche tot mais mal alors si on le met dans un grand enclos, il tomberait sans cesse et pourrait se faire mal…

  15. Je ne suis pas du tout d’accord avec certains commentaires .l’ensilage de mais est naturelle le mais est récolté puis mis en tas et il se produit une fermentation. c’est simple sain et bon pour les animaux. vous savez l’agriculture de nos ancêtres est bien finie, nous dirigeons des entreprises avec des valeurs car nous sommes aussi des consommateurs;( le grain des poules ce sont des céréales qui sont trés certainement produites sur l’exploitation)

    1. Il faut savoir que l’ensilage est exactement la même technique que celle utilisée pour faire la choucroute,
      une fermentation anaérobie qui permet de conserver un maïs vert, tout comme le chou alsacien.

  16. Je me pose les mêmes questions qu’Alain à propos de la nourriture des animaux. Et je regrette également ces mono cultures qui détruisent la biodiversité ainsi que ce renfort de tracteurs et grosses machines.
    Même si tout ceci est bucolique et courageux, j’attends quelques réponses quant au caractère bio des aliments.
    Yvonne

    1. En réponse à Yvonne…

      Pour nourrir 7.2 milliards d’humains, les tracteurs ont encore de l’avenir! Ca ne va pas être facile si on se contente de ressortir les bêches, binettes et râteaux…
      Avec une réduction efficace de cette surpopulation, on pourrait sûrement revenir à une agriculture préhistorique… Je rêve de récolter mon blé à la main!
      Autre remarque: je pense que ceux qui ont des soucis avec l’approvisionnement bio de nos animaux sont aussi ceux qui ont le dernier iphone… ce qui ne leur pose visiblement pas trop de problème de conscience vis à vis des multiples pollutions engendrées par l’extraction des différents minerais et la fabrication dudit smartphone… je n’ose parler de l’écran plat du salon, de l’ordi portable, de la belle auto, ou de leurs vêtements qui proviennent des pays asiatiques… Allez prendre un bain dans les rivières d’Inde où les usines qui ont produit votre dernier jean déversent leurs résidus de teinture…

  17. Intéressant, mais il est malheureux de voir que l’ensilage est encore pratiqué.
    Et le brf ? Lui au moins n’épuise pas les sols, pas comme le maïs qui pompe les rivières (monocultures).
    Pour le reste, on montre le côté sympa de l’agriculture. Mais on ne dit pas combien elle a ravagé le paysage français, érosion et épuisement des sols, bouchons vaseux dans les estuaires à cause du démembrement, etc… Il est temps que ces anciennes pratiques disparaissent, au profit d’une agriculture plus variée, locale et respectueuse.

    1. Et le GRF sur 150ha à défaut d’épuiser les sols il épuise pas les forêts ? Vous croyez sincèrement qu’on peux couvrir les terres agricoles Françaises de BRF ou vous n’êtes tout simplement jamais arrivé à ce niveau dans votre raisonnement ?

  18. Cécile de Touraine… Bon, tout cela semble sympa et « sain », pourquoi pas?
    Mais que contiennent les « granulés » pour les vaches? D’où provient le grain pour les poules et quelle est sa qualité? Car, comme chacun sait (ou devrait le savoir), la production nationale de grain est très largement insuffisante, d’autant plus si est est bio, et nécessite une forte importation; il serait légitime d’avoir des doutes sur la réalité du bio importé, encore plus s’il s’agit de grains non bio…
    Alors… quel éleveur bio français peut garantir, par exemple, que ses oeufs bio, vendus à la Ruche, proviennet de poules élevées « dans les champs ou les prés », se nourissant exclusivement de produits bio et de grains bio garantis??…

    1. Nos vaches consomment les céréales que nous produisons uniquement, les granulés sont là pour compléter (pois, féveroles, minéraux, sels…).
      Nous ne sommes pas en agriculture bio mais en agriculture raisonnée, nous cultivons avec des démarches éco-responsables, nous avons seulement 150ha pour nourrir toute cette tribus et pour les prairies. Nous n’arrosons pas nos cultures, on croise seulement les doigts pour que quelques gouttent d’eau tombent du ciel et la fermentation est naturelle.
      Nos produits sont uniquement vendus en circuit court. Les poules sont bel et bien élevée en plein air (la photo est réaliste pas idyllique) et nourris avec le blé et le maïs de la ferme. Nous nous battons tout les jours contre les préjugés liés à l’agriculture car nous ne sommes pas tous dans le même panier. J’ai bien remarqué que pour beaucoup de personne il y a le bio d’un coté et le reste de l’autre mais saché qu’entre les deux il y a des agriculteurs qui n’ont pas forcément un label mais qui travaillent pour une agriculture durable et plus seine pour l’environnement.
      J’espère en tout cas avoir répondu à vos questions lié à l’alimentation de nos animaux…

  19. Alors là bravo ! C’est super instructif. Et d’autant plus intéressant qu’on connaît un peu l' »héroïne » par la Ruche.
    Félicitations à Cécile pour son implication remarquable de belle fermière.
    Et félicitations à Agnès qui relate avec tant de charme les journées bien remplies de son sujet d’observation.
    Merci.

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle

Oui ?

Recevoir le magazine

1 newsletter par semaine.
No pubs, Pas de partage de donnée personnelle